Produit CORSU E RIBELLU

X

Cette nouvelle majorité doit permettre une évolution significative sur tous les problèmes qui ont trait à la prise en mains de la Corse, de sa destinée.

Parmi les grands sujets à traiter, il y a bien sûr, celui des transports maritimes.
En ce sens, la section STC Marins a toujours plaidé pour la mise en place d’une Compagnie Publique Corse.

La solution n’a jamais été pour nous, dans la logique privée, et ce, qu’elle soit Corse, étrangère, ou les deux à la fois.

Il suffit pour s’en convaincre, d’observer le jeu aujourd’hui organisé par les grands perdants de la reprise de la SNCM, les Corses de Corsica Maritima et l’armateur Mexico-Tunisien Bérrebi, dont les offres étaient socialement misérables et les méthodes souvent irrespectueuses à l’endroit des salariés. Ces derniers, revanchards, s’unissent aujourd’hui pour mettre en place une ligne fret entre Marseille et Bastia pour contrer leur adversaire du jour, Patrick Rocca. Ainsi, ce jeu des alliances, des attaques et contre attaques, risque de déstabiliser totalement le Service Public, ainsi que la Continuité Territoriale de la Corse, en mettant en péril, un peu plus encore, des centaines d’emplois sur notre île.

17dec2015GouvernementCorseAssembleeTalamoniSimeoni (36)

Nous avons constaté lors de la longue procédure de redressement judicaire, que l’entrepreneur Ajaccien, Patrick Rocca, disait à qui voulait l’entendre, qu’il souhaitait récupérer les navires de la SNCM, afin que ceux-ci ne tombent pas dans des mains étrangères à la Corse, et afin qu’ils servent l’intérêt collectif de notre Peuple.

Nous pensons qu’il est grand temps aujourd’hui, de donner du sens aux choses, et du contenu aux mots.

Nous invitons Monsieur Rocca à aller au bout de ce raisonnement, et de se rapprocher de la Collectivité Territoriale de Corse pour mettre en place une structure Industrielle Publique Corse.

Pour nous, seule cette structure garantira une réelle maitrise des transports maritimes de la Corse, et éloignera définitivement le spectre de la disparition de la Continuité Territoriale, celle que sont en droit d’attendre les Corses.

Le bureau Syndical

STC MARINARI