Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale Publié le 16 aout 2018) Pas de levée du statut de « Détenu particulièrement signalé » pour Pierre Alessandri.

Ainsi en a décidé la commission nationale, alors que la commission locale s’était prononcée à l’unanimité pour la levée de cette mention. Pour son avocat, Maître Eric Barbolosi, il s’agit là d’une décision purement politique, assimilée à une vengeance d’Etat.

Pour l’avocat de Pierre Alessandri, ce refus est aussi une façon de barrer la route à tout rapprochement en Corse. (A écouter sur Alta Frequenza en fin d’article)


Les réactions :

Pour le Président de l’Exécutif, Gilles Simeoni : « A. Ferrandi, P. Alessandri et Y. Colonna sont maintenus sous le régime de DPS uniquement pour empêcher le rapprochement auquel ils ont droit : il n’est pas de pire injustice que celle qui prend le masque de la Justice. »

Aiutu Paisanu : « porta u so sustegnu à Petru Alessandri ». U mentinimentu di u so statutu di DPS hè a prova chì a pulitica di a Francia, di pettu à i prigiuneri pulitichi corsi, hè quella di a negazione di i so diritti è di a vindetta statale.
#LibertàPerIPatriotti

commandez en ligne vos produits « Corsu è Ribellu » du siècle dernier

LDH Corsica  : « Des punitions d’exception Une fois de plus, une des personnes condamnées dans le cadre de l’assassinat du préfet Claude Erignac, Pierre Alessandri, se voit refuser sa radiation du répertoire des détenus particulièrement surveillés, les DPS. Vingt ans ont passé, mais la garde des sceaux, après avis des commissions locales et nationales « DPS », a pris une décision qui entrave la possibilité d’un rapprochement à Borgo. La raison d’Etat, toujours la raison d’Etat, mue en vengeance d’Etat, s’impose au détriment de l’application de la loi mais aussi au détriment des familles concernées. De fait, les familles de Pierre Alessandri, d’Alain Ferrandi et d’Yvan Colonna subissent elles aussi des punitions d’exception. » Ajaccio, le 17 août 2018

Associu Sulidarità : Alors que la commission locale s’était prononcé pour la levée du statut de DPS de Petru Alessandri À L’UNANIMITÉ, laissant entrevoir la possibilité d’un rapprochement en Corse, la commission nationale a décidé de refuser la levée de ce statut, condamnant ainsi Petru Alessandri à demeurer en exil carcéral. Cette décision prise sans réel motif de droit est purement politique et vient confirmer que l’État est engagé dans une véritable vengeance politique à l’encontre des patriotes Corses. Petru est incarcéré depuis plus de 19 ans. 19 ans d’exil carcéral, 19 ans de droits bafoués. Nous tenons à assurer Petru ainsi que ses proches de notre entière solidarité face à cette nouvelle injustice. Pour notre part, après plus de 4 années d’une paix que rien n’est venu contredire, après les nombreuses victoires électorales du mouvement national, après les nombreux votes de communes et autres assemblées en faveur d’une loi d’amnistie, la place des prisonniers politiques Corses est aujourd’hui plus que jamais sur leur terre, en hommes libres. C’est pourquoi nous réitérons notre appel au gouvernement afin qu’il ouvre, avec les élus de la Corse, des discussions sur la situation des prisonniers politiques et ce dans les plus brefs délais. Nous appelons l’ensemble du peuple Corse à marcher à nos côtés le 22 Septembre prochain dans les rues d’Aiacciu afin d’envoyer un message fort à l’Etat Français : Oui il existe des prisonniers Politiques Corses, et tout un peuple se tient debout derrière eux. Per a Liberazione di tutt’i Patriotti, tutt’in Aiacciu u 22 di Sittembre ! Femu spuntà l’Alba di a Libertà !


Associu PATRIOTTI : Le refus du ministère de la justice française de lever l’inscription de Petru Alessandri du registre des Détenus Particulièrement Signalés, après une nouvelle demande de son avocat témoigne de la nature arbitraire de ce choix.

Ce refus sert de fallacieux prétexte pour empêcher un rapprochement carcéral en Corse..

Ce traitement d’exception dont sont également victimes Alanu Ferrandi et Ivanu Colonna mettent en evidence que la Corse n’est toujours pas sur les voies d’une réelle Solution Politique, et qu’il est vain de ressasser des mots comme  » apaisement  » ou  » paix  » qui ne siéent pas à la réalité…

Aujourd’ hui la Corse, les corses sont les sujets d’un processus de normalisation et de pacification à la française …

La continuité de la répression française, tout comme le refus d’une Solution Politique Négociée supposent une réponse et une mobilisation forte, structurée et populaire du Mouvement Patriotique et de toutes les  forces vives du pays.. Notre collectif est prêt à s’y associer.

PATRIOTTI apporte et renouvelle son entier soutien fraternel et politique à Petru Alessandri, Alanu Ferrandi et Ivanu Colonna, otages de la raison d’ Etat.

Tocc’à noi tutti di strappà i cateni di a riprissioni.

Libartà par tutti i patriotti !

Libartà par a Corsica !

PATRIOTTI


Revue de presse

(Alta Frequenza) (Corse Net Infos) (France 3 Corse)