6 janvier 201 6 Bombage Ajaccio Fin décembre 2015

Produit CORSU E RIBELLU

X

(Corse Matin) Ce ne sont pas des colliers de fleurs qui attendent le groupe de Marine Le Pen à l’aéroport d’Ajaccio. Des manifestants antifascistes se sont réunis avec sono et banderoles pour leur signifier qu’ils ne sont pas les bienvenus dans l’île. L’avion prévu à 11 heures pourrait avoir du retard.

Les députés européens du FN ont fini par partir de l’aéroport Napoléon Bonaparte d’Ajaccio vers 12 h 45 protégés par la police, ce mardi, malgré la manifestation qui ne leur souhaitait pas la bienvenue. Les deux cars qui transportaient les députés frontistes et leurs attachés parlementaires ont été contraints de faire un détour, des manifestants ayant abattu des pins et transporté des chariots de l’aéroport pour barrer la route. Ils ne sont ensuite pas allés directement à l’hôtel de Porticcio. Ils se sont d’abord dirigés vers Zicavo où un repas était prévu. Ils étaient attendus en fin d’après-midi sur la rive sud, par un groupe de manifestants décidés à ne pas laisser leur séminaire se dérouler sans protestation. Afin de mettre en place un blocus pour éviter aux députés européens du FN de rejoindre leur séminaire, des pins ont été coupés sur la route de l’aéroport d’Ajaccio. Des chariots de l’aéroport ont également été positionnés sur la route. Pourtant les deux cars du groupe ENL ont pu rejoindre leur hôtel sur la rive Sud d’Ajaccio. fin de journée : Une trentaine de jeunes nationalistes a attendu les députés européens du FN devant le Sofitel de Porticcio ce mardi après-midi. C’est dans le très sélect domaine du Sofitel de Porticcio que s’est jouée la deuxième manche des confrontations entre les manifestants anti Front national et les élus frontistes. Une confrontation restée indirecte, puisque les uns et les autres ont toujours été séparés par les forces de l’ordre.Dès le début de l’après-midi, une quarantaine d’étudiants et de jeunes nationalistes avaient décidé de se rendre à l’hôtel de la rive-sud pour empêcher les membres du groupe Europe des nations et des libertés d’accéder jusqu’au logement qu’ils doivent occuper durant leur séjour en Corse. Vers 18 heures, les manifestants décidaient de ne pas attendre devant l’entrée de l’établissement, mais sur le bord de la route, à l’entrée même du domaine.

A l’arrivée du bus transportant les élus FN au Sofitel de Porticcio (Corse-du-Sud), « un caillou probablement couplé à un gros pétard », selon une source judiciaire, a été projeté sur le pare-brise du véhicule. Depuis le début de l’après-midi entre cinquante et cent manifestants font le siège de l’établissement hôtelier de luxe et perturbent le déroulement du séminaire frontiste.

presse corse logo

(France 3 Corse) La délégation du groupe Europe des nations et des libertés (ENL) au parlement européen a atterri avec du retard à l’aéroport d’Ajaccio. Ils ont embarqué dans un car qui doit les conduire dans un hôtel sur la rive sud. Ils ont été largement sifflés par les manifestants. Ils sont environ 200 personnes depuis le début de matinée à l’aéroport d’Ajaccio à attendre de pied ferme l’atterissage de l’avion de Paris. 20 députés frontistes et leurs 66 assistants parlementaires sont invités à un séminaire de «réflexion et de cohésion» durant 3 jours. Une démarche commune de 17 syndicats et associations annonçaient samedi la création d’un collectif de lutte contre le fascisme et le racisme. Une démarche initiée après les événements survenus à Ajaccio dans le quartier des Jardins de l’Empereur fin décembre.

(Michaël Andreani – Alta Frequenza) – Congrès des élus européens du FN en Corse : la mobilisation s’est organisée ce mardi à l’aéroport d’Ajaccio pour manifester un mécontentement à la venue sur l’île de cette réunion du groupe ENL, Europe des Nations et des Libertés, au Parlement européen. L’avion transportant les élus et leurs attachés parlementaires qui devait atterrir à 11H00 a finalement touché la piste à 11H45. Un comité d’accueil de près de 200 personnes attendait les élus pour leur signifier leur refus de les voir arriver en Corse, avec pour slogans « I Fascisti Fora » et « I Razzisti Fora ». Les manifestants ont ensuite opéré un sitting pour empêcher les bus des représentants du Front National de quitter Campo dell’Oro. Ceux-ci ont ensuite dû trouver un chemin détourné pour sortir de l’aéroport, la route principale d’accès ayant été bloquée par au moins un arbre et des caddies. Nous y reviendrons plus en détails dans nos prochaines éditions.

(Michaël Andreani – Alta Frequenza) – C’est sous les huées des manifestants que les membres du groupe frontiste Europe des Nations et des Libertés est arrivé ce mardi en milieu de journée à Ajaccio. En effet, la mobilisation s’est organisée à l’aéroport de Campo dell’Oro pour manifester un mécontentement suite à la venue dans l’île d’un séminaire du groupe ENL au Parlement européen. Un comité d’accueil de près de 200 personnes attendait les élus pour leur signifier leur refus de les voir arriver en Corse, avec pour slogans « I Fascisti Fora » et « I Razzisti Fora ». Les manifestants ont ensuite opéré un sit-in pour empêcher les bus des représentants du Front National de quitter Campo dell’Oro. Ceux-ci ont dû trouver un chemin détourné pour sortir de l’aéroport, la route principale d’accès ayant été bloquée par deux pins abattus par des manifestants et des caddies ; un barrage dérisoire qui a été facilement contourné. Pour Anthony Casanova, l’un des organisateurs de la manifestation, s’il faut respecter la démocratie, il est également nécessaire d’affirmer plus que jamais que les idées de l’extrême droite n’ont pas leur place en Corse. Ecoutez Anthony Casanova

(Corse Net Infos) Des militants du collectif antifascite qui vient de se créer en Corse ne souhaitent pas la bienvenue aux députés européens du FN qui doivent se réunir à partir de ce mardi en Corse-du-Sud. Au-delà de la sono et des banderoles hostiles un barrage composé de charriots et d’un arbre coupé et posé en travers de la route attendent le bus du groupe de Marine Le Pen…