X

Care culleghe, cari culleghi, 

A nostra Assemblea è u Cunsigliu esecutivu contanu dui diputati novi. Permettite mi di salutà l’elezzione di Paul-André Colombani è di Jean-Félix Acquaviva. Per l’amicizia ch’aghju per voi, per l’impegnu chì serà u vostru à fiancu à noi, vi vogliu felicità di core.

Michele Castellani, anzianu cunsigliere à l’Assemblea di Corsica hè statu ancu ellu elettu diputatu di a Corsica. Metterà, ne sò sicuru, tutta a so sperienza d’elettu municipale è territuriale in a nostra andatura cullettiva.

Jean-Jacques Ferrara puserà ancu ellu nant’à i banchi di l’Assemblea naziunale francese. U feliciteghju per a so elezzione.

In i prussimi ghjorni, inviteremu i quattru diputati à cuntrastà di a situazione pulitica di l’isula è di a nostra pusizione di pettu à l’inghjochi maiò chì ci aspettanu.

Puru per ciò chì tocca à e lege generale, ci vulerà à difende a nostra visione di a Corsica. A lege nant’à u terrurisimu, a riforma di u codice di u travagliu, u pianu di furmazione di 15 miliardi sò tanti cartulari maiò per u nostru paese.

In quantu à e nostre dumande specifiche, hè stata annunziata una revisione custituziunale à a rientrata per via di a lege nant’à a muralisazione di a vita publica. Ci vidimu una opportunità di pudè inserisce una dispusizione per a Corsica in a custituzione, cum’è l’hà dumandata a nostra Assemblea in u 2014.

Senza aspettà st’appuntamentu, avemu digià dumandatu à i nostri diputati d’aduprà u so dirittu di visita di e prigione. Tutti i raporti internaziunali discrivenu una situazione più chè pessima à u pianu sanitariu è suciale. L’avvicinamentu di i prigiuneri prumessu è annunziatu da l’anzianu Presidente Hollande ùn hè ancu fattu. Mi pare dunque di primura di turnà à dumandà lu.

Al di là di st’almanaccu guvernamintale è di sta quistione di dirittu, dumandemu di modu sulenne à i novi rispunsevuli di a Francia di piglià in contu a dumanda forte di cambiamentu di i Corsi. L’anu detta in u 2015, certi anu pensatu ch’ellu era un sbagliu. L’anu ripetuta stu mese. Ùn hè micca un sbagliu ma una strada nova. « Tamanta strada » chè ?

L’elezzione legislative anu purtatu un cambiamentu maiò in a nostra vita pulitica. Per via di e dimensione suciale, generaziunale è antrupulogiche di u missagiu mandatu da i Corsi, ùn si tratta micca di « degagisimu », parolla ch’ùn mi garba tantu nè in francese nè in corsu. Per contu nostru, ghjè a traduzzione d’un cambiamentu prufondu di a sucetà corsa.

U mondu d’eri s’affonda. U mondu novu, l’avemu da custruì quì. L’avemu da custruì tutti inseme.  Dicendu, per u votu, a so brama di libertà, individuale è cullettiva, i Corsi anu vulsutu marcà una rumpitura maiò. Anu dettu chì e funzione pulitiche avianu à esse aperte à tutte è à tutti. Hè un veru new deal demucraticu per a nostra isula. U spaziu publicu hè di tutti. I mandati eletturali ùn sò più trasmessi di leva in puleva cum’è l’avemu pussata crede, sente è vede. Paria un evidenza è, cum’è l’hà scritta ùn hè tantu un autore francese, daretu à ogni evidenza, ci hè un sistema. Eranu cose chjare ch’ùn ci vulia à cumbatte, à sciambuttà, perchè piattavanu un certu ordine suciale è sucetale. Era cum’è una securità sta prutezzione data da i capipartiti à i soi. Era di l’ordine di u naturale, luntanu da u dibattitu d’idee pulitiche. Era cusì dipoi sempre. Avia da cuntinuà abeternu.

I Corsi anu d’altri sogni è anu fattu un altra scelta. E generazione oghjinche ùn spartenu più u fatalisimu d’eri. Dipoi mille anni, si ripetia quella infrasata intesa quandu ellu hè mortu u conte Arrigu Bel Messere : « Corsica ùn averai mai bè ». In tempu di i Genuvesi, « Baccalà per Corsica », era firmatu pruverbiu. Ancu a nostra literatura detta di « l’abbandonu » s’hè cumpiaciuta in u lagnu di « u vechju mulinu » è di « sta rota ch’ùn gira più ».

Ma hè finita. E generazione d’oghje ùn credenu più chì a Corsica ùn averà mai bè !

A Corsica hè un paese riccu. Riccu di u so ambiu, riccu di a so ghjente. Riccu d’ambizione dinù. Credenu i giovani in e so capacità di creà, d’inventà, di sviluppà e so idee, di dà fiatu à i so prugetti. Ùn sò micca fole, ùn sò micca canzone. Quasi tutte e settimane, ci sò cuncorsi, chjame, mostre d’imprese in pienu sviluppu. A settimana scorsa, u Festivale Creazione hà accoltu decine di giovani capi d’impresa in u duminiu di l’arte è di a cultura. In u campu di l’urbanisimu, u cuncorsu Hyperloop hà premiatu un impresa corsa. Sabbatu, si tenerà un Fab fiera à l’Università cù 40 atteli è workshops. Guy Armanet accoglierà artisgiani à « I scontri di e pieve ». Hè quessa a Corsica d’oghje. I nostri giovani sò più chè mai arradicati à a so terra ma cù i so ochji è da l’altu di u so cervellu, ùn sò micca intimuriti di misurà si è di cumbatte cù l’altri.

A mundialisazione hè un fattu, ùn hè micca un ideulugia. S’è ùn femu nunda, i periculi ch’ella pò purtà ponu fà cresce e rumpiture suciale è territuriale. Ponu fà cresce e paure dinù. Ma, a credu sinceramente, a nostra azzione pulitica pò cuntribuisce à fà chì a mundialisazione fussi felice per via di e tante uppurtunità ch’ella ci porta è chè no pudemu valurizà. Pattu è cundizione di rispettà l’equilibrii, di prutege l’omi è e donne in u so travagliu, a so salute, u so dirittu permanente à a cultura è à l’educazione.

Care culleghe, cari culleghi, entremu oramai in un mondu novu. Ci tocca à fà, tutti inseme, ch’ellu sia sempre più bonu per e generazione à vene. 

À ringrazià vi.

PRESIDENTE JEAN GUY TALAMONI
29 juin 2017



Chers collègues,

Notre Assemblée et le Conseil Exécutif comptent deux nouveaux députés. Permettez-moi de saluer l’élection de Paul-André Colombani et de Jean-Félix Acquaviva. Pour l’amitié que j’ai pour eux, pour l’engagement qui sera le leur à nos côtés, de tout mon cœur, je veux les féliciter.

Michel Castellani, ancien conseiller à l’Assemblée de Corse, lui aussi, a été élu député de la Corse. Il mettra, j’en suis sûr, toute son expérience d’élu municipal et territorial au service de notre démarche collective.
Jean-Jacques Ferrara siègera également sur les bancs de l’Assemblée nationale française. Je le félicite pour son élection.

—-
Dans les jours à venir, nous inviterons les quatre députés à débattre de la situation politique de l’île et de notre position quant aux enjeux majeurs qui nous attendent.

Pour ce qui concerne les lois générales, il nous faudra défendre notre vision de la Corse. La loi sur le terrorisme, la réforme du code du travail, le plan de formation de 15 milliards sont autant de dossiers importants pour notre pays.

Quant à nos demandes spécifiques, une révision constitutionnelle  a été annoncée pour la rentrée par le biais de la loi sur la moralisation de la vie publique. Nous y voyons l’opportunité d’insérer une disposition pour la Corse dans la Constitution, conformément à la demande de notre Assemblée en 2014.

—-
Sans attendre ce rendez-vous, nous avons déjà demandé à nos députés d’utiliser leur droit de visite des prisons. Tous les rapports internationaux décrivent une situation plus que mauvaise au niveau sanitaire et social. Le rapprochement des prisonniers, promis et annoncé par l’ancien Président Hollande n’est pas encore intervenu. Le redemander me paraît donc être une priorité.

Au-delà de ce calendrier gouvernemental et de cette question de droit, nous demandons, de manière solennelle, aux nouveaux responsables de la France de prendre en compte la demande forte de changement que formulent les Corses. Ils l’ont dit en 2015 ; certains ont pensé qu’il s’agissait d’une erreur. Ils l’ont redit ce mois-ci. Ce n’est pas une erreur mais une nouvelle voie. Quel long chemin n’est-ce pas ?

—-
Les élections législatives ont apporté un immense changement dans notre vie politique. Le message envoyé par les Corses compte des dimensions sociales, générationnelles et anthropologiques. Il ne s’agit pas là de « dégagisme », mot qui ne me convient ni en français ni en corse. Nous y voyons la traduction d’un changement profond de la société  corse.

Le monde d’hier s’écroule. Le monde nouveau, c’est ici que nous le construirons. Nous le construirons tous ensemble. En exprimant, par le vote, son envie de liberté, individuelle et collective, les Corses ont voulu marquer une rupture importante. Ils ont dit que les fonctions politiques devaient être ouvertes à toutes et tous. C’est un véritable « new deal » démocratique pour notre île. L’espace public appartient à tous. Les mandats électoraux ne sont plus transmis de génération en génération, comme on a pu le croire, l’entendre et le voir.

Cela paraissait évident et, comme l’a écrit il y a peu un auteur français, derrière chaque évidence, il y a un système. Ces faits paraissaient clairs, il ne fallait pas les combattre, les agiter parce qu’ils cachaient un certain ordre social et sociétal.
Cette protection donnée aux leurs par les chefs de parti était comme une sécurité. C’était de l’ordre du naturel, loin du débat d’idées politiques. C’était ainsi depuis toujours. Cela devait continuer éternellement.

Les Corses ont d’autres rêves et ont fait un autre choix. Les générations actuelles ne partagent plus le fatalisme d’hier. Depuis mille ans, on répétait cette phrase prononcée par le Comte Arrigu Bel Messere au moment de sa mort : « Corsica ùn averà mai bè ». Au temps des Génois, « Baccalà per Corsica », était devenu un proverbe. Même notre littérature dite « de l’abandon » se complaisait dans la plainte du « vieux moulin » et de « cette roue qui ne tourne plus ».

Mais c’est terminé. Les générations d’aujourd’hui ne croient plus que la Corse ne connaîtra jamais le Bien.

La Corse est un pays riche. Riche de son environnement, riche de ses habitants. Riche d’ambitions aussi. Les jeunes ont confiance en leur capacité à créer, à inventer, à développer leurs idées, à donner vie à leurs projets. Ce ne sont pas des fables. Quasiment toutes les semaines, il y a des concours, des appels, des présentations d’entreprises en plein développement.

La semaine dernière, le festival Creazione a accueilli des dizaines de jeunes chefs d’entreprise dans le domaine de l’art et de la culture. En matière d’urbanisme, le concours Hyperloop a récompensé une entreprise corse. Samedi, l’Université de Corse organisera une Fab fiera avec 40 ateliers et workshops. Guy Armanet accueillera des artisans aux Scontri di e pieve. Voilà la Corse d’aujourd’hui ! Plus que jamais les jeunes corses sont attachés à leur terre mais, forts de ce qu’ils sont, ils ne craignent pas de se mesurer aux autres.
La mondialisation est un fait, pas une idéologie. Si nous ne faisons rien, les dangers qu’elle peut induire risquent d’accroître les fractures sociales et territoriales. Ils risquent d’augmenter les peurs aussi. Mais, je le pense sincèrement, notre action politique peut contribuer à faire de la mondialisation une chance en saisissant toutes les opportunités qu’elle apporte et que nous pouvons valoriser en matière de respect des équilibres, de protection des hommes et des femmes dans leur travail, de leur santé, de leur droit permanent à la culture et à l’éducation.

Chers collègues, nous entrons désormais dans un monde nouveau. Ensemble, nous devons faire en sorte qu’il soit toujours meilleur pour les générations à venir.

Je vous remercie.

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)