Produit CORSU E RIBELLU

X

La ligue des droits de l’homme condamne avec fermeté l’incendie qui a détruit une salle de prière à Mezzavia. Elle apporte son soutien à tous les Corses de confession musulmane.

Elle ne peut s’empêcher de faire un lien entre cet incendie et les manifestations racistes d’Ajaccio de décembre dernier. Le 8 février 2016, lors de l’installation du comité opérationnel contre le racisme et l’antisémitisme, en présence du délégué interministériel Gilles Clavreul, la LDH s’était interrogée sur l’état d’avancement des enquêtes après ces manifestations, notamment après le saccage d’une autre salle de prière. Aujourd’hui, ces interrogations prennent une autre dimension : il ne faudrait pas que le sentiment d’impunité s’installe face à des actes qui interpellent toutes les consciences.

La LDH entend déjà certains qui invoqueront des actes de vandalisme contre des églises. Tous les actes de délinquance contre des lieux de culte quels qu’ils soient sont condamnables. Mais la LDH veut dire que toutes les violences contre des salles de prière musulmanes s’inscrivent dans un contexte inquiétant de banalisation du racisme et d’incitation à la haine. Ceux-là rappelleront également les actes barbares commis au nom d’un fanatisme religieux en accusant tous les musulmans d’être responsables de ces actes qui partout dans le monde visent des populations civiles sans distinction notamment confessionnelle.

Face à la montée du racisme et du terrorisme, la LDH en appelle à l’affirmation des principes démocratiques et au respect de la liberté de conscience, fondement des sociétés laïques.

LDH CORSICA

Ajaccio, le 30 avril 2016