Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale Publié le 18 aout 2018) La récente position et mobilisation d’un nouveau collectif regroupant les professionnels d’établissements de plage, particulièrement dans notre région, met en évidence la nécessité de l’urgence d’une toute autre politique concernant notre littoral.

Le littoral, et au delà notre environnement et cadre de vie naturel (et patrimonial ) supposent une approche basée sur le respect, la valorisation, et un encadrement régulé au nom du bien public – accessible à toutes et tous – ou l’initiative privée, dés lors qu’elle est admise, doit être rationalisée.

Les plages entrent dans ce canevas.

Aujourd’hui la mobilisation des socio – professionnels pose avec acuité la perfide politique de l’Etat français qui, après des années de volontaire incurie dans ce domaine ( rappel de politique barbouzarde avec Bernard Bonnet ), se drape des oripeaux du droit qu’il a toujours usurpé.

Il n’appartient pas à l’ Etat français de vouloir prétendre régler des problèmes de l’occupation abusive du Domaine Public quand celui – ci l’a pendant des années livré volontairement à des logiques machandes d’outrancières privatisations permettant aujourd’hui l’amalgame avec l’ensemble des établissements familiaux qui ont toujours su garantir une offre mesurée et respectueuse.

L’offre touristique souffre de ce déficit d’image que quelques uns ont souillé par leur comportement accapareur ou prédomine la surenchère du profit, là ou des espaces naturels publics supposent avant tout considération et équilibrage.

Une autre politique est possible.

U Riacquistu di Portivechju suit ainsi avec intérêt la politique de la Collectivité de Corse, garante du bien commun, et qui ne peut dans ce domaine remettre en cause les orientations majeures adoptées. La Collectivité doit tout autant veiller à ce que les établissements professionnels et familiaux puissent permettre une offre justement répartie. Une commission  » ad hoc  » a été créée favorisant une concertation généralisée nécessaire dans ce contexte.

Nos plages, espaces de liberté par excellence, ne peuvent pas se muter en dépotoirs d’un tout – tourisme avilissant, et placées en coupes réglées…

Il ne faut pas non plus que la situation de ces plages soit l’arbre qui cache la forêt … La dépossession foncière et son corollaire la colonisation de peuplement, la spéculation immobilière et les résidences secondaires qui s’activent de manière exponentielle tout près du littoral n’ont ici rien de provisoire… Elles dessinent pourtant des logiques dangereusement privatives typiques de ces schémas coloniaux excluant les corses ou n’en faire – pour quelque – uns – que des jardiniers de circonstance ou des pousseurs de caddies …

U Riacquistu di Portivechju appelle à la conscience et à la vigilance. Ne nous laissons pas detourner par les obscures manoeuvres de l’Etat français, et décidons – tous ensemble – et par nous mêmes de notre propre devenir. Avec ici l’affirmation des rêgles du bien – public – corse, ainsi que le rôle et la place franchement régulés des offres d’établissements professionnels et familiaux.

U Riacquistu di Portivechju apporte son total soutien à l’un des siens – Micheli Giraschi – dont l’engagement est connu de tout un chacun. L’anathême, comme le procès d’intention aux antipodes de favoriser le débat participent à l’exacerbation de ce climat entretenu par les tenants du système en place.

U Riacquistu di Portivechju rappelle son engagement pour les plus démunis par la mise en place effective d’une réelle et forte politique de justice sociale et de répartition équitable des richesses pour le plus grand nombre. Cet engagement ne souffre d’aucune ambiguité idéologique et a toujours été défendu sur la commune là ou beaucoup se sont tus …

A tarra hé di u cumunu e di tutti ! Décidemu da par noi e solu da par noi u nosciu destinu !

Riacquistu di Portivecchju


(France 3 Corse)