X

Lorsque des agents du SDIS 2B ont rencontré des difficultés et des atteintes dans l’exercice de leur profession, le STC s’est toujours efforcé de faire remonter jusqu’à la direction, l’importance qu’il y avait à solutionner ces problèmes en interne.

Or nous assistons à l’éclosion de certains petits chefs qui dans leurs « petits royaumes » profitent de leur impunité pour intimider, harceler, mépriser des subalternes et parallèlement, nous constatons une direction qui, par son inaction, laisse se propager un climat délétère accentuant le sentiment d’injustice et d’abandon auprès des agents victimes.

Par conséquent, aujourd’hui, nous sommes contraints d’agir publiquement afin de dénoncer une situation générale qui se dégrade et affecte plus profondément notre collectivité.

La dernière affaire en date : des PROPOS MEPRISANTS ET DIFFAMATOIRES

Des officiers supérieurs ont mis ouvertement en cause et de manière sans équivoque, par des propos méprisants et diffamatoires, l’intégrité et l’honnêteté d’un agent qui, avec ses 38 ans de carrière, a toujours été reconnu pour son professionnalisme et son sens aigu du service public.

Ces propos ont été rédigés par 3 officiers sur le réseau interne du SDIS, accessible à un grand nombre de personnes. En témoignent des mails dont on a gardé une trace avant qu’ils soient volontairement effacés.

Le fait aggravant est que parmi ces 3 cadres importants dans l’organigramme du SDIS, aucun n’a eu le bon sens ou l’intelligence de faire cesser ces propos calomnieux sur un outil affecté au service public et non à des échanges à caractère privé.

Le STC a interpellé la direction sur ces faits d’une extrême gravité, et constaté comme souvent son refus de donner satisfaction à la demande de justice attendue par l’agent avec une pseudo enquête dont la conclusion est « l’affaire est close ».L’agent visé par la diffusion de ces propos n’a même pas eu droit à une explication, ni à la moindre excuse de la part de ses supérieurs, pourtant pris en flagrant délit.

Nous ne pouvons que déplorer ces faits, et constatons une accumulation d’anomalies liées a un mauvais management dans plusieurs services.
Voici une liste non exhaustive des maux qui continuent d’affecter de nombreux agents du SDIS :

• Des agents en maladie, en accident de service ou en congé maternité subissent des pressions à la limite du raisonnable dans le traitement de leurs dossiers (pour exemple un agent en accident de service a du avancer les fonds pour se soigner et rencontre des difficultés pour être remboursé).
• Des agents ont été victimes d’erreurs imputables au service dans le déroulement de leurs carrières sans qu’on les corrige.
• Des différences injustes sur le traitement indemnitaire persistent entre des personnels administratifs qui occupent pourtant des fonctions similaires.
• Des personnels techniques de catégorie c assument des responsabilités spécifiques qui incombent normalement à des catégories supérieurs sans aucune reconnaissance.
• Certains pompiers sous officiers professionnels dans les centres se voient refuser la possibilité d’exercer totalement les responsabilités pour lesquelles le service les emploie, ce qui les fragilisent dans leurs missions pour l’intérêt général car ils se sentent dévaloriser.
• Des adjoints de chef de centres sont utilisés en dehors de leur cadre d’emploi pour pallier le manque de personnels en caserne en effectuant des gardes postés.
• Notre administration semble se désintéresser des conséquences de la réforme injuste qui prendra effet en décembre 2019, et qui rétrogradera un certain nombre de pompiers postés ; cette situation les plonge dans un profond désarroi car ils n’auront presque plus de perspectives d’avenir dans la structure.
• Des menaces de sanctions disciplinaires pour des motifs futiles, des congés supprimés arbitrairement, et autres oppressions (verbales ou écrites) traduisent une volonté de domination absolue de la part de certains cadres.

Face au manque de considération dont est victime un grand nombre du personnel, et à l’absence de réponse de notre administration, le STC interpelle les élus politiques en charge des affaires du SDIS pour qu’ils se penchent avec un peu plus d’intérêt sur la problématique du management et de la gestion des ressources humaines qui doit être le moteur du dynamisme de notre collectivité et non son frein.

Le STC réclame la création d’une commission spécifique, visant à traiter l’ensemble de ces problématiques.

STRADA DIRITTA E CORE IN FRONTE

Stc Spinghjifocu Sdis Cismonte

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)