Occupation de la mairie d’Aiacciu par les militants du Comité Anti Répression – #corse

Le 26 avril 2007 :  Dans la matinée de jeudi les forces d’occupations ont procédé à l’interpellation de 5 jeunes corses qui auraient selon la justice coloniale participer à la résistance populaire du samedi 21 avril dernier.

En se rendant chez Antoine Alessandri, le fils du prisonnier politique Petru Alessandri, la police était armé, cagoulé et menaçante. En arrivant chez la « mamòne » d’Antò, les policiers ont demandé où se trouvait « Pierre ».

Devant l’incompréhension de la mère de Petru et sa réponse angoissée « mon fils est en prison », les policiers se sont finalement aperçu de la grotesque erreur. Une erreur peut être « faite exprès » pour mettre la pression sur cette famille.

Toute la journée se sont relayés devant le commissariat, la famille, les amis, des sympathisants et des militants. Vers 19h, c’était déjà une centaine de personne qui se trouvaient en bas du commissariat pendant que des Gendarmes mobiles mettaient en place des barrières de sécurité. A ce moment là, les personnes présentes se sont positionnées derrière ces barrières.

Le porte parole du Comité Anti Répression a demandé à parler à un responsable de la sécurité.

Peu de temps après un jeu de chaise musicale au sein de la police, une « sorte de médiateur » en chemise rose est arrivé pour écouter la demande du peuple corse : Libération immédiate des jeunes en garde à vue. Le « médiateur » s’est donc rendu à l’intérieur du commissariat pour rendre compte de notre demande.

Plus d’une demi-heure plus tard et quelques gendarmes mobiles qui s’étaient lourdement habillés, le « médiateur » qui n’en était pas franchement un arriva avec sa réponse dont vous vous doutez a t il dit. La réponse évidement à notre revendication légitime était une fin de non recevoir.

Après un bref délai de réflexion, la décision a été prise de se rendre à la Mairie afin de faire valoir nos droits auprès du Maire, Mr Simon Renucci.

Quelques 80 personnes se sont donc invités à la Mairie d’Aiacciu débarquant dans l’hémicycle où se trouvaient quelques personnes dont Monsieur le Maire à qui il fut gentiment reproché de ne pas avoir communiqué sur la répression de samedi dernier (mise en place du barre pont dans sa ville). Après un bref dialogue, Monsieur le Maire s’est donc engagé à porter nos revendications auprès du Proconsul « Jevaisbien/toutvabien ».

Pendant ce temps, sympathisants, militants (du mouvement national) se sont installés sur les chaises confortables de l’hémicycle. Plus d’une heure après, Jean Marie Poli, porte parole du Comité Anti Répression, est revenu avec la réponse et il a fait un bilan de la situation (voir la vidéo complète). L’explication du préfet et du procureur de la République ont été quasiment les mêmes : ils se sont cachés derrière le drapeau de la République et ses lois Républicaines, en un mot comme en 100 : NON ! La question fut donc posée à la salle : Allons nous occupés « pacifiquement » la Maison du Peuple ? La réponse vous la connaissez.

Il est prévue aujourd’hui de se rendre en masse au tribunal correctionnel d’Aiacciu où passera Antoine Alessandri afin de montrer dans un premier notre soutien et ensuite de réclamer sa libération immédiate ainsi que celle de tous les autres jeunes qui sont pris dans ce filet répressif Normalement et selon ce qui a été annoncé par la presse, le procès du jeune corse mineur se tiendra à partir de 16H au tribunal pour enfant, Palais du Finosello et Antoine Alessandri passerait à partir de 14h au tribunal Correctionnel en face du Super U et de l’URSSAF dans les préfabriqués vers ALATA (Il sera condamné à 15 jours de prison ferme – article)

Source des informations Unità Naziunale 2007

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: