X

Il arrive parfois que l’actualité passe d’armes qu’on voudrait dissimuler à un sexe qui se donne à voir. Et par un raccourci sans queue ni tête si l’on peut écrire, qu’elle saute ainsi, cette actualité, d’une cache d’armes à un cache sexe.

L’autre jeudi à Corte, les photographies d’un étudiant en arts plastiques, ou plutôt l’affiche d’une exposition montrant un sexe d’homme orné d’un chapelet, ont suscité une colère et une réaction qui étaient sûrement dans la démesure si l’on considère l’unique objet de l’indignation.

L’autre jeudi sur le campus de l’université, un groupe d’étudiants a donc interdit, entravé l’expression d’un de ses pairs, déchirant, piétinant des affiches au prétexte qu’elles offensaient « les valeurs du peuple corse ainsi que la moralité que l’on essaie d’inculquer à notre jeunesse. Nous ne pouvons tolérer une insulte envers une religion, quelle qu’elle soit ».

Le même groupe aurait-il pareillement déshabillé les affiches de la dernière campagne d’une marque italienne de vêtements montrant le baiser du pape à un imam, ou jeté aux enfers les exemplaires de Charlie Hebdo converti en Charia Hebdo?

Source et suite de l’article

 

Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)