#Corse – Ghjuva’Battista Acquaviva « SEMPRE A FIANCA A TE »

(Unità Naziunale – 10 novembre 2019 – archives) A quelques jours de la commémoration de la mort de Ghjuvan’Battista Acquaviva, Unità Naziunale publie comme chaque année depuis 1997, dans un premier temps sur le site Libertà, puis Unità Naziunale, et enfin Corsicainfurmazione.org un récapitulatif des informations liés à cette affaire. (Il manque 2008-2011, archives perdues lors d’une attaque informatique)

L’Affaire GhjuvamBattista Acquaviva, en quelques dates importantes et quelques archives des 30 dernières années.

Continuer la lecture de « #Corse – Ghjuva’Battista Acquaviva « SEMPRE A FIANCA A TE » »

#corse StoriaCorsa 1986 « U Ribombu » dans le collimateur de la répression

1986 voit l’émergence de nouveaux contre pouvoirs, de répressions et d’actions clandestines contre la drogue. Le retour de la droite aux affaires, avec Charles Pasqua comme Ministre de l’Intérieur. Avant les élections qui ont amené le RPR et ses alliés au pouvoir, le parti de Chirac avait dégagé les lignes de sa politique dans un pamphlet intitulé « Une politique pour la sécurité ». Une fois en fonction, le Premier ministre, Jacques Chirac, nommait Charles Pasqua au poste de ministre de l’Intérieur. Ce même Pasqua, en septembre 1986, initiait l’offensive juridique anti-terroriste de l’Etat français.

 

En 1986, sous l’ère « Pasqua I », et le célèbre « il faut terroriser les terroristes »

 On ne peut oublier le mot de Charles Pasqua, l’initiateur de la loi anti-terroriste de 1986, qui affirmait en novembre 1994 « qu’il faut terroriser les terroristes ». Même si M. Pasqua n’entendait pas que ses paroles soient prises au sens littéral, elles n’en trouvent pas moins un écho inquiétant dans ce qui est devenu la pratique habituelle de garder les suspects « terroristes » enfermés en prison pendant trois ou quatre ans avant de passer en jugement.

Bilan du FLNC pour 1986: l’organisation clandestine revendique 497 attentats en Corse, 25 en France.

Continuer la lecture de « #corse StoriaCorsa 1986 « U Ribombu » dans le collimateur de la répression »