Breaking News

#Corse La prisonnière Josune Arriaga transférée de nouveau à Topas sans avoir pu parler à sa famille après le décès de sa mère

Etxerat AE – La prisonnière Josune Arriaga transférée de nouveau à Topas sans avoir pu parler à sa famille après le décès de sa mère

La prisonnière Josune Arriaga transférée de nouveau à Topas sans avoir pu parler à sa famille après le décès de sa mère

“Nous n’avons pas encore pu lui raconter comment sa mère est morte” a dénoncé sa famille. Josune Arriaga avait reçu l’autorisation de faire une visite spéciale avec ses proches cet après-midi à 17h. Elle a pourtant été transférée ce matin à la prison de Topas.

ETXERAT. La prisonnière politique basque Josune Arriaga a été transférée ce matin à la prison de Topas selon les informations transmises par sa famille à Etxerat.

Ce transfert a privé Josune et sa famille de la visite qui était prévue cet après-midi, seule occasion pour eux de se voir depuis le décès de sa mère. Comme l’ont dit ses proches, ils n’ont toujours pas eu l’occasion de lui raconter comment se sont passés ses derniers instants. C’était aussi pour eux la seule occasion de pouvoir la voir sans être obligés de faire un voyage de 900 km.

Cinq jours avant le décès de sa mère, les Institutions Pénitentiaires avaient refusé à la prisonnière politique basque le transfert qu’elle avait demandé pour pouvoir lui rendre visite. La réponse de la prison avait été : « Qu’elle est en train de mourir, c’est toi qui le dis », malgré les rapports médicaux très alarmants qui avaient été joints à sa demande. Sa mère est finalement morte le 7 septembre, et le 9, Josune Arriaga a été transférée à Iruña-Pampelune pour les funérailles. Elle n’a pas obtenu non plus le permis d’assister à l’incinération.

Etxerat considère que c’est dans ce genre d’occasions que l’esprit de vengeance qui anime la politique pénitentiaire actuelle apparaît le plus clairement. Le refus de la laisser voir sa mère quand elle était encore en vie, le refus de la laisser assister à l’incinération et ce transfert brutal montrent une volonté expresse d’augmenter la souffrance. Il s’agit bien là du véritable objectif de la politique de dispersion.

Etxerat AE – Après lui avoir refusé le transfert pour voir sa mère malade, les autorités pénitentiaires ont amené la prisonnière politique basque Josune Arriaga à Iruña pour ses funérailles

Après lui avoir refusé le transfert pour voir sa mère malade, les autorités pénitentiaires ont amené la prisonnière politique basque Josune Arriaga à Iruña pour ses funérailles

« Qu’elle est en train de mourir, c’est toi qui le dis » a été la réponse de la prison à Josune Arriaga pour lui refuser le permis de visite 5 jours avant le décès de sa mère.

ETXERAT. La prisonnière politique basque Josune Arriaga a été transférée vendredi dernier 9 septembre de la prison de Topas (Salamanca) à Iruña pour assister aux funérailles de sa mère décédée le 7 après une longue maladie. Cinq jours seulement auparavant, la prison de Topas lui avait notifié un refus pour sa demande de transfert exceptionnel pour pouvoir lui rendre visite.

Entourée d’un gros dispositif policier, accompagnée de sa famille et des dizaines de personnes venues lui montrer leur affection et leur solidarité, la prisonnière politique basque n’a pu assister qu’aux funérailles de sa mère, car le permis lui a été aussi refusé pour se rendre à l’incinération qui avait lieu le matin.

Bien que les rapports médicaux qui avaient été joints à sa demande confirmaient l’extrême gravité de son état, sa requête a été refusée. « Qu’elle est en train de mourir, c’est toi qui le dis », a été le seul commentaire du représentant de la prison qui lui a notifié le refus. La situation de la mère de Josune Arriaga était pourtant très critique, et les médecins avaient annoncé qu’elle pouvait mourir à n’importe quel moment.

Josune Arriaga a été arrêtée en 2010 et transférée peu de temps après à la prison de Topas (Salamanca), à 440 km de son domicile familial. Durant toutes ces années, la mère de la prisonnière politique basque a été privée des visites hebdomadaires et du vis-à-vis mensuel auxquels elle avait droit car son état de santé ne lui permettait pas de parcourir les 900 km de déplacement forcé. En 2014, Josune Arriaga avait été transférée à son domicile d’Iruña pour une visite d’une heure en présence de la police.

Etxerat souhaite rappeler que l’une des raisons avancées par l’Audience Nationale pour refuser aux prisonniers politiques basques leur transfert vers des prisons du Pays Basque était que les transferts exceptionnels étaient possibles quand les familles ne pouvaient pas se déplacer. Ces visites d’une heure, en présence d’une escorte policière et où le prisonnier reste généralement menotté, et qui sont autorisées (quand elles le sont), une fois toutes les quelques années, n’empêchent pas la violation du droit à la vie familiale de ces prisonniers et de leurs familles. D’autre part, et comme le confirment les nombreux cas que nous avons dénoncés, la façon arbitraire dont ces demandes sont acceptées ou refusées, permettent aux autorités pénitentiaires d’intensifier encore la douleur des prisonniers basques et de leurs familles.

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: