Breaking News

#Corse – Massimu Susini « À tè, l’abbracciu di sta terra, riposa in santa pace… »

(Unità Naziunale Publié le 12 septembre 2019) Sportif accompli, Turchinu di sempri, militant politique, associatif et Culturel, Massimu Susini nous a quitté ce jeudi 12 septembre 2019.

Maxime Susini, 36 ans, a été tué jeudi matin sur la plage du Peru, à Carghjese.


(France 3 Corse) (Corse Matin) (Corse Matin)


CORE IN FRONTE

Hè mortu à Massimu Susini u nostru cumpagnu di lotta, tombu à tradimentu in Carghjese.
Militente di Core In Fronte, Massimu era un omu di valore, ghjustu è dirittu, sempre à fiancu à quelli chì soffrenu.

Era un agricultore arradicatu à a so terra di I Dui Sevi è di A Corsica.
Era un patriottu sinceru è un militente pè a libertà è l’indipendenza di u so paese.

Podenu amazzà un omu, ma mai ùn tumberanu un ideale.

A situazione di A Corsica hè pessima.
Ci sò oghje gruppi maffiosi chì si permettenu di tumbà è fà legge pè i so scopi, chì sò u soldu è l’interessu.
Si volenu manghjà è piglià A Corsica.
U Statu francese, chì hà fattu a guerra à i naziunalisti sti ultimi 40 anni, tene una rispunsabilità maiò ind’è sta situazione di ruina, è ùn pò fà nice di sapè la.

Core In Fronte face e so parte di dolu à a so famiglia è manda u so affettu è sintimi cummossi à tutti i soii.
Ch’ella sia in locu d’eternu riposu.

À TÈ L’ABBRACCIU DI STA TERRA.


Cullitivu I LICEANI CORSI

 

Militentu e patriottu di prima trinca ! Si n’hè andatu sta mani Massimu Susini. Prisintemu e nostre cunduglienze a a so famiglia. Cullittivu di i Liceani Corsi.


GHJUVENTU PAOLINA

Ani tumbatu oghji à Massimu Susini.
Omu di valori, stintu dirittu è core sinceru.
Massimu Era un militanti accanitu sempri purtaia a so brama pà a noscia tarra, i nosci valori e à noscia ghjuventù.
Una volta di più,un fiddolu di Corsica tumbu sott’à i colpi di a viulenza sucitali è nurmalizata.
U nosciu amicu, u nosciu frateddu, un patriottu.
Vargogna à quiddi ch’ani fattu a scelta d’amazzà u pulmoni vivu à ricchezza di a ghjuventù.
À l’orienti eternu, riposa in santa paci.
À tè l’abbracciu d’issa tarra


PRESIDENT GILLES SIMEONI

Hommage à la mémoire de Maxime Susini et condoléances affligées à tous les siens. Son assassinat s’inscrit dans un contexte d’ensemble inquiétant et malsain. Un seul chemin pour combattre ces dérives : la démocratie réelle, comme méthode et comme objectif.


PRESIDENT JEAN GUY TALAMONI

Una volta di più, un giovanu corsu hà pagatu di a so vita a situazione torba ch’ella cunnosce a Corsica. Davant’à sti drami chì culpiscenu parechje famiglie isulane, tocca à tutti i Corsi di creà un altru avvene per i nostri figlioli.


GHJUVENTU LIBERA + CORSICA LIBERA

En juillet dernier les Nationalistes, signataires des accords du Fiumorbu en 1999, se sont retrouvés .
Les militants et les organisations politiques présentes ont réaffirmés leur détermination à combattre les mécanismes mortiferes du passé.

La Corse connait d’autres tragédies et nous saluons la mémoire d’un jeune homme de 36 ans, Massimu Susini, abattu ce jeudi.

Una volta di più, un giovanu corsu hà pagatu di a so vita a situazione torba ch’ella cunnosce a Corsica. Davant’à sti drami chì culpiscenu parechje famiglie isulane, tocca à tutti i Corsi di creà un altru avvene per i nostri figlioli.


CUNSULTA DI A GHJUVENTU CORSA

S’hè spentu eri Massimu Susini, militanti di a causa corsa hè arradicatu à a so terra. Era un patriottu sinceru pè a corsica sana. A ghjuventù pienghje a so sparizione. Una volta di più un omu di gran valore si n’è và, ma a so lotta campa dinò.

À tè l’abbracciu di issa terra.
A to memoria serà sempre incesa.
Chì tu riposessi in Santa Pace.


GHJUVENTU INDIPENDENTISTA

A Ghjuventù Indipendentista vole rende omagiu à Massimu Susini, tombu eri à 36 anni. Massimu Susini era un giovanu tenutu è un patriottu sinceru. Avemu una pinsata forte per i soi.

Ch’ellu riposi in santa pace.


ASSOCIU TOCC’A NOI

Oghje, ripigliemu a parolla pà sprime un umaghju tamantu à u nostru amicu di sempre, Massimu Susini, omu di valore e militante passiunatu di a causa patriotica corsa, di a difesa di l’ambiente e di a lotta pà una sucieta più ghjusta.

Depuis hier matin, une nouvelle fois, notre pays va mal. La violence inouïe, insensée et inacceptable s’est une nouvelle fois abattue sur un enfant de notre île, arrachant la vie d’un jeune homme de 36 ans, qui se rendait simplement sur son lieu de travail.

Ces logiques mortifères et destructrices rongent notre pays depuis bien trop longtemps, et nous devons plus que jamais en sortir.

Aujourd’hui nous saluons la mémoire d’un homme de valeur et de conviction, et surtout d’un ami, engagé depuis toujours dans le combat pour une nation corse émancipée, libérée de toute forme d’exploitation, plus juste et égalitaire. Ce souvenir est éternel et ne s’éteindra jamais.

Nous adressons à la famille de Massimu et à ses proches nos plus sincères condoléances.

Risposa in Pace o frateddu ! Un ti scurderemu mai !


CULLETIVU PATRIOTTI

Omu d’onori, militentu di prima trinca, Massimu Susini era cunisciutu  par u so ingaghjamentu sputicu. Arradicatu à a ghjustizia suciali è à a difesa di u nosciu patrimoniu naturali. Era un militentu indipendentistu.  Cunvintu di a noscia dimarchja s’era impignatu in a dimarchja di u nosciu culletivu. Pinsaia com’è noi chi a vita cutidiana di l’anziani prighjuneri pulitichi era suttumiss’à parrechji formi di prissioni innacetevuli. Eramu accant’à iddu par u so prucessu di ricusu d’Adn.

U so assassinu ricocca com’è una nova dichjarazioni di guerra à un mumentu induva novi cundizioni pulitichi parmettani ch’idda si sparghji in cori di a sucità l’idea naziunali.  U so assassiniu infirma i cundizioni d’appaciamentu. Un pò essa cunsideratu comu ciò chi a prupaganda francesa chjama  » fait divers « .

Com’è sempri a cusidetta  » ghjustizia francesa  » apri l’inchiesta ma a sapemu chi ùn andarà tantu luntanu – com’è par tant’altri cartulari d’assassini di militenti pulitichi corsi – postu chi a rispunsabilità di u Statu francesu hè ingaghjata in ‘ssa situazioni : he iddu chi parmetta chi certi gruppi di natura maffiosa facini ciô ch iddi vollini….

Oghji piinghjimu l’unu di i nosci. Ma ch’idda sia chjara chi nimu né nudda indebulisciarà né ammutularà a noscia dimarchja.

Tocc’à ogni urganizzazioni à piddà a misura di ciò chi si passa è rifletta ‘à ciò chi pò essa fattu par impedì i nemichi di a Corsica d’impatrunisciasi di a noscia tarra è di stupà nant’à noscia lotta.

Ùn morenu l’eroi !

A Massimu Susini, martiriu di a causa patriottica.


A MANCA

Massimu Susini : un assassiniu barbaru. Una volta di più, a Corsica perde un giuvanottu di i soi, un militante indiatu inde a lotta pà a ricunniscenza di i dritti di u populu corsu. Sta tragedia culpisce à tempu a so famiglia, i soi, i so paisani è forse tutti i Corsi, vale à dì un paese sanu sanu. Vulemu prisintà e nostre parte è tistimugnà di a nostra sulidarità afflitta à l’inseme di i soi. Nisun argumentu pò ghjustificà l’assassiniu barbaru. Inde un clima di sucetà più cà pisivu, ci tocca à mette in ballu cura, cuntrollu è vigilanza. A Manca


BASTIA 1905

À tè fratellu,
À tè amicu,
À tè patriottu,
À tè corsu,
À tè omu di valori immensi,
À tè Massimu Susini…

Presentemu e nostre sincere cunduleanze à to famiglia, i to amichi, è pienghjimu cù elli.

T’hannu cacciatu a vita, mà ùn puderanu mai caccià u to ricordu, chì tu riposessi in Santa Paci, Massimu.

À tè, l’abbracciu di sta terra.


L’ATTRACHJU

Oghje s’hè pisatu un sole rossu..

Ci mancanu e parolle per dì tutta a tristezza, tuttu u dulore è tuttu l’odiu ch’è no risentimu di pettu à a morte di Massimu Susini, assassinatu sta mane in Carghjese.

Ùn si pò capì nè ghjustificà u perchè è u cume d’un attu cusì à l’incontru d’un omu cusì…

Sustenitore accanitu di u Sporting, omu impegnatu assai per a prutezzione di l’ambiente è u rispettu di a natura, omu impegnatu assai in a vita di u so rughjone, difensore di a lingua corsa, militante sindicalistu à l’Università….. è tant’altre cose ch’ùn si pò riassume in qualchì infrasata tuttu ciò ch’ellu ripresentava è ch’ellu era…

Ognunu tenerà à mente un qualcusellu di Massimu, ma noi ci arricurderemu di l’amicu di gran’ valore… Di a persona sincera… Di l’omu dirittu… Di ´ssu mudellu à seguità per tutti i giovani chì cercanu à impegnà si in a vita di a Corsica…

À tè, u nostru amicu…

Prisentemu e nostre parte à tutta a so famiglia, à tutti i s’amichi, à tutti i soii…



LDH CORSICA

« La ligue des droits de l’homme condamne avec la plus grande fermeté l’assassinat de Maxime Susini. A sa famille, à ses proches, elle présente ses plus sincères condoléances. Cet assassinat suscite une très vive émotion et beaucoup d’inquiétude à la hauteur des nombreuses questions que chacun se pose. Il nous faut d’abord affirmer que Maxime Susini est une victime. Aucun de ses engagements professionnels, politiques ou autres ne peuvent être considérés comme des explications a priori et alimenter les rumeurs. Il revient à la justice de rechercher la vérité et de confondre le ou les coupables. »


GHJUVENTÙ NAZIUNALISTA

U gruppu Ghjuventù Naziunalista tene à rende umaghju à Massimu Susini militente di sempri e à prisintà i so cundulienzi à a so famiglia.
Ch’ellu riposi in pace.


L’ORA DI U RITORNU

Le collectif « L’Ora di u Ritornu » s’incline devant la dépouille de Massimu SUSINI. Il condamne avec force l’assassinat dont a été victime ce jeune Corse, épris de liberté et mué en toutes circonstances par un sentiment de justice, d’équité et de dévouement exemplaire à l’égard des causes justes. Son engagement et sa détermination honorent aujourd’hui sa mémoire et nous oblige à réfléchir collectivement aux combats que l’on doit relever si l’on veut que notre jeunesse puisse vivre dignement dans son pays en étant débarrassé de la prédation financière qui innerve tous les pans de notre société.
Massimu era un figliolu di sta terra. Oghje, hè u so sangue chì ribomba inde e nostre cuscenze. Riposa in pace eterna …
L’Ora di u Ritornu présente à tous les siens ses plus sincères condoléances.


MOSSA PAISANA

A Mossa paisana oghje ,pienghje davant’à a salma di u nostru fratellu amicu militente d’un valore spripusitatu .
Omu sinceru , primurosu di a so tarra è di i scopi ch’ella deve rilevà Cursichella, era u primu à arrizzà si di pett’à ogni inghjustizia , ogni inghjulia .
A Corsica perde oghje un’puntellu maiò di lu s’avvene .
Ùn morenu cà quelli scurdati .
Ùn ci scurdaremu mai .


PARTITU DI A NAZIONE CORSA

Cunsigliu di U Partitu di a Nazione Corsa
Corti, u 13 di settembre

Nos militants, réunis ce jour conformément aux statuts validés le 28 avril dernier, lors de notre Assemblée Générale, ont largement débattu de la situation politique et arrêté un certain nombre de décisions. Compte tenu du contexte général, et plus précisément du drame qu’a représenté l’assassinat d’un militant nationaliste, ces points seront évoqués ultérieurement. Pour l’heure, le PNC souhaite aborder ce seul sujet, et redit son soutien à la famille et à la communauté villageoise endeuillées par cette tragédie.

Jeudi 12 septembre 2019, en début de matinée, Massimu Susini a été abattu sur la plage du Peru où se situait son exploitation commerciale.
Au delà du militant nationaliste, c’est encore un homme, jeune et impliqué dans de multiples domaines, qui a été tué sur notre terre.
Le constat d’une situation inquiétante, et même délétère, a été fait par chacun, et depuis de nombreux mois, sans atteindre pour autant l’objectif d’un apaisement et d’une résolution des conflits qui endeuillent, à chaque fois davantage, un peuple tout entier.
D’un incendie l’autre, d’un crime l’autre, nous regardons, faussement impuissants, se dérouler imperturbablement les images d’une île qui sombre dans la confusion et la violence.
Les mots « Démocratie » « Éthique » « Valeurs », tellement galvaudés et inutiles qu’ils provoquent un sentiment de lassitude générale à leur simple évocation, ne nous seront d’aucun secours s’ils ne restent que des mots.
Il doit paraître évident à tous que l’état, qui ne fait même plus confiance à sa police à en croire la presse du jour, a une part déterminante – et historique – de responsabilité dans ce déferlement mortifère.
Bien sûr que les situations et les habitudes de violence, qui ont émaillé notre quotidien depuis des décennies, pour la seule période contemporaine, ne trouveront aucune issue de façon simple et rapide.
Mais devons-nous pour autant nous contenter de désigner un tiers responsable, une histoire douloureuse, pour nous sentir en paix avec notre conscience ?
Ne devrions-nous pas, nos élus en tête, inviter à un sursaut général, non par les mots mais par l’exemple, pour éviter que la situation ne se dégrade encore ?
Nous formulerons donc des propositions en amont de la prochaine session de l’Assemblée de Corse, aux fins que nous prenions ensemble l’exacte mesure du climat général, et des réponses fortes qu’il appelle.



Le 10 mai 2004 : (les photos) Dans la matinée, une soixantaine d’étudiants, militants nationalistes et membres des familles des jeunes ont enfoncé les grilles du palais de justice avant d’être repoussés par des gendarmes mobiles en tenue antiémeute, selon des images diffusées par France 3-Corse. L’accès au Palais de justice avait été refusé aux familles.

Le 15 mai 2004 : Manifestation de soutien à Massimu Susini (les photos).

Le 25 janvier 2005 : Procès de jeunes dont des militants de la Ghjuventù Paolina ce Mardi 25 Janvier 2005 à Bastia. Mica Cesari, jc benedetti, santoni antoine, matteo galet, massimu Susini, le cas du jeune Alfonsi a été disjoint pour cause d’absence de son avocat. Ont été réclamé dans l’ordre 3 mois, 5 mois, 6 mois, 6 mois et 8 mois de prison avec sursis. Verdict le 8 Février 2005 : Cinq étudiants ont été condamnés mardi à cinq mois d’emprisonnement avec sursis par le tribunal correctionnel de Bastia. Ces étudiants, âgés de 20 à 30 ans, ont été condamnés pour « dégradations ». L’un d’entre eux, également poursuivi pour « violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique », a été relaxé de ce chef. Des peines de trois à six mois d’emprisonnement avec sursis avaient été requises à leur encontre. Le 23 mars 2004, des nombreuses manifestations de lycéens s’étaient déroulées dans plusieurs villes de l’île pour la défense de la langue corse. A Corte, où se situe l’Université de Corse, lycéens et étudiants avaient défilé avant que des incidents -incendie de conteneurs, projectiles contre la sous-préfecture, dégradation d’un véhicule- ne viennent émailler la fin de la manifestation.

Il avait été poursuivi 10 ans plus tôt pour l’incendie volontaire des bureaux du président de l’exécutif de la collectivité territoriale de Corse, et relaxé en juin 2009 par la cour d’appel de Bastia dans cette affaire

Le 5 mai 2008 : (12:59 Unità Naziunale, www.unitanaziunale.org – Corse – Lutte de Masse) Le Comité Anti Répression dénonce et s’insurge contre les nouvelles persécutions judiciaires dont est victime un jeune militant nationaliste membre du Rinnovu, Maxime Susini. En effet, au terme d’une garde à vue de 3 jours, celui-ci sera présenté au procureur d’Aiacciu cet après-midi à 15 heures dans le cadre de l’occupation de l’Assemblée de Corse en janvier dernier. Nous rappelons également que le 16 mai prochain 5 responsables nationalistes seront traduit devant la justice coloniale pour remettre en cause le droit de manifester. Ces derniers temps, aux nombreuses arrestations et déportations viennent s’ajouter ces actuelles manœuvres policières et judiciaires qui dévoilent les véritables intentions gouvernementales pour traiter du problème corse. Le C.A.R. apporte son soutien à Maxime Susini et appelle ses sympathisants à se rassembler aujourd’hui devant le tribunal du Finusellu à 15 heures pour exiger sa libération immédiate.

Le 5 mai 2008 : (12:59 Unità Naziunale, www.unita-naziunale.org – Corse – Lutte de Masse) Après une garde à vue, l’incendie à l’assemblée de Corse, notre militant Maxime SUSINI est présenté aujourd’hui au palais de justice d’Aiacciu/ MAXIME SUSINI COMPARAIT MARDI A 15 HEURES. NOUS APPELONS A LE SOUTENIR.

Le CAR avait appelé à se joindre au rassemblement patriotique de lundi. Notre militant doit comparaître mardi à 15 heures selon les méthodes manipulatoires déjà utilisées en février contre nos militants appelle à venir soutenir Maxime Susini à ce procès pour une prétendue détention d’arme alors qu’elle aurait été saisie en février par des forces de « l’ordre »… Sur la question de l’incendie du bureau d’Ange Santini, le parquet fait comparaître Maxime Susini le 21 mai 2008. Un des 3 autres militants déja libérés dans cette affaire lui aussi convoqué pour comparaître à cette date… SUSTENIMU A MASSIMU SUSINI MARTI U 6 A 3 ORE PALAZZU DI GHJUSTIZIA D’AIACCIU

Le 6 Mai 2008 : (12:59 Unità Naziunale, www.unita-naziunale.org – Corse – Lutte de Masse) (Frédéric Bertocchini et Laetitia Pietri – Alta Frequenza) – Maxime Susini, le militant du Rinnovu jugé dans le cadre d’une procédure de comparution immédiate a été condamné à 4 mois de prison ferme cet après-midi (mardi) pour détention d’armes et de munitions ainsi que refus de prélevement d’ADN. Il a été relaxé en revanche des accusations de détention d’explosifs. Rappelons que le jeune homme était finalement poursuivi non pas pour l’incendie du bureau d’Ange Santini, commis le 12 janvier dernier mais pour des empreintes génétiques découvertes sur des explosifs et une cagoule retrouvés à Carghjese. Maxime Susini, le militant du Rinnovu, a cependant refusé de donner son ADN aux enquêteurs. Nous écouterons dans nos éditions de 18h30 et 19h40, les réactions de Maître Mariaggi et de Paul-Félix Benedetti. (écouter ici) (Frédéric Bertocchini – Alta Frequenza) – Décidément, les procès des militants du Rinnovu se suivent et ne se ressemblent pas au palais de Justice d’Ajaccio. Après les déplorables incidents, dont nous nous souvenons bien sûr, fin janvier de début février, voici à présent l’épisode du « bourrage de la salle d’audience » par des forces de l’ordre en civil. En effet, Me Mariaggi et les militants du Rinnovu ont dénoncé la présence massive de force de police en tenue civile à l’intérieur de la salle d’audience. In fine, de nombreux amis, des militants et des membres de la famille de Maxime Susini ont dû rester dehors. Ces méthodes n’ont pas manqué d’interpeller Paul-Félix Benedetti du Rinnovu.

Le 7 mai 2008 : (12:59 Unità Naziunale, www.unitanaziunale.org – Corse – Lutte de Masse) Le Comité Anti Répression renouvelle son total soutien à Maxime Susini, injustement condamné à 4 mois de détention à l’issue d’un procès expéditif et entaché d’irrégularités. Le C.A.R. rappelle les conditions inadmissibles dans lesquelles se sont déroulés les premiers procès : CRS ayant investi le prétoire, gazage du public, sentence rendue sans avocats ni témoins, avocat en robe molesté dans une salle d’audience … ainsi que l’inacceptable tentative d’intimidation de Maître Marriaggi, interpellé et placé en garde à vue. Le Comité Anti Répression dénonce ces méthodes fascistes et appelle l’ensemble de ses sympathisants à venir soutenir les militants qui comparaîtront les 16 et 21 mai prochain au tribunal d’Aiacciu et qui seront jugés pour l’organisation de la manifestation du 12 janvier 2008 et l’incendie sur-médiatisé d’un bureau de l’Assemblée de Corse.

Le 18 mai 2008 : (12:59 Unità Naziunale, www.unita-naziunale.org – Corse – Lutte de Masse) « RINNOVU appelle à un rassemblement de soutien mercerdi 21 mai à 14 heures devant le palais de justice d’Ajaccio. Quatre militants du Rinnovu, Félix Benedetti, Antony Bozzi, Michel Terrachon et Maxime Susini doivent être jugés dans le cadre de l’incendie de bureaux à la CTC. Après une tentative de lynchage judiciaire avec des procès militarisés et la libération des militants injustement accusés, la machine répressive a continué de fonctionner. De plus, le parquet d’Ajaccio devra assumer son procès d’opinion contre des organisateurs de la manifestation du 12 janvier qu’il a repoussé plusieurs fois pour tenter d’éviter une mobilisation et une grève de soutien. Rinnovu appelle à la mobilisation solidaire pour tous ces procès en sorcellerie contre des militants. La Corse a besoin d’une solution politique; nous restons à l’heure des choix entre l’oppression et la dépossession programmée à laquelle la justice apporte son concours ou une alternative de reconnaissance et de liberté pour le peuple corse. »

Le 25 mars 2009 : (13:00 Unità Naziunale, www.unita-naziunale.org – Corse – Lutte de Masse) CORSICA LIBERA est solidaire de son militant MASSIMU SUSINI (membre de l’exécutif) qui doit comparaître vendredi 27 mars à 14 heures au Tribunal d’Aiacciu. Il est poursuivi pour avoir refusé de donner son ADN, déclarant à la justice : « vous voulez me mettre une bague à l’oreille comme à mes animaux ». Les patriotes doivent résister à un appareil répressif qui par définition n’est pas loyal avec eux. Instituer la pression répressive comme mode de règlement de la question corse est une stratégie vouée à l’échec. Nous serons aux côtés de Massimu et appelons au soutien ce vendredi au Tribunal du Finusellu. » Corsica Libera

Le 10 avril 2009 : Corsica Libera tient conférence de presse dans laquelle le mouvement dénonce l’acharnement répressif contre Massimu Susini, militant de l’Exécutif.


Le 17 juin 2009 : (13:00 Unità Naziunale, www.unita-naziunale.org – Corse – Lutte de Masse) La cour d’appel de Bastia a relaxé mercredi trois militants nationalistes corses poursuivis pour l’incendie volontaire des bureaux du président de l’exécutif de la collectivité territoriale de Corse, le 12 janvier 2008. Le 13 mai, à l’audience, l’avocat général Pierre-Yves Radiguet avait requis 2 ans de prison ferme contre les trois militants, Maxime Susini, 26 ans, Félix Benedetti, 35 ans et Anthony Bozzi, 34 ans. Il avait demandé la relaxe d’un quatrième prévenu, Michel Terrachon, 45 ans, pour « insuffisance de preuves ». Il avait toutefois souhaité qu’il soit condamné à 2 mois de prison pour avoir refusé de se soumettre à un prélèvement d’ADN. Ce dernier et Anthony Bozzy ont été condamnés mercredi à un mois de prison avec sursis pour ce refus de prélèvement. Devant le tribunal correctionnel d’Ajaccio, le procureur de la République, José Thorel, avait requis une peine d’un an d’emprisonnement contre les quatre militants. Ils avaient finalement été relaxés en première instance. Les trois premiers en mai 2008 et Anthony Bozzi en octobre 2008 en raison d’une erreur de date sur sa convocation. Le procureur avait fait appel de la relaxe des quatre hommes. « La peine double en passant le col de Vizzavona » (sur la route menant d’Ajaccio à Bastia), avait ironisé Me Jean-Michel Mariaggi, avocat des quatre prévenus devant la cour d’appel. Il avait plaidé la relaxe en soutenant qu’il « s’agissait d’un procès politique ». « La justice s’est bien peu préoccupée des casseurs, il fallait accrocher des +politiques+ », avait-il soutenu. Retraçant « la mise à sac des locaux par le feu », l’avocat général avait insisté sur les témoignages identifiant les quatre hommes comme faisant partie du commando de cinq ou six hommes qui aurait provoqué l’incendie. Il avait également vivement condamné l’attitude de l’épouse d’Anthony Bozzi, « une professeur des écoles qui affirme que son mari était avec elle alors que les relevés téléphoniques montrent qu’elle l’a appelé plusieurs fois sur son téléphone portable » dans la soirée de l’incendie. Les prévenus, qui ont toujours nié les faits, avaient refusé de prendre la parole à l’audience. Le 12 janvier 2008, à l’appel de dix-huit mouvements, partis et syndicats nationalistes corses, des manifestants avaient défilé à Ajaccio pour réclamer l’arrêt de la « répression » et du « fichage ADN » des militants nationalistes. A l’issue de la manifestation, ils avaient pénétré dans l’hémicycle de l’Assemblée de Corse. Un incendie s’était déclaré au troisième étage, au moment où les nationalistes débattaient de la poursuite de l’occupation du bâtiment. Le sinistre avait détruit les bureaux d’Ange Santini, président UMP du Conseil exécutif de Corse. Au final, seuls trois jeunes gens ont été directement condamnés dans cette affaire: Alexandre, 19 ans, et Maxime, 18 ans, ont été condamnés à un mois de prison ferme pour les dégradations et les vols commis à l’Assemblée de Corse. Un troisième prévenu, Loïc, 21 ans, a été condamné à deux mois fermes en raison de ses antécédents judiciaires. Les trois jeunes gens avaient reconnu être les auteurs de dégradations volontaires et de vols dans et édifice. Au troisième étage de l’Assemblée, ils avaient abondamment pioché dans le bar et s’étaient cuisiné des lasagnes surgelées avant d’être priés de « dégager » par un commando de quatre à cinq hommes masqués.

En août 2017  Engagé dans la lutte pour la préservation du littoral corse, il participait à un rassemblement à Rundinara

Maxime Susini a été condamné, en 2018, à deux mois de prison ferme pour refus de prélèvement ADN. Un jugement qui fait suite à une première condamnation, en 2017, pour violence sur personne dépositaire de l’autorité publique.



(France 3 Corse)



 



#Corse Rassemblement de soutien à Massimu Susini le 10 mai 2004

#Corse Rassemblement de soutien à Massimu Susini le 10 mai 2004

 

#Corse Rassemblement de soutien à Massimu Susini le 10 mai 2004


FIN PHOTOS

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: