X

(Unità Naziunale – 20 septembre 2017 – 13h00) QUESTION ORALE DEPOSEE PAR LE GROUPE « CORSICA LIBERA»


OBJET : PLAN DE LUTTE CONTRE LE FLEAU DE LA DROGUE.

Le fléau de la drogue, qui était quasiment absent de notre pays dans les années 80, est aujourd’hui très présent et touche durement notre jeunesse.

Si la lutte contre les stupéfiants est du ressort des pouvoirs régaliens de l’Etat, notre Collectivité qui a en charge la défense des intérêts matériels et moraux du peuple corse et de sa jeunesse, se doit d’agir de manière innovante et déterminée pour endiguer ce fléau qui entraîne notre société dans des problématiques morales, structurelles, sociales, économiques et sociétales.

Nous estimons en effet qu’il est de notre responsabilité collective, en tant qu’élus de la Corse, de donner d’autres perspectives à notre jeunesse notamment, en l’associant par le biais de sa représentation à l’Assemblea di a Giuventù.

Le mouvement national corse a longtemps dénoncé la progression de ces trafics et de la consommation croissante des drogues dans notre société. En avril dernier, Corsica Libera a de nouveau organisé un rassemblement à Aiacciu pour dire non à la drogue, appelant dans le même temps à une prise de conscience générale pour lutter contre ce fléau.

L’Islande, pays de 330 000 habitants, a mis en place depuis une vingtaine d’années une politique visant à réduire les addictions en tout genre avec des résultats étonnants et reconnus (réduction de moitié des problèmes en 8 ans). Si certaines mesures, comme le couvre-feu obligatoire pour les adolescents ne nous semblent pas transposable chez nous, d’autres, ouvrent, selon nous, des pistes de travail intéressantes au vu de notre démographie très proche de l’Islande et de l’importance encore préservée de la famille en Corse.

Les concepteurs du programme islandais ont tout d’abord réalisé une radiographie des jeunes générations au moyen d’enquêtes reconduites au fil des années permettant de suivre avec précision l’évolution des pratiques chez les jeunes et ont permis de constater que la forte réduction de la consommation de substances addictives s’accompagnait également d’une augmentation considérable des pratiques sportives, artistiques et culturelles, mais aussi du temps passé avec les parents au cours de la semaine, avec pour conséquence un renforcement du lien familial et social.

L’Islande a également mis en place un dispositif financier d’environ 300€ par enfant pour inciter les familles à les inscrire dans des clubs sportifs, artistiques ou culturels. Expérimenter certaines de ces mesures, en les adaptant à la Corse et aux différents dispositifs déjà existants, nous semble être des pistes de travail pertinentes Nous savons que cette question de lutte contre la drogue est intégrée à la politique de prévention et de promotion de la santé développée par notre Collectivité, notamment par exemple par le biais de la participation locale des services aux travaux de la MIDELCA (Mission Interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives), qu’un appel à projet a été lancé pour renforcer les actions de prévention ou encore que de nombreuses associations oeuvrent quotidiennement sur ce type d’actions comme le CRIJ, l’ANPAA, lUGRM, la FALEP ou le Collectif A Droga Fora.

Monsieur le Président du Conseil Exécutif, quel regard portez-vous sur de telles dispositions ? Par ailleurs ?

pouvez-vous faire état devant notre Assemblée de l’avancement des travaux sur cette problématique ?

CORSICA LIBERA

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)