X

Le Conseil de l’Energie, de l’Air et du Climat ( CEAC) s’est tenu aujourd’hui à la Collectivité Territoriale de Corse en présence de la ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer et en charge des relations internationales sur le Climat, Madame Ségolène Royale.

Ce Conseil fut présidé par le Président de l’Exécutif, Gilles Simeoni, la Présidente de l’AAUC, Fabienne Giovannini, le Président de l’Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, la ministre Ségolène Royale et le Préfet de Région, Bernard Schmeltz. Le Président de l’Exécutif, le Président de l’Assemblée de Corse, la Présidente de l’AAUC et la ministre se sont exprimés devant les membres du CEAC , pour ensuite laisser la place à une présentation de la mise en oeuvre de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie, par les services de l’AAUC.

SegoleneRoyal-Corse-Simeoni-Talamoni-001

La présidente de l’AAUC, Fabiana Giovannini est intervenue en début de séance, voici son discours :

« Madame la Ministre,
Monsieur le Préfet de Région,
Messieurs les présidents,
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs les membres du Conseil Energétique,
Mesdames et Messieurs les administratifs, les journalistes, et grâce à eux, tous celles et ceux qui nous écoutent,

Je le disais devant l’Assemblée de Corse, il y a quelques jours, per forza o per amore (comme l’on dit chez nous, Madame la Ministre, bon gré mal gré), les hommes sont contraints de tourner la page de la société thermo-industrielle.
Les bouleversements climatiques dus au réchauffement de la planète menacent notre société car elles entraînent des conséquences toutes aussi néfastes sur la vie : disparition des espèces, mais aussi des peuples, avec le recul des forêts et les atteintes multiples aux territoires, famines dues au manque d’eau, maladies émergentes etc.
Aujourd’hui, l’Europe est confrontée aux difficultés de populations entières qui fuient la guerre et la misère en Afrique et en Europe de l’Est, mais demain, ce problème sera considérablement augmenté avec la problématique des réfugiés climatiques fuyant la montée des eaux des mers et des océans.

Il nous faut donc nous adapter et tourner définitivement la page des industries fossiles pour ralentir ces processus.

Heureusement, le monde n’est pas sans solution.
Plus propres, pérennes, les énergies renouvelables supplantent progressivement la domination des énergies fossiles. C’est inéluctable mais cela doit aller bien plus vite encore. Les milliards de subventions que le monde a consacrés jusqu’ici en pure perte doivent être investis massivement vers cette révolution énergétique.
C’est une attente énorme des opinions publiques qui se mobilisent elles aussi pour innover dans des démarches citoyennes et provoquer les décisions politiques.

Madame la ministre, Mesdames et Messieurs, vous le savez, notre île est un joyau en Méditerranée. Par la beauté de ses sites, par son incroyable biodiversité, mais aussi par son potentiel extrêmement varié d’énergies renouvelables.

Nous avons une ambition : nous voulons faire de la Corse un laboratoire d’expériences, qu’elle est déjà en partie, puisque vous connaissez les innovations que nous accompagnons.

Mais plus encore, et grâce à votre soutien, Madame la Ministre, nous pouvons l’être de manière plus opérationnelle désormais. Les possibilités offertes par la Programmation Pluriannuelle de l’Energie permettront de remplir les objectifs fixés dans le Schéma Régional du Climat, de l’Air et de l’Energie qui projette notre autonomie énergétique à l’horizon 2050.

Vous allez le voir au travers du power-point que nous avons préparé, notre Collectivité est déjà dans cette opérationnalité.

Même si je n’étais pas aux commandes de la CTC dans la précédente mandature, à notre niveau, nous avons poussé avec mon groupe à l’élaboration et à l’adoption du SRCAE et de la PPE. Nous en épousons tous les espoirs aujourd’hui.

Aussi, je voudrais souligner la qualité des échanges entre mes services et vos services durant cette période d’élaboration.
Je voudrais surtout vous remercier, Madame la Ministre, pour votre implication directe et, j’ose le dire, « énergique ».
Vous avez toujours été d’une écoute attentive envers la Corse sur tous les dossiers d’environnement.

La mise à disposition de moyens de la PPE, qui n’est pas directe, nous oblige à imaginer des outils intelligents pour avancer vers la transition énergétique. Et c’est ce que nous faisons. Mais cela reste insuffisant.

Tous nos efforts seront vains si nous ne remplissons pas tous les objectifs de la PPE. Or, vous le savez, nous n’en maîtrisons pas tous les chantiers.

L’arrivée du gaz ne doit plus tarder. Il faut lancer les études pour lancer au plus vite les travaux, il faut rassurer la population qui attend des signes forts. Il faut nous donner les moyens d’avancer et de tourner définitivement la page du fioul comme combustible de nos centrales thermiques.

Dans l’immédiat, Madame la Ministre, afin de suivre de près l’évolution de ces chantiers, pourriez-vous nous dire si le groupe de travail national qui avait été imaginé pour suivre les chantiers gaziers (barge d’approvisionnement, canalisation Cyrénée, centrale thermique d’Aiacciu) a été constitué ? Nous souhaitons bien sûr y être associés au plus vite comme cela avait été prévu.

Nous pensons qu’il serait également utile de disposer ici même en Corse, entre nos services, ceux de l’Etat, EDF et d’autres éventuels partenaires, comme l’Ademe, d’une « cellule PPE pour les grands chantiers », incluant par exemple, en sus des chantiers gaziers, celui des études pour la STEP de Sampolu qui nous permettra de produire de l’électricité de manière totalement autonome et rentable.

Madame la Ministre, conscient de son importance pour l’avenir de l’île comme de la planète, le peuple corse est mobilisé depuis de nombreuses années sur la question énergétique. Il y a près de 50 ans, le Comité anti-Vaziu qui rejetait la solution du fioul lourd, tenait déjà des discours avant-gardistes. Pour notre part, la famille politique que nous représentons, n’a jamais cessé de militer en faveur d’une meilleure maîtrise de la consommation énergétique et pour le développement des énergies renouvelables. Ce combat a gagné l’ensemble des familles politiques. C’est dire si l’attente des Corses est grande aujourd’hui et si votre ministère est l’un des plus à même à apporter un peu d’espoir à notre île, dans un contexte général d’attentes plutôt déçues vous le savez.

La Corse est la seule Zone Non Interconnectée à s’être dotée d’une PPE. Notre île est reconnue comme une « entité énergétique » particulière et je sais que vous y êtes sensible. L’Etat y trouve même un intérêt important dans la recherche de la réduction des coûts de la CSPE et nous avons étonné vos services sur ce point.

Nous avons à cœur de pouvoir vous surprendre encore Madame la Ministre. Merci de nous en donner les moyens. »

U 13 di ghjugnu di u 2016

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)