X

Le dirigeant indépendantiste polynésien Oscar Temaru a exprimé lundi à Ajaccio son optimiste en vue d’obtenir les parrainages nécessaires d’élus locaux pour se présenter à l’élection présidentielle française de 2017.

« Il me faut faire un tour de France pour obtenir les 500 signatures, mais je pense y parvenir », a déclaré M. Temaru lors d’une conférence de presse au siège de la Collectivité territoriale de Corse (CTC). Il a précisé avoir déjà recueilli 217 promesses de signatures de maires, parlementaires et élus de collectivités locales. Il faut en avoir 500 dans 30 départements et collectivités territoriales pour pouvoir se présenter.M. Temaru, qui a présidé cinq fois la Polynésie de 2004 à 2013, a remercié de leur soutien les présidents du Conseil exécutif de la CTC, Gilles Simeoni, et de l’Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni avec lesquels ils s’est entretenu lundi.Il a déclaré que son objectif est « d’obtenir la majorité des voix en Polynésie » qui est actuellement présidée par Edouard Fritch, dirigeant d’une coalition à composante autonomiste.

OscarTemaru-Corse-Talamoni-Simeoni-Corsica2« Notre gouvernement a été renversé cinq fois en dix ans et nous sommes toujours là, avec le soutien de la communauté internationale. Il n’y a pas de démocratie dans un pays sous tutelle et le droit des peuples à l’autodétermination est prévu par la constitution française », a-t-il ajouté.M. Temaru a indiqué qu’il rencontrera lundi et mardi des maires et des élus de Corse-du-Sud et de Haute-Corse qui doivent lui apporter leur soutien.


(Julien Pernici – Alta Frequenza) – Ce lundi et ce mardi, Oscar Temaru, leader des indépendantistes polynésiens, était en visite en Corse où il a été reçu par Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, les présidents de l’Exécutif et de l’Assemblée de Corse dans un premier temps, puis par différents maires, dont celui de Bastia Pierre Savelli. Une visite en Corse qui avait aussi et surtout pour but de récolter une partie des cinq cents parrainages nécessaires à la validation de sa candidature pour l’élection présidentielle où il souhaite porter le cas de la Polynésie sur le devant de la scène, mais aussi de tous les peuples en lutte pour leur souveraineté.

On écoute Oscar Temaru


(France3Corse) En recherche de parrainages pour la prochaine élection présidentielle, Oscar Temaru était reçu ce lundi par les présidents de l’Assemblée de Corse et du Conseil Exécutif. Egalement au programme de cette rencontre, les instituions insulaires et leurs similitudes avec la Polynésie. »Il me faut faire un tour de France pour obtenir les 500 signatures, mais je pense y parvenir », a-t-il déclaré ce 22 août lors d’une conférence de presse au siège de la Collectivité Territoriale de Corse. Il a précisé avoir déjà recueilli 217 promesses de signatures de maires, parlementaires et élus de collectivités locales. Il faut en avoir 500 dans 30 départements et collectivités territoriales pour pouvoir se présenter. M. Temaru, qui a présidé cinq fois la Polynésie de 2004 à 2013, a remercié de leur soutien les présidents du Conseil exécutif de la CTC, Gilles Simeoni, et de l’Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, avec lesquels il s’est entretenu ce lundi. Ceux-ci ne devrait pas prendre d’engagement ferme à son égard dans l’immédiat, partagés entre cette candidature et celle du breton Christian Troadec, ancien leader des « bonnets rouges » et membre de la fédération Peuples et Régions Solidaires, qu’Oscar Temaru pourrait rencontrer dans les jours qui viennent. « Notre gouvernement a été renversé cinq fois en dix ans et nous sommes toujours là, avec le soutien de la communauté internationale. Il n’y a pas de démocratie dans un pays sous tutelle et le droit des peuples à l’autodétermination est prévu par la constitution française », a-t-il ajouté. L’autre combat d’Oscar Temaru, c’est le désarmement nucléaire. Il participe à de nombreuses conférences internationales sur ce thème et travaille à l’élaboration d’une éventuelle procédure judiciaire contre la France au niveau international pour crime contre l’humanité, en raison des expérimentations nucléaires réalisées en Polynésie française.


(CorseMatin) Sur les – très – sobres costumes noir et gris perle du président de l’Assemblée de Corse et du président du conseil exécutif, les traditionnels colliers polynésiens pourraient paraître décalés. Pourtant Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni les arboraient hier avec le respect qu’ils portent à celui qui les leur a offerts. Pour les représentants de la majorité territoriale, il est évident que le parcours d’Oscar Temaru et du parti Tavini de Polynésie est un exemple. Comme le soulignait hier Jean-Guy Talamoni au sortir de la réunion de travail qui s’était tenue dans la matinée à la CTC. « Corsica Libera a des relations anciennes avec Tavini, nous menons le même combat. Celui des peuples des nations sans État. Ils ont partagé avec nous leur expérience ancienne de gouvernement et de lutte. Nous avons beaucoup à apprendre de ce qu’ils nous disent », a développé le président de l’Assemblée de Corse. Même s’il n’est pas sur « l’option indépendantiste », Gilles Simeoni a tenu à exprimer, « au nom du peuple corse », toute son admiration pour la lutte des Polynésiens.

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)