X

(Unità Naziunale – 22 juin 2017) MOBILISATION GÉNÉRALE: Rendez-vous demain, Vendredi 23 Juin 2017 à 8h30 devant le Tribunal de Bastia.

Suite aux poursuites engagées contre des agriculteurs corses pour une opération de défrichement, nous ne pouvons tolérer que la profession agricole soit sanctionnée, par une réglementation complètement inadaptée à la réalité de notre territoire, dans son travail de mise en valeur du foncier agricole et de prévention des incendies, alors que la menace du feu s’intensifie, d’année en année, au regard des périodes de sécheresse sévère qui s’enchaînent et frappent la Corse de plus en plus durement. Ainsi, en collaboration avec les Jeunes Agriculteurs de Haute-Corse, nous appelons à une mobilisation générale de nos adhérents et de la population agricole et nous vous invitons, vendredi 23 juin 2017 à nous rejoindre dès 8h30 devant le Palais de Justice de Bastia pour faire entendre nos voix.
Ghjuvanni Agricultori
22 juin 2017



(2 juin 2017) Joseph Colombani comparaissait ce matin devant le tribunal correctionnel de Bastia avec François-Marie Colombani, un agriculteur de Castagniccia (aucun lien familial), suite à une altercation avec deux agents de l’Office national des forêts.

3 mois de prison et 500 euros d’amende ont été requis pour outrage. Le hasard fait que le délibéré dans cette affaire d’outrage a été fixé au 23 juin prochain, jour précis où sera jugée la principale affaire, celle de l’amende.

François-Marie Colombani est accusé d’avoir agressé verbalement l’un des deux agents de l’Etat à la sortie d’une audience dans ce même tribunal, le 10 mars dernier . Joseph Colombani est soupçonné d’avoir agressé verbalement et physiquement les deux agents.

Le hasard fait que le délibéré dans cette affaire d’outrage a été fixé au 23 juin prochain, jour précis où sera jugée la principale affaire, celle de l’amende.

(France 3 Corse) (Corse Matin)



(10 avril 2017) Joseph Colombani, président de la FDSEA de la Haute-Corse était convoqué mardi matin au commissariat de Bastia pour des faits de violence contre deux agents de l’Etat, après la condamnation d’un autre agriculteur pour le défrichement d’un terrain sans autorisation.

François Colombani, également convoqué ce matin, avait été condamné à 174.000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Bastia pour avoir démaquisé une parcelle de 2000 m² sans avoir demandé d’autorisation. Lors du procès une altercation avait éclaté avec deux agents de l’Office national des forêts. Un rassemblement de soutien était organisé devant le commissariat rassemblant notamment des représentants de la Chambre d’agriculture, des syndicats agricoles ainsi que des sympathisants nationalistes. (source FR3Corse)



La presse

(France 3 Corse) (Corse Matin) (Corse Matin)



Les soutiens

(Associu Sulidarità) (Ghjuventù indipendentista) (Mossa Paisana) (Corsica Libera Fium’Orbu bas de page) (FDSEA JA bas de page)

Voici le communiqué de Corsica Libera

Corsica Libera apporte tout son soutien à son militant Joseph Colombani qui, dans le cadre de sa fonction syndicale, est convoqué ce mardi 11 avril à 9h au commissariat de Bastia.

Corsica libera tient à apporter également son soutien au jeune agriculteur auditionné dans la même procédure.

Cette audition ubuesque apporte une nouvelle fois la preuve qu’une loi française ne peut pas s’appliquer directement à la Corse.

En effet, la loi sur le « défrichement », ne tient pas compte de l’ancienneté spécifique à la déprise agricole en Corse, remontant aux dernières guerres (14-18, 39- 45).

Or, la loi stipule que toute mise en valeur réalisée par un agriculteur sur une parcelle qui est en déprise agricole depuis plus de 40 ans, doit répondre à une autorisation de défrichement, délivrée par les services de l’Etat, ce qui peut entraîner pour l’agriculteur le paiement d’une compensation de 11 000 € l’hectare, rendant, de fait, la mise en valeur impossible.

Ainsi l’agriculteur, ne pouvant utiliser son potentiel productif, sera un peu plus dépendant du fourrage importé et de la politique du « tout prime ».

C’est pour avoir dénoncé énergiquement l’inadaptation de la loi sur le défrichement que les deux agriculteurs sont poursuivis.

La Corse, comme la Guyane, est-elle condamnée à rester une région assistée, où la forêt et les richesses naturelles ne peuvent être exploitées par le peuple, dans le cadre d’un développement durable ?

Corsica libera sera toujours aux côtés de tous les agriculteurs poursuivis pour ne pas avoir respecté cette loi sur le défrichement, dont l’application mécanique et sans discernement est incompatible avec l’avenir pastoral que nous voulons pour l’agriculture de notre pays.

Corsica Libera
10 avril 2017



Corsica Libera sezzione Piaghja Urientale porta u so sustegnu fraternu à u so militante di sempre, Joseph Colombani è à u giovanu agricultore cunvucati per nunda à u cummissariatu.

Ùn si ponu mette in pratica in Corsica e lege chì sò state fatte per i lochi cuntinentali senza tene contu di e realità sucioecunomiche corse.

Più chè mai, ci abbisogna un putere legislativu corsu per sviluppà u nostru paese.

CORSICA LIBERA FIUM’ORBU PIAGHJA ORIENTALE



La FDSEA2A et les JA2A condamnent avec la plus grande fermeté la garde à vue du Président de la Chambre Régionale d’Agriculture et de la FFSEA2B, Mr Joseph colombani.
Naturellement, nous lui apportons notre soutien et notre solidarité la plus totale dans la limite où l’on ne peut se permettre de contraindre un syndicaliste reconnu et apprécié de la profession, qui dans le cadre de son activité, défendait un exploitant agricole face aux provocations maladroites et dénuées de sens, d’agents zélés des services de l’état .
Nous œuvrerons comme à notre habitude à la défense des intérêts des agriculteurs corses à vivre de notre terre.

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)