X

Jeudi soir, le Conseil Municipal de Ghisonaccia a adopté une motion demandant à la France de ne pas assimiler les prisonniers politiques Corses et les islamistes radicaux.

La motion a été présentée par le Maire de Ghisonaccia et a été amendée suite aux interventions de Pascale Simoni, conseillère municipale Corsica Libera et des conseillers municipaux de Femu a Corsica, pour être in fine adoptée à l’unanimité !

Il est donc demandé de ne pas inscrire les prisonniers politiques Corses actuels ou les anciens prisonniers ayant déjà purgés leur peine, comme notre ami Jean Marc Dominici, au nouveau fichier FJAIT créé par la France pour lutter contre l’Etat islamique après les attentats barbares perpétrés sur le continent.

Tutti in Aiacciu u 24 di sittembre à fianc’à Sulidarità per uttene l’Amnistia di i prigiuneri pulitichi Corsi è custruì una situazione di pace per sviluppà l’ecunumia di a nostra Cursichella !

Source Corsica Libera


Voici le texte de la motion

CONSEIL MUNICPAL DU 18 AOUT 2016

Dans le cadre de l’état d’urgence lié aux actions conduites par l’état islamique, le législateur s’est doté de la possibilité de constituer un fichier spécifique FJAIT.

Il s’avère que différentes personnes jugées et qui ont purgé leurs peines se voient aujourd’hui soumies à de nouvelles contraintes sous la forme d’un contrôle judiciaire qui restreint les libertés.

« Le conseil municipal demande aux représentants de l’Etat de ne pas assimiler les nationalistes corses condamnés pour des actes politiques à des personnes ayant commis des actes terroristes islamistes inhumains »


à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)