Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale publié le samedi 4 aout 2018) Intervention de la présidente de l’Associu Sulidarità Katty Bartoli à l’occasion du débat « La violence d’État contre les peuples en Lutte » aux Ghjurnate Internaziunale Di Corti.

« Bonghjornu à tutte è à tutti,

Avant de débuter mon intervention, je tiens à saluer l’ensemble des délégations présentes, à les remercier pour l’intérêt qu’ils portent à la situation de notre Pays et à les assurer de notre soutien face à la violence d’État qu’ils subissent eux aussi au quotidien.

Cette année en terme d’évolution de la situation des prisonniers politiques aura été marquée par la Doctrine Macron à savoir la politique du « En même temps ».

D’un côté l’État jouait la carte de l’apaisement en plaçant en liberté provisoire et rapprochant plusieurs prisonniers politiques, et faisait passer cela pour des gestes forts, preuve en est la fameuse interview où frappée d’un éclair de lucidité Jacqueline Gourault, reconnait l’existence des prisonniers politiques en expliquant que le Gouvernement avait des résultats sur le sujet puisque 3 d’entre eux avaient été rapprochés récemment.

Hors ces rapprochements, ces libérations, ne sont ni des gestes ni des avancées. C’est purement et simplement l’application des lois Françaises par l’État Français !

Je parlais tout à l’heure de politique du « En même temps », et bien dans un second temps, après avoir joué la carte de la normalisation de la situation en appliquant les lois en matière de rapprochement, l’État a renoué avec ses traditions les plus viles en réincarcérant 3 jeunes Corses et en refusant le rapprochement de Alain Ferrandi et Pierre Alessandri, et en persistant dans le déni de démocratie.

L’incarcération il y a quelques semaines de Laurent Susini, Cyril Garcia Tomasi et Marc Ganu, menottés à la barre devant leurs familles, est un acte de violence perpétré par l’État, qui nous rappelle que la Paix aujourd’hui est unilatérale. L’État continue sa guerre contre les patriotes Corses en menant une véritable chasse aux sorcières sur fond de vengeance politique, visant à déstabiliser une nation qui a fait le choix de la Paix il y a 4 ans.

Cette année aura aussi été marquée par de nombreux procès de patriotes qui refusent de se soumettre au FIJAIT, fichier amalgamant les militants politiques Corses aux Barbares de l’État Islamique. Ces procès interviennent alors que la Procureur de Paris à elle-même reconnu l’absurdité de cet amalgame lors du procès de 8 militants à Paris au mois de Juin.

Prenant en compte ce blocage, voir ce retour en arrière orchestré par l’État, l’Associu Sulidarità a pris l’initiative d’organiser une grande manifestation le 22 Septembre prochain à 14h00 qui partira de la gare d’Aiacciu.

Nous appelons à la mobilisation de l’ensemble du peuple Corse afin de faire du 22 Septembre une journée historique en terme de mobilisation.

Parce que l’heure est venue d’enraciner la Paix, nous appelons l’ensemble des Corses à nous rejoindre le 22 Septembre dans les rues d’Aiacciu, nous appelons le peuple à marcher à nos côtés pour la libération de tous les prisonniers politiques, pour l’arrêt des poursuites pour des faits en lien avec la situation politique de la Corse, nous appelons chaque femme et chaque Homme vivant sur cette terre à venir défiler à nos côtés pour la Paix et la liberté.

Tocc’a noi di fà chi dumane s’alzessi l’alba di a Libertà.

U 22 di Sittembre, falemu per millaie in carrughju da fà sventulà e nostre bandere, uniti in Aiacciu, marchjeremu per a pace, mughjeremu per l’avvene, AMNISTIA È LIBERTÀ »

ASSOCIU SULIDARITA