Des milliers de personnes ont répondu à l’appel pour les droits des prisonniers basques aux quatre coins du Pays basque – #Corse

(Unità Naziunale – Lutte internationale – Publié le 9 janvier 2021) Des milliers de personnes ont pris part aujourd’hui à des mobilisations appelées par le Réseau des citoyens en faveur des droits des prisonniers politiques basques dans les villes et districts du Pays basque. En Navarre, face aux intempéries, il y a eu des appels dans 80 régions différentes du pays.



Tout d’abord, nous souhaitons adresser nos salutations les plus chaleureuses et nos remerciements à tous ceux qui voulaient être avec nous à cet événement.

Vous voici, la majorité politique, syndicale et sociale du Pays Basque, qui partage la plupart de ses objectifs avec nous depuis la création de la SARE. Sans cet effort conjoint, il y a 30 ans, lorsqu’une politique de dispersion et d’aliénation a été établie, la situation actuelle serait similaire ou pire qu’elle ne l’était. Bien que de nombreux prisonniers et familles basques souffrent encore de cette politique pénitentiaire, nous progressons. MERCI BEAUCOUP.

Nous aimerions également adresser nos salutations à ceux d’entre vous qui ont voulu être ici depuis d’autres endroits, comme la Catalogne. MERCI BEAUCOUP.

Covid-19 nous a empêché de réunir des milliers et des milliers de personnes qui souhaitent une politique carcérale différente dans les rues de Bilbao aujourd’hui. C’est pourquoi, aujourd’hui, nous organiserons des rassemblements dans tout le Pays Basque, dans des centaines de villes, toutes en même temps: à 17h30.

Cette situation particulière dans laquelle nous vivons nous a également donné l’opportunité de nous unir à vous ici à Euskalduna.

Nous traversons une période d’espoir. Quelque chose bouge dans la politique pénitentiaire, grâce à une poussée unifiée et de nouvelles majorités politiques dans l’État.

Certains prisonniers basques ont été envoyés dans des prisons plus proches de leurs familles. Oui, c’est vrai, et c’est rassurant, car pour certains proches, les déplacements qu’ils ont dû faire au fil des ans ont été écourtés, ces déplacements ont fait 16 morts et plus de 400 accidents.

Mais nous ne voulons pas considérer comme normale une situation inacceptable.

L’application de la progression des diplômes est encore très limitée, si bien que 65% des détenus basques se trouvent dans le premier degré d’emprisonnement, même si la plupart d’entre eux sont libérés depuis près de 30 ans.

En outre, la loi organique 7/2003 a infligé 67 peines à perpétuité aux prisonniers cachés, ainsi qu’une peine d’emprisonnement à perpétuité de 40 ans.

Malgré les mesures prometteuses prises dans le domaine des prisons, la situation n’est pas propice au calme.

Il ne faut pas oublier qu’il y a encore 218 détenus basques en raison de leurs liens directs ou indirects avec la défunte organisation ETA. La plupart sont dispersés dans 36 prisons espagnoles et trente dans les prisons françaises.

Beaucoup sont à des centaines de kilomètres de chez eux, et avant cette crise sanitaire, environ 80 filles et garçons que nous appelons les «enfants en randonnée» ont parcouru près de deux mille kilomètres pour voir leur père, leur mère ou les deux emprisonnés. Maintenant, ils sont privés de cette opportunité depuis neuf mois.

Il y a six prisonniers de plus de soixante-dix ans; 60 détenus ont purgé les trois quarts de leur peine et 8 autres seront dans cet état cette année. Et 17 ont des maladies graves et incurables.

De plus, la crise sanitaire a exacerbé le confinement, laissant des situations d’isolement cruelles.

Selon SARE, la fin de la politique d’expulsion sera une réalité lorsque tous les prisonniers seront au Pays basque.

La disparition de cette politique pénitentiaire est essentielle pour une normalisation démocratique dans ce domaine. Et ce sera le cas lorsque la progression des diplômes est appliquée à tous les détenus, afin qu’ils puissent s’engager sur la voie de l’intégration sociale, ou lorsque les détenus atteints de maladies graves ont la possibilité de se faire soigner en dehors des murs de la prison.

Après l’adoption de mécanismes juridiques pour l’application de la progression des diplômes par la plupart des détenus basques, la Direction générale des prisons n’a plus d’excuse pour ne pas appliquer les mécanismes d’inclusion sociale de manière générale: régimes ouverts, condamnation à domicile, progression des diplômes et libération conditionnelle. Ceux-ci forment le chemin de l’intégration séquentielle dans la vie sociale, ainsi que le chemin de la coexistence.

Et il y a un aspect important à noter. Lorsque ces détenus sont libérés de prison, l’immersion sociale est rapide et il n’y a pas de risque de récidive. Les prisonniers se sont fait comprendre. Cette circonstance est une autre raison pour l’application de mécanismes légalement établis et pour que l’organisation ne soit pas kidnappée par des groupes de pression en arrière.

Nous avons un long chemin à parcourir. Et nous voulons continuer à le faire avec vous, car c’est la seule façon d’avancer. Il est urgent de profiter de ce temps pour prendre des mesures fermes, sans retour en arrière.

La situation des prisonniers basques ne nous empêche pas de comprendre la souffrance des personnes qui ont causé des dommages irréparables à la violence et ont provoqué un changement profond dans leur vie familiale et personnelle et leur témoignent leur solidarité. Nous leur devons du respect et nous devons comprendre leur douleur. C’est pourquoi nous nous opposons à ce que certains partis utilisent cette douleur et cette souffrance comme une arme pour tirer sur un opposant politique.

Face à la pression constante d’un bloc très arriéré de certains secteurs politiques et judiciaires, il est important de diffuser dans la société les objectifs de paix, de coexistence et de réconciliation que défend la majorité sociale, politique et syndicale basque.

Il est essentiel que, sans prolongation, la lutte pour le rapprochement se poursuive, afin d’alléger la peine infligée aux prisonniers et à leurs familles à distance, la SARE veut se concentrer sur ce qui doit être fait immédiatement: accélérer la progression des droits des prisonniers.

La nouvelle majorité politique de l’État devrait accepter la priorité éthique des droits de l’homme et de l’inclusion sociale, ainsi que le chemin d’une étape où la violence est vaincue à une étape basée sur la paix, la coexistence et la réconciliation. Cette situation nécessite l’implication de toutes les parties, ainsi que l’application standardisée de la législation.

En fin de compte, la clé est de donner la priorité aux principes de légalité, d’humanité et d’inclusion sociale, et de mettre de côté l’arbitraire et la commodité.

Il n’a aucun sens aujourd’hui de mener une politique antiterroriste nostalgique, déguisée en réparation. La violation des droits des détenus est contraire au principe de l’État de droit d’un État régi par l’État de droit et n’a rien à voir avec le droit à la justice, à la reconnaissance et à la réparation des victimes. De plus, il ne respecte pas la garantie donnée par l’EPPK de ne plus recourir à la violence et de reconnaître la douleur causée.

Nous sommes une société qui a beaucoup souffert et inutilement. C’est pourquoi il est essentiel de respecter les droits des détenus, et nous souhaitons partager avec vous les cinq aspects que nous voyons pour entamer le dialogue:

La fin définitive de la politique d’aliénation; rapatriement des prisonniers atteints de maladies graves; progression du diplôme; permis de prison; et la gestion de la loi organique 7/2003.

Après tout, nous sommes confrontés à une période d’espoir, mais pour en faire une réalité, il est essentiel d’avancer dans cette voie, fermement et ensemble. Nous aimerions vous y inviter.

Faisons le ensemble.



 

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: