Breaking News

« Arrestation d’au moins 22 militantes kurdes à Amed » #Corse #17 KadınMücadelesiEngellenemez

Le 17 avril prochain, c’est la journée internationale des prisonniers politiques (<– lien ici)

(Unità Naziunale – Lutte Internationale – Publié le 7 avril 2021) Au moins 22 femmes kurdes ont été arrêtées par la police turque qui a mené un raid contre l’association des femmes Rosa et contre les domiciles de nombreuses militantes, politiciennes et journalistes kurdes à Amed.

La police turque a mené une descente dans le local de l’association de femmes Rosa dans le district de Kayapınar, à Diyarbakir (Amed). Alors que les fouilles de la police se poursuivaient dans l’association, de nombreuses maisons étaient également perquisitionnées dans la ville.

Les personnes arrêtées sont les suivantes : Zelal Bilgin, militante de TJA (Mouvement des femmes kurdes), Necla Tamriş, co-maire de la municipalité de Çınar, Zeynep Üren, membre du DBP (Parti des régions démocratiques), Seval Gülmez, coprésidente provinciale du DBP, Gurbet Özel, conseillière de presse de Remziye Tosun, députée du HDP de Diyarbakir, Beritan Canözer, journaliste de l’agence féminine Jinnews, Nezahat Teke, membre de l’initiative Mère de la Paix, Figen Aras, membre de l’Académie des femmes d’Amed, Besile Narin, ancienne coprésidente du HDP Kayapınar, Bahar Karakaş Uluğ, Ruken Bekalp et Şehriban Zoğurli, membres du conseil de la municipalité métropolitaine d’Amed, Sevim Biçici, Nurşen Akbal, Besile Narin, Leyla Akgül et Satiye Ok, militantes de TJA.

L’association des femmes Rosa a publié un communiqué suite aux perquisitions :

« Notre association avait fait l’objet d’une descente de police le 22 mai 2020 et plusieurs de nos amies avaient été placées en garde à vue, puis envoyées en prison. Lors des audiences, nos amies ont déclaré ne pas abandonner notre lutte. Aujourd’hui, 11 mois plus tard, notre association a de nouveau été perquisitionnée. La perquisition s’est faite sans qu’aucune de nos dirigeantes soient présentes, l’alarme a été brisée par la police. Nous n’acceptons pas le harcèlement systématique de la justice qui nous est imposé. Nous sommes là, nous existons, nous existerons contre les politiques de haine et d’intimidation du gouvernement à l’encontre des femmes. »
Elle a également lancé une campagne de tweets sous le hashtag #KadınMücadelesiEngellenemez (La lutte des femmes ne peut être empêché).

Source et suite de l’article

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: