Produit CORSU E RIBELLU

X

(PAROLES DE CORSE) Elle devrait être portée sur les fonts baptismaux dans vingt mois. Les délais seront-ils tenus ? Rien n’est moins sûr. Pas de référendum pour aller vite avait dit le gouvernement. Mais n’est-ce pas un marché de dupes ? Début de réponse le 13 mai, avec la venue du ministre Jean-Michel Baylet.

Décidemment les longs fleuves tranquilles n’existent pas dans la politique insulaire. La nouvelle carte administrative qui doit une nouvelle fois faire sortir la Corse du droit commun se heurte non seulement à des obstacles constitutionnels, mais également à un problème de calendrier.
actualite-blogLa collectivité unique sera-t-elle opérationnelle le 1er janvier 2018, comme cela avait été acté à Paris? Répondre par l’affirmative relève désormais de l’optimisme débordant. Le ministre de l’Intérieur avait pourtant lancé les trois coups de la concertation avec les élus insulaires par un «chiche» qui valait contrat. En corollaire, il avait fait entériner l’absence de référendum local au nom d’un épilogue rapide. Du moins dans les délais impartis. Que la consultation passa à la trappe ne fit pas pousser ici de multiples cris d’orfraie. Certains dans le sillage de Dominique Bucchini parlèrent de forfaiture ou de déni de démocratie. Mais dans l’ensemble la classe politique sembla faire contre mauvaise fortune bon cœur. Et ceux qui étaient les porte- étendards de la réforme se réjouissaient secrè- tement. Sans doute ne voulaient-ils pas que se renouvelle l’échec de Sarkozy, qui fut désavoué par le peuple à qui il avait donné la parole en 2003.

La suite sur PAROLES DE CORSE

Paroles de Corse