Produit CORSU E RIBELLU

X

Le 9 Mars, le parlement espagnol a refusé une résolution concernant la reconnaissance du génocide arménien commis par la Turquie entre 1915 et 1923. Les voix du PSOE, du PP, du CiU et de l’UPN ont paralysé la motion présentée par les indépendantistes (ERC) et les nationalistes (PNV).

En 2004, le Président Rodriguez Zapatero a présenté l’Alliance des Civilisations aux Nations-Unies. Le Comité National Arménien d’Espagne estime que demander à la Turquie d’assumer sa responsabilité du génocide arménien s’inscrit dans le cadre de cette proposition, et qu’en rejetant la requête de la reconnaissance du génocide arménien, le Parlement espagnol a invalidé cette Alliance. En outre, la Turquie qui avait accepté cette Alliance, la contredit en refusant de reconnaître le génocide.

Avec cette annulation, l’Espagne se retire de la position adoptée en 1987 par le Parlement européen qui a reconnu le génocide commis par la Turquie.

Condamner les crimes contre l’humanité n’est pas lié à du révisionnisme historique, en dénonçant tout acte de racisme et de xénophobie, qui comme le conseille l’Union européenne, est une priorité pour toute organisation politique, ayant une indépendance de point de vue idéologique.

Selon la déclaration faite par le Comité National Arménien d’Espagne, « Le temps qui passe ne diminue pas la gravité des faits et il est de la responsabilité de chacun d’arrêter les déclarations qui sont utilisées pour justifier l’impunité. Nous ne voulons pas de représailles, nous exigeons la justice historique « .

Traduction de l’anglais Collectif VAN – 28 mars 2011 – 07 :30 – www.collectifvan.org