Corse – Affaire de la Caravelle : Paul Giacobbi veut obtenir une position claire de la part du gouvernement

Le président de l’exécutif, Paul Giacobbi ne lâchera pas l’affaire de la Caravelle. Il l’a déjà dit. Il le redira aujourd’hui, à travers deux émissions distinctes. Toutes deux abordent un sujet qui continue, quarante-trois ans plus tard, d’alimenter la polémique. À tous les niveaux. La première émission se déroulera sur RTL, dans L’heure du crime de Jacques Pradel diffusée sur les ondes de 14 h à 15 h et la seconde, dans le cadre de Lundi Investigation sur Canal +, le même jour à partir de 22 h 25. Après le renvoi du dossier, à la demande de la défense, à la fin de l’année par le tribunal de Nice, lors de l’audience du 2 mai dernier, et les témoignages qui se succèdent, depuis quelques semaines, confirmant ou infirmant la thèse du tir de missile, le crash de la Caravelle n’a pas fini de faire parler de lui. Continuer la lecture de « Corse – Affaire de la Caravelle : Paul Giacobbi veut obtenir une position claire de la part du gouvernement »

Corse – La thèse du missile relancée dans le crash de la caravelle

Les familles des 95 victimes de l’accident de la caravelle Ajaccio-Nice en 1968 ont réclamé hier que les débris de l’avion soient tirés du fond de la mer, en mettant en avant un nouveau témoignage accréditant la thèse d’un tir de missile militaire. Un ancien dactylographe de l’armée a affirmé à la télévsion que l’accident avait été provoqué par un missile désarmé, tiré depuis l’île du Levant, qui abrite le centre d’essais de lancement de missiles en Méditerranée. Michel Laty indique avoir tapé le rapport de l’armée, classé secret-défense losrqu’il travaillait à la préfecture de Toulon. Il a déclaré qu’on a abattu un avion civil au lieu d’abattre une cible programmée pour ça. Pour Mathieu Paoli, le président de l’association des familles de victimes, un témoin capital a parlé et le secret défense doit être enfin levé. Le 2 mai, le tribunal correctionnel de Nice avait renvoyé pour des raisons procédurales, au 12 décembre prochain, l’examen d’une citation à comparaître du ministère de la défense, ce qui avait été demandé par les familles. (suite…)