Breaking News

STC ONF « A furesta corsa in periculu » – « La forêt #corse en danger »

(Unità Naziunale publié le 22 septembre 2020) Le 14 septembre dernier, nous avons procédé à l’occupation des locaux de notre Direction Territoriale. Avec cette action syndicale, nous avons débuté une démarche d’alerte sur la politique néfaste de l’Etat au travers de la Direction Générale de l’ONF.

Cette politique, échelonnée en différentes étapes, a pour unique fil conducteur des suppressions de postes massives depuis plusieurs années. La conséquence est l’abandon de massifs forestiers, qui ne bénéficient plus d’une gestion durable.

Le code forestier donne à l’ONF des prérogatives exclusives dans ce domaine pour les forêts publiques, mais l’Etat et l’ONF ne mettent pas en œuvre les moyens et effectifs nécessaires.

En Corse, ce sont près de 150 000 ha de forêt, 100 000 ha de Forêts Communales et 50 000 ha de Forêts Territoriales (depuis le transfert des forêts domaniales à la CTC en 2002), relevant du régime forestier, qui doivent bénéficier d’une gestion durable. Celle-ci passe par l’élaboration d’aménagements forestiers, qui programment la mobilisation des bois, les travaux, les suivis environnementaux ou d’ingénierie, l’accueil du public, mais également la surveillance générale.

Au sein de la Direction Territoriale de Corse, ce sont près de 15 postes vacants (pour beaucoup suite à des départs à la retraite) que la Direction Générale a « gelés » en refusant de les pourvoir, laissant la charge de travail aux personnels restant plus que débordés.

Plutôt que de pourvoir les postes, la Direction Générale a entrepris de nous retirer des missions, comme la paie (projet de centralisation sur Paris désormais suspendu) ou d’autres prévues par le Code Forestier.

Nos organisations syndicales l’affirment clairement : cette politique de destruction de l’emploi va conduire à un préjudice irréversible pour le patrimoine forestier insulaire.

Cette situation ne peut plus perdurer.

Cela hypothèque également fortement les débouchés pour les jeunes qui poursuivent un cursus de formation forestière.

Nous demandons à ce que chaque poste prévu dans notre organigramme fonctionnel soit pourvu.

Les propriétaires, comme les communes forestières que nous remercions de leur soutien, pâtissent de ces carences en personnel. Alors même, que les missions prévues par le code forestier leur sont dues.

Depuis 2014, les propriétaires de forêts publiques (communes et région) paient à l’ONF une contribution annuelle de 2€/ha. Cette contribution doit leurs garantir de bénéficier des missions liées au Code Forestier et mises en œuvre par un agent assermenté.

Par ailleurs, dans les territoires les plus reculés de l’intérieur de la Corse, nos personnels constituent souvent l’ultime présence. Ce maillage territorial qui est un atout, et qu’il faut maintenir, est désormais en train de disparaître.

En effet au-delà des missions précitées, les personnels de l’ONF ont également un rôle d’animateur de territoire et d’accompagnement auprès des élus du rural même si cela reste difficile à entendre pour la direction.

En plus des baisses d’effectifs, certaines de ces missions essentielles de service public sont abandonnées pour d’autres plus rentables ou payées par d’autres organismes.

La forêt, faut-il encore le rappeler ?, à un rôle environnemental, social, économique et culturel.

L’exemple le plus flagrant est l’abandon de la surveillance générale des massifs : on nous demande d’en faire beaucoup moins, ce qui a pour conséquence le développement d’activités délictuelles comme le braconnage ou les coupes de bois illégales. C’est la même chose pour les missions d’accueil et d’information au public qui devraient être une force dans le cadre de l’importance du tourisme vert au sein de la montagne et des massifs forestiers insulaires.

Et que dire des incendies ? La prévention (la présence dissuasive qui limite les mises à feux malveillantes ou accidentelles, la sylviculture DFCI), la lutte (missions de guidage de par notre parfaite connaissance des massifs et de l’historique des feux) et la reconstruction (programme de travaux de réhabilitation, nettoyage, mise en sécurité, plantation…).

De l’adaptation des espèces au changement climatique (plantation, suivi sanitaire…).

Désormais, ce qui ne rapporte pas directement de l’argent est secondaire.

Sans ambiguïté, nous l’affirmons, la forêt corse est en danger, si la Direction Générale ne met pas un terme à cette feuille de route, écrite par des technocrates, uniquement basée sur une politique du chiffre. Aujourd’hui à l’ONF, hier dans une multinationale, demain ailleurs, ces décideurs vaquent à leur sinistre besogne sans aucune sensibilité forestière. Ils sont les liquidateurs du travail accompli par nos prédécesseurs, et qui a fait la forêt d’aujourd’hui.

Les communes forestières, dont certains représentants sont ici présents, ont pris conscience du risque imminent pour leur patrimoine. Les forêts publiques insulaires sont toutes des forêts de collectivités, et nous considérons que cette logique de restriction des effectifs, ne peut se faire au détriment de celles-ci.

Des acteurs de la filière bois, dont nous saluons également le soutien sans faille apporté, savent également le rôle essentiel de nos personnels pour ce secteur économique.

L’ensemble de ces soutiens aux personnels, démontrent le lien de confiance qui s’est installé et la compétence qui leur est reconnue.

Lors du conflit social du 14 septembre dernier, nous avons pu obtenir de la Direction Générale qu’une analyse soit effectuée en octobre sur l’adéquation missions/moyens. Nous le disons clairement aucune mission ne peut et ne doit être abandonnée.

La Collectivité de Corse bénéficie de la compétence pour déterminer sa politique d’orientation forestière. Cette spécificité qui semble être aujourd’hui ignorée, doit être réaffirmée. Les propriétaires forestiers doivent pouvoir participer à ce travail.

Au-delà des faiblesses de postes au sein de l’ONF Corse, c’est un principe clair qu’il nous faut marteler : les moyens alloués pour la gestion des forêts corses doivent être définis en fonction de cette politique forestière et de l’ambition des propriétaires.

Pour cette journée du 22 septembre 2020, nos organisations syndicales STC et SNUPFEN-Solidaires ont de nouveau lancé une journée de grève.
Nos actions s’intensifieront dans les semaines à venir, en l’absence d’une véritable prise en compte par la Direction Générale de nos revendications, à savoir:

– l’engagement d’un arrêt définitif des suppressions de postes en DT Corse ;
– le renforcement des effectifs.

Les personnels de l’ONF Corse ne revendiquent pas de hausse de salaires ou autres, mais ils exigent le droit de pouvoir « bien » travailler au service de la forêt corse.

Par ailleurs, aujourd’hui, à Vizzavona, dans ce lieu symbolique de la richesse de nos forêts insulaires, nous voulons lancer un appel à la création d’un collectif pour la forêt corse, regroupant les syndicats de l’ONF, les communes forestières, les acteurs de la filière bois et des métiers de la forêt.
Tous, personnels de l’ONF et du milieu forestier, propriétaires forestiers, acteurs de la filière bois nous sommes tous liés par la nécessité de préserver la forêt corse. Les uns et les autres sommes également confrontés, aux conséquences d’une filière bois insulaire moribonde et à une absence criante d’un projet innovant et d’une politique forestière, qui reste encore à être élaborée.

Nous prendrons l’initiative prochainement d’une première réunion de travail afin d’avancer dans la constitution de cet espace de défense des emplois mais également de co-construction d’un projet global pour la forêt corse.

Furesta corsa furesta viva !

STC ONF / Snupfen


Texte de la Conférence de presse du 22 septembre à Vizzavona. Après avoir occupé les locaux de la direction territoriale le 14 septembre dernier, les syndicats STC et Snupfen de l’ONF entament ce mardi 22 septembre à Vizzavona une nouvelle action : ils appellent à la création d’un collectif pour la forêt corse, considérant qu’elle est aujourd’hui mise en danger par la politique menée par la direction générale.



Revue de presse :

(Corse Net Infos) (RCFM) (Corse Matin) (Alta Frequenza) (Corse Net Infos)



Soutien du PNC

Una delegazione di u PNC era prisente sta mane, in Vizzavona à una Cunferenza di stampa à l’iniziu di u personale di l’ONF. Sustegnu maiò Pè una vera pulitica di e fureste in Corsica!


ONF : La recentralisation en marche! – Soutien du @PNazioneCorsa #Corse

 

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: