X

(Article fil rouge) Retour sur le massacre du « Bloody Sunday », le 30 janvier 1972, à Derry en Irlande du Nord.

Alors que dans quelques jours aura lieu à Belfast, une marche silencieuse en hommage aux victimes de cette tragédie, nous vous proposons de vous replonger dans ce dossier vieux de 44 ans, taché de sang et rempli de larmes, symbole des années de « Troubles », en Irlande du Nord.

Si ce dimanche 30 janvier 1972 est resté dans l’histoire, sous le nom de « Bloody Sunday – Dimanche sanglant », c’est que ce jour-là, des soldats britanniques ont ouvert le feu sur des civils venus manifester pacifiquement pour leurs droits civiques… comme l’aurait fait un régime fasciste en Amérique du Sud à cette époque.

L’après-midi du dimanche 30 janvier 1972, 15 à 20 000 manifestants se réunissent dans le quartier du Bogside, à Derry, la deuxième ville d’Irlande du Nord.

bloodysunday1972

Le bilan est terrible : 14 morts et 21 blessés, en majorité des jeunes et pour la plupart mitraillés dans le dos… des méthodes à la Videla ou à la Pinochet, mais cette fois en Europe, à nos portes.

A lire #Corse – Irlande du Nord: un ex-soldat britannique arrêté dans l’enquête sur le « Bloody Sunday »

Pour seule justification de cette « fusillade » en pleine rue, l’armée de sa majesté affirmera avoir riposté à des tirs de manifestants et d’hommes de mains de l’IRA. Pourtant, aucune arme ne sera jamais retrouvée sur les personnes abattues et aucun militaire n’aura été blessé lors de la fusillade. Deux éléments troublants qui ont longtemps attisé le spectre d’une bavure, d’une tuerie délibérée et perpétrée par une armée régulière sur une population civile…

Il faudra attendre le mois de juin 2010, soit 38 ans après les faits, pour qu’enfin un premier ministre britannique, en l’occurrence David Cameron, reconnaisse les véritables responsabilités de l’armée de sa majesté dans cette tuerie.

prêtre catholique – Ed Daly – agitant un mouchoir blanc ensanglanté, qui aide les blessés à sortir du quartier du Bogside est devenue une véritable icône de Bloody Sunday.
un prêtre catholique – Ed Daly – agitant un mouchoir blanc ensanglanté, qui aide les blessés à sortir du quartier du Bogside est devenue une véritable icône de Bloody Sunday.

Bloody Sunday—sometimes called the Bogside Massacre —was an incident on 30 January 1972 in the Bogside area of Derry, Northern Ireland, in which 26 civil rights protesters and bystanders were shot by soldiers of the British Army. Thirteen males, seven of whom were teenagers, died immediately or soon after, while the death of another man four-and-a-half months later was attributed to the injuries he received on that day. Two protesters were also injured when they were run down by army vehicles. The incident occurred during a Northern Ireland Civil Rights Association march; the soldiers involved were mostly members of the 1st Battalion, Parachute Regiment, also known as « 1 Para ».

14 personnes, manifestant pour les droits civils et contre l’internement, furent tuées par les parachutistes de l’armée britannique, dans la ville de Derry, le 30 janvier 1972. En 1972 il y avait 21.000 soldats britanniques en Irlande du Nord pour 15.500 policiers (RUC) et membres du régiment local de l’armée (UDR). (suite)

VIDEO LE FILM

Quelques images d’archives

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)