X

Hier soir sur Aiacciu se tenait une réunion publique sur la situation des prisonniers politiques, des Droits humains et de l’Amnistia.

Dans une salle comble de nombreux intervenants se sont exprimés, plus de 2 heures d’informations sur ce sujet. (photos et vidéo intégrale en fin d’article)

  • Mr Paul-Marie Bartoli, Président de l’Università,
  • Mr François Santoni, membre du conseil d’administration de l’Università, membre de l’Exécutif de Corsica Libera,
  • Messieurs Jean Marie Poli, Dumè Tafani et Mme Cathy Bartoli Président’e’s de l’Associu Sulidarità,
  • Mr Jean-Guy Talamoni, Président de l’Assemblée de Corse, Membre de Corsica Libera
  • Mr Gilles Simeoni, Président du Conseil Exécutif de Corse, Membre de Femu a Corsica
  • Mr Thierry Casolasco ancien prisonnier politique,
  • Mr Anthony Agostini au titre d’ancien Attaché Parlementaire du Député-Maire, Mr Gandolfi-Scheit,
  • Mr Paccou de la Ligue des Droits de L’Homme section Corsica,
  • Mme Claudia PERETTI en tant que Compagne de Laurent SUSINI
  • Mme Laura Maria Poli, représentante du collectif des Avocats pour Sulidarità et Elue à l’Assemblée de Corse à Corsica libera

André Paccou, de la Ligue des Droits de l’Homme : « À partir du moment où on touche à la liberté de conscience c’est la prison dans la tête et bien la preuve qu’il s’agit là de prisonniers politiques »…

Par un courrier, Jean-Charles Orsucci, Maire de Bunifaziu a tenu à participer à la réunion, voici sa lettre :

Capture plein écran 18022016 232257

Voici le texte d’introduction à cette soirée

Bona sera a tutte è a tutti,

Nous sommes réunis une fois de plus ce soir afin de débattre à propos de la situation des prisonniers politique et de la nécessité d’une loi d’amnistie.

Ce débat se tient comme vous le savez dans un climat de tensions, alimenté par de multiples provocations de l’état.

Une fois de plus une bavure policière est intervenue ou plutôt une fois de trop.

La jeunesse et l’ensemble du peuple corse se mobilisent depuis quelques jours en soutien au jeune Maxime blessé grièvement et intentionnellement.

 Cette réunion publique  intervient également après une dégradation de la situation de nos prisonniers.

En effet malgré le faite que nous nous réjouissions de l’assignation a résidence de Stefanu Tomasini , nous savons qu’il ne s’agit la non pas d’un cadeau mais d’une simple application de la loi.

Il convient également de rappeler qu’il y a moins d’un mois deux prisonniers ont passé 20 jours au mitard dans les conditions que nous connaissons tous.

Dans le même temps, de nombreuses demande de remise en liberté conditionnelle ont  été refusées ou ajournées.

Notamment celle de Sampieru Andreani refusée au  motif inimaginable « Qu’il ne voudrais pas revenir sur son engagement politique ». Il est donc le premier prisonnier politique corse ou la preuve que tous les autres le sont également, ce qui vient contredire les propos de Messieurs Valls et Mirmand qui affirmaient qu’il n’existait pas de prisonniers politiques.

Au vu des évènements exposés, il semble que l’état cherche à envenimer la situation, malgré une campagne en faveur d’une loi d’amnistie soutenu par plus de la moitié des communes de corse ,l’assemblée de corse ,le conseil général de haute corse, l’università di corsica et plusieurs millier de personnes au travers du manifeste et de la pétition. Pendant des mois, le gouvernement  a opposé à cette campagne un mutisme provocateur. Depuis l’élection  des nationalistes en décembre a l’assemblée de corse nous espérions une réponse de Paris sur cette question et en effet elle est intervenue. Durcissement des conditions de détention, refus d’aménagement de peine, et refus pur et simple de discuter d’une possible loi d’amnistie. Cette négation totale de la volonté populaire a engendré le climat actuel et il est à craindre que si l’état ne changeait pas sa stratégie, la situation n’empire. Nous luttons pour l’amnistie, nous luttons pour l’avenir et nous luttons pour la paix. Paris, doit prendre en compte cette volonté de construire tous ensemble un avenir apaisé.

Un geste fort doit être fait, tous les prisonniers doivent être incarcérés à Borgu immédiatement en attendant le vote d’une loi d’amnistie voulue par le peuple Corse dans son ensemble.

AMNISTIA PA TUTTI I PATRIOTTI INCARCERATI E RICERCATI !

LES PHOTOS

TalamoniSimeoniGillesJEanGuyGouvernementCorse (2) RomaniPaulMarieUniversitadiCorsica poliJeanMarie-LDHPaccou GillesSimeoniAmnistia debatsulidaritaAiacciuAmnistia18022016 (26) debatsulidaritaAiacciuAmnistia18022016 (7)

debatsulidaritaAiacciuAmnistia18022016 (5)
debatsulidaritaAiacciuAmnistia18022016 (8)-001 debatsulidaritaAiacciuAmnistia18022016 (10) debatsulidaritaAiacciuAmnistia18022016 (11) debatsulidaritaAiacciuAmnistia18022016 (12) debatsulidaritaAiacciuAmnistia18022016 (13) debatsulidaritaAiacciuAmnistia18022016 (14) debatsulidaritaAiacciuAmnistia18022016 (15) debatsulidaritaAiacciuAmnistia18022016 (17) debatsulidaritaAiacciuAmnistia18022016 (19) debatsulidaritaAiacciuAmnistia18022016 (20) debatsulidaritaAiacciuAmnistia18022016 (21) debatsulidaritaAiacciuAmnistia18022016 (22) debatsulidaritaAiacciuAmnistia18022016 (24) debatsulidaritaAiacciuAmnistia18022016 (27)

LA VIDEO COMPLETE 


#Corse – Vidéo intégrale de la réunion publique… par antofpcl

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)