Produit CORSU E RIBELLU

X

(Alta Frequenza) Nouvelle session ce vendredi pour l’Assemblée de Corse avec au programme notamment le débat d’orientations budgétaires.

(Michaël Andreani – Alta Frequenza) –  Un débat d’autant plus attendu que la majorité actuelle avait la semaine dernière dénoncé le passif laissé par l’ancienne majorité et s’élevant à 100 millions d’euros.  Une session qui a débuté par un hommage, à la demande du président du groupe Le Rassemblement, José Rossi. Une minute de silence a ainsi été respectée en la mémoire de Robert Feliciaggi, ancien président du groupe divers-droite Union Territoriale à l’Assemblée de Corse, assassiné le 10 mars 2006 à Ajaccio. Les conseillers exécutifs et territoriaux se sont ensuite prêtés au traditionnel jeu des questions orales.

ODARC-CTC-Assemblee

Une de ces questions a été posée par le conseiller territorial Front National, Christophe Canioni, concernant l’avenir de l’agriculture corse. Face aux difficultés rencontrées par le monde agricole, notamment dans l’île, celui-ci souhaitait savoir si l’ODARC, au regard à la politique qu’il désire mettre en place, dispose des moyens nécessaires à ses ambitions. Quels sont les moyens financiers à la disposition de l’Office ? Est-il possible de compter sur l’institution bancaire pour l’aide à l’installation des jeunes agriculteurs ? Quels moyens pour éviter à l’avenir de nouveaux retards de paiements aux agriculteurs ?  Autant d’interrogations soulevées par le conseiller territorial FN, en rappelant également le contexte international et la menace du traité transatlantique de libre échange entre les Etats-Unis et l’Union Européenne. À cette question du conseiller territorial FN, le président de l’ODARC  y a répondu à plusieurs niveaux. Contrairement à ce qu’a affirmé Christophe Canioni, selon François Sargentini, l’agriculture corse et l’agriculture continentale ne peuvent être comparées, car très différentes. Une agriculture insulaire qui n’a jamais bénéficié du soutien nécessaire à son développement de la part de l’Etat, a insisté le président de l’ODARC. En vertu du programme qu’il avait mis en avant peu après son accès à ce poste, François Sargentini a réaffirmé le renouvellement des outils et l’attribution de moyens supplémentaires aux agriculteurs et aux éleveurs de Corse, évoquant notamment dans le cadre du Programme de Développement Rural de la Corse, un volume d’investissement de 30 millions d’euros pour les cinq prochaines années.

Ecoutez le président de l’ODARC.

AltaFrequenza

ALTA FREQUENZA TDR