X

(Unità Naziunale – 12h30 – 25 octobre 2017Fin de conflit à 21h30 : Le travail va reprendre dès ce jeudi matin avec une certaine sérénité dans la mesure où un terrain d’entente a été trouvé entre les deux parties. La prime d’ancienneté bloquée depuis 14 ans ne l’est plus. 

« Nous avons obtenu la réévaluation de la prime d’ancienneté qui sera calculée en pourcentage sur une partie du salaire avec une rétroactivité depuis le 1er janvier 2017. Et une augmentation générale des salaires de 0,5%  a aussi été acquise« 

Fin de matinée : Alors que le dialogue n’a toujours pas repris entre les représentants du STC et la direction, cette dernière a assigné trois délégués du personnel en justice. Parallèlement, les grévistes commencent à recevoir des soutiens extérieurs.

Trois délégués du STC comparaissaient ce matin devant le tribunal de grande instance d’Ajaccio à la suite du conflit qui se poursuit dans les magasins Carrefour. La direction de l’entreprise leur reproche de bloquer les accès aux magasins interdisant de ce fait aux personnels non grévistes et aux clients. La juge a ordonné en fin de journée que les accès soient laissés libres et a autorisé une expulsion par la force dans le cas contraire. Elle n’a cependant pas prononcé de peine d’amende à l’encontre des délégués syndicaux.

Ils étaient une bonne centaine devant les grilles de la grande surface mardi matin, banderoles et drapeaux déployés pour dénoncer leurs conditions de travail, les horaires, les salaires et primes mais aussi et surtout la pression qu’ils subissent au fil des jours. 

« Il y a 90 % de grévistes »

Hier matin, Étienne Santucci et Maïdée Nicolai, de l’union locale STC d’Ajaccio, étaient venus appuyer les grévistes lors d’une conférence de presse donnée devant les grilles de l’hypermarché de la rocade. Cette prise de parole publique était en fait la matérialisation physique du soutien de l’ensemble de l’organisation syndicale à la section des magasins Carrefour et aux personnels qui sont entrés dans le conflit.


SOUTIEN DE CORSICA LIBERA

Corsica Libera apporte son soutien total aux employés grévistes des magasins carrefour. Convoquer des délégués syndicaux devant les tribunaux ne réglera en rien les problèmes liés à la précarisation des salariés par la politique de grands groupes dont nous avons déjà maintes fois dénoncé l’implantation tentaculaire. Des solutions existent. Elles passent par une politique économique et sociale au service du peuple corse et non par les diktats de consortiums étrangers laissés à leur seule logique.


Le STC par le biais d’un tract a communiqué sa position le 25 octobre :

5ieme jour de conflit et toujours pas de négociations!

Que veut le Directeur Général des CARRFOUR de la région Ajaccienne ?

Pourrir le conflit en faisant courir des rumeurs de licenciements et/ou chomage technique ?

Or, la rumeur est une arbre bruyant que l’on écoute pousser ; la vérité est, elle, une forêt qui reste silencieuse!

Trainer les représentants du Personnel devant les tribunaux, est-ce du dialogue social ?

Veut-on supprimer le droit de grève à CARREFOUR ?
Les salariés ne sont pas dupes!
Ce que nous revendiquons est légitime, une augmentation à minima de tous les bas salaires à hauteur de 2%

Nous disons OUI à une véritable négociation!

Les salariés sont et restent déterminés dans leurs revendications!

EVVIVA A LOTTA DI LIBERAZIONE SUCIALE!
E VIVVA U STC!


Revue de presse

(Corse Matin) (France 3 Corse) (Alta Frequenza) (Corse Matin) (Corse Net Infos) (Corse Matin) (Corse Matin) (RCFM) (Corse Matin) (Corse Net Infos) (France 3 Corse) (Corse Matin)


Le conflit se poursuit dans les magasins Carrefour d’Ajaccio


Des salariés de Carrefour réclament la revalorisation de leur prime d’ancienneté


(Unità Naziunale – 11h00 – 24 octobre 2017) Après le blocage samedi de l’hypermarché de la rocade d’Ajaccio, ce sont les supermarchés de Mezzavia et Porticcio qui ont été à leur tour bloqué lundi et mardi par des salariés grévistes.

Le syndicat réclame la revalorisation de la prime d’ancienneté pour les salariés, ce qui, selon lui, représenterait un coût annuel de 36 000 euros pour l’entreprise. Les salariés sont en grève depuis samedi et se disent prêts à continuer le mouvement jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé. Pour l’heure, l’organisation syndicale indique qu’aucune négociation n’a eu lieu.


Soutien du Rinnovu Naziunali 

Rinnovu apporte son soutien aux salariés du groupe Carrefour, à Aiacciu, en lutte pour les salaires et les conditions de travail. Nous dénonçons une direction archaïque qui bloque toute négociation et qui met une pression indigne sur les salariés. De plus, dans ce conflit, comment tolérer que les commerçant de la galerie marchande soient aussi pénalisés par une fermeture générale de l’Hyper, décidée unilatéralement par la direction du magasin? Plus généralement, Rinnovu s’oppose à l’emprise de la grande distribution sur l’économie corse. En effet, cela entraîne une précarité et une paupérisation des salariés, mais aussi la fin du commerce de proximité et du lien social dans les centres-villes. Ce modèle économique doit être abandonné en Corse, mais malheureusement, pour l’heure, la prédation de ce secteur continue de plus belle, en particulier sur le grand Aiacciu. Nous demandons, enfin, un moratoire sur toute grande surface nouvelle car nous avons déjà le ratio d’implantation le plus fort d’Europe. Il en va du modèle de société que nous voulons pour la Corse de demain.


Soutien de Paul-Félix Benedetti, Core In Fronte, liste Rinnovu Naziunali 

Soutien aux grévistes STC Carrefour Aiacciu! 77 millions de chiffre d’affaires pour l’Hyper Carrefour Aiacciu, en 2016, et la direction du magasin se permet, au détriment des salariés, de pratiquer un taux horaire au plus bas, un gel, depuis 14 ans, de la prime d’ancienneté ou de proposer des augmentations de 8,02€ brut. Cela est intolérable. Le système de la grande distribution ne sera pas le modèle économique et social que nous voulons pour la Corse de demain.


SOUTIEN DE LA LDH CORSICA

« La LDH Corsica apporte son soutien aux salariés des magasins Carrefour actuellement en grève. Que revendiquent-ils ? Une augmentation de leur rémunération qui leur permettrait de vivre un peu mieux chaque jour. En fait, il s’agit aussi d’une grève pour le respect et la dignité. La direction ne peut continuer à y répondre par le mépris. » Ajaccio, le 24 octobre 2017


(Unità Naziunale – 08h00 – 23 octobre 2017) La grève continue aujourd’hui au magasin Carrefour Finosello à Aiacciu à l’appel du STC « UES CORSAIRE » (CARREFOUR).

Le STC tenait son AG la semaine dernière le 19 octobre. Lors de cette Assemblée Générale les militants du STC ont fait le compte rendu des contre-propositions de la Direction de la dernière réunion des NAO, et après en avoir débattu la grève a été décidée.

Elle a débuté samedi matin

La journée a été longue, samedi, pour les salariés grévistes du magasin Carrefour Finosello à Ajaccio. Présents « dès 4h30 du matin » sur le site à l’appel du STC, de nombreux employés ont en effet bloqué jusqu’en début de soirée l’accès à l’hypermarché, sans pour autant en interdire l’accès aux piétons.

Le mouvement social, soutenu par le STC,  touche les quatre structures de la marque à Ajaccio et Porticcio. Au centre des revendications : le gel de la prime d’ancienneté par la direction depuis 14 ans.


Voici le texte revendicatif du 21 octobre

Nous, salariés de l’UES CORSAIRE (CARREFOUR) sommes les parents pauvres de la grande distribution de la Région Ajaccienne !

Nous avons été la première entité de la grande distribution. Aujourd’hui notre taux horraire est le plus bas du secteur d’activité, il est même plus bas que nos futurs concurrents !!!!

« Notre prime d’ancienneté est gelée depuis 14 ans »

Les salariés de CARREFOUR ont en assez d’avaler les beaux discours de sacrifice, de pressions, de dénigrement et de crise d’autorité des certains chefs et cadres.

Travailler toujours plus, plus longtemps sans heures supplémentaires et complémentaires : la belle arnaque !

On nous prévoit des ouvertures de magasins plus tôt, tous les dimanches la journée et tous les jours fériés, sans de véritables compensations !!!!

Seuls les cadres sont méritants !!!

Or la seule richesse vient des salariés toujours présents mais réprimandés et dénigrés chaque jour !!!

Nous avons eu, depuis plus de 20 ans, une succession de directeurs venus du continent avec pour seul objectif se tailler la part belle sur le dos des salariés.

Le directeur bénéficie de la complicité de la RH aussi directrice adjointe (elle cumule beaucoup de fonctions tout en photographiant les salariés et les rayons!).

Que propose la direction pour nous endormir :

  • 0.5% d’augmentation soit 8.02€ brut pour un salarié ayant 28 ans d’ancienneté
  • 8.31 de prime d’ancienneté pour un salarié ayant 24 ans d’ancienneté à 35h
  • Participation à la mutuelle à hauteur de 4.00€ supplémentaires (depuis le 1er janvier 2016, la mutuelle d’entreprise est à la charge de l’employeur)
  • 10€ supplémentaires par heure pour tout travail de nuit (cela ne concerne qu’une infime partie du personnel et 3 fois par an). De qui se moque-t-on?

Mais on ne se laissera plus endormir !!!!
C’est pour tous ces motifs que nous avons mis le réveil à 4h ce matin!

STC CARREFOUR
21 octobre 2017


photos

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)