« Ocalan met en garde le gouvernement turc contre son isolement carcéral illégal » – #Corse

(Unità Naziunale – Lutte internationale – Publié le 27 mars 2021 – Source) En isolement sur une île prison turque depuis 22 ans, le leader kurde, Abdullah Öcalan, a déclaré lors de la brève conversation qu’il a eue avec son frère jeudi qu’une telle conversation était très mauvaise et dangereuse et a ajouté : « S’il doit y avoir une réunion, ce devrait être avec des avocats ».

Le chef historique du PKK, Abdullah Öcalan est emprisonné à Imrali depuis 22 ans, dans des conditions d’isolement sévères. Jeudi, il a pu s’entretenir avec son frère Mehmet Öcalan. Cette brève conversation téléphonique a eu lieu environ un an après un précédent appel, le 27 avril 2020, et c’est la première fois depuis lors qu’Öcalan a eu un contact réel avec quelqu’un de l’extérieur.

Le 14 mars, des rumeurs ont été diffusées sur les réseaux sociaux concernant l’état de santé d’Öcalan. Immédiatement, des manifestations ont été organisées dans le monde entier pour demander une visite urgente des avocats d’Ocalan à Imrali.

La conversation téléphonique de jeudi s’est déroulée sous la supervision du bureau du procureur général d’Urfa et a été très courte. L’appel a été interrompu assez rapidement. De même, l’appel téléphonique d’un autre prisonnier d’Imrali, Hamili Yıldırım, avec sa famille a également été brusquement interrompu. Il a été rapporté que les deux autres prisonniers, Ömer Hayri Konar et Veysi Aktaş, n’ont pas passé l’appel téléphonique qui leur avait été proposé pour protester contre l’isolement.

Mehmet Öcalan a déclaré qu’il avait pu parler avec son frère pendant environ 5 minutes.

Mehmet Öcalan a ajouté qu’il avait été contacté par une personne qui s’est présentée comme le directeur de la prison d’Imrali à 18 heures le mercredi 24 mars.

« [Cet homme] m’a dit que je devais me rendre au bureau du procureur général d’Urfa le 25 mars à 13h45 pour passer un appel téléphonique avec mon frère. »

Mehmet Öcalan a déclaré qu’il s’est rendu au palais de justice d’Urfa à l’heure qui lui a été notifiée et que les autorités qui s’y trouvaient étaient au courant de l’appel téléphonique et l’ont emmené dans une pièce après une dizaine de minutes et l’y ont laissé.

Mehmet Öcalan a dit qu’il y avait un employé dans la pièce et qu’on lui a dit qu’il parlerait avec son frère dans la même pièce.

Mehmet Öcalan a répondu à la sonnerie du téléphone et le leader du peuple kurde à l’autre bout lui a dit : « Comment es-tu arrivé ici ? Qui t’a amené ? Comment cela s’est-il passé ? D’où appelles-tu ? »

Mehmet Öcalan a répondu : « Mon frère m’a dit : ‘Vous et l’État faites du tort pour ce qui a été fait. La raison est la suivante : il n’y a eu aucune réunion pendant un an. Ces actions ne sont autorisées ni par la loi de l’État ni par aucune autre loi. Votre démarche est mauvaise et très dangereuse. L’État est également très dangereux. Ce n’est pas la bonne chose à faire. S’il y a une réunion, elle doit se faire dans le cadre légal. Il n’est pas possible de permettre qu’un appel téléphonique soit passé après un an et en raison de leur volonté (…) Ce que vous faites est totalement erroné ». (…) Ce n’est pas légal, ce n’est pas bien. Ce n’est pas acceptable. C’est aussi très dangereux. Êtes-vous conscients de ce que vous faites ? Je veux que mes avocats viennent ici et me parlent. C’est une chose légale. Je suis ici depuis 22 ans. Comment ce problème sera-t-il à l’avenir ? Cette question ne peut être résolue que par la loi. Pourquoi ne viennent-ils pas ici ? S’il doit y avoir une réunion, ce devrait être avec des avocats. Parce que cette situation est à la fois politique et juridique (…). »

Mehmet Öcalan a déclaré avoir dit au leader du peuple kurde que l’une des raisons de cet appel téléphonique était les grèves de la faim dans les prisons contre l’isolement cellulaire et a poursuivi : « Le président a dit : ‘Je ne veux pas que quelqu’un meure lors de grèves de la faim et dans les prisons. Je l’ai déjà dit, et je le dis maintenant. Il n’y a pas besoin de cela non plus. C’est une chose très lourde. Vous devez en tenir compte », a-t-il déclaré. Nous avons parlé pendant environ 4 à 5 minutes. C’était une voix fluette. Je pense que c’était la voix du Président. Le Président m’a dit : « Cette réunion est une erreur ». L’appel a été coupé après qu’il ait dit : ‘Ce n’est pas une réunion’ ».

Mehmet Öcalan a déclaré que lorsque la ligne a été coupée, il en a informé le fonctionnaire présent et celui-ci lui a demandé d’attendre.

Mehmet Öcalan a déclaré : « Plus tard, il y a eu un autre appel téléphonique. Quelqu’un d’autre appelait. Il m’a dit d’attendre, de ne pas partir. Après avoir attendu pendant 10-15 minutes, j’ai dit que l’appel ne viendrait pas. Je l’ai signalé aux autorités locales. Plus tard, ils m’ont dit : ‘La réunion est terminée’ ».

Mehmet Öcalan a lancé un appel à l’État et à toute personne ayant une conscience et a déclaré que ces pratiques n’étaient en aucun cas acceptables.

« Les personnes en prison ont des droits légaux et démocratiques. Selon les lois de la Turquie, nous devrions avoir une réunion tous les 15 jours. Les avocats ont le droit de rencontrer leurs clients chaque semaine. Il n’y a pas eu de réunion depuis un an. Nous avons parlé au téléphone. Et cela ne durait que 4 ou 5 minutes. Nous ne nous sommes pas rencontrés en personne. C’est anti-démocratique. Cela ne peut pas être accepté, même sous la loi turque. D’ici, nous faisons appel au CPT, au Conseil de l’Europe, aux défenseurs des droits de l’homme, aux intellectuels et aux démocrates. Ce problème doit être résolu le plus rapidement possible. Ce n’est pas acceptable. Si nous sommes des citoyens de cet endroit, nous avons aussi des droits légaux et démocratiques. Ces droits doivent être reconnus », a déclaré Mehmet Öcalan.

Mehmet Ocalan a conclu : « Les rencontres avec les familles et les avocats doivent être organisées le plus rapidement possible. Des milliers de personnes sont en grève de la faim. L’Etat maintient le Président en prison depuis 22 ans. Il est ridicule d’avoir droit à un appel téléphonique de 4 à 5 minutes. Le président est un pont entre les peuples. Personne n’a le droit de détruire ce pont ».

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: