Produit CORSU E RIBELLU

X

Dans quelques jours, le peuple corse sera face à un choix décisif pour son avenir : poursuivre sur la voie de la soumission, du non développement et du clientélisme, ou emprunter résolument celle de la démocratie, de la dignité, de la responsabilité et de la construction.

Conscients de la responsabilité historique qui est la nôtre, en conformité avec les engagements pris devant les électeurs avant le premier tour, nous voulons créer les conditions de l’émergence d’une alternative la plus large possible. 
C’est ce que nous avons fait avec la démarche et la liste « Pè a Corsica ». 

S’agissant de la composition de notre liste, et bien que ce point ne soit pas le plus important, nous tenons à préciser qu’elle s’est faîte de manière tout à fait simple et mécanique autour d’une règle appliquée dans toutes les démocraties : la règle d’hondt ou de jefferson, qui garantit une représentation proportionnelle en fonction des résultats du suffrage universel au premier tour, et est donc une garantie de transparence et d’équité, fondée sur la prise en compte et le respect des résultats démocratiques du premier tour. Nous sommes bien loin de conclaves de triste mémoire. 

La proposition que nous formulons conjointement, au nom de la liste « Per a Corsica », issue de la fusion de celles de Femu a Corsica et de Corsica Libera, s’adresse non seulement à l’ensemble du mouvement national mais également à tous les Corses désireux de rompre avec les politiques qui ont mené la Corse à la ruine, et de s’inscrire dans une dynamique de construction de ce pays. 

Dimanche prochain, le 13 décembre 2015, des décennies de clientélisme, d’assistanat, d’asphyxie de notre économie et de notre intérieur, mais aussi d’aliénation culturelle, de déliquescence sociétale, de paupérisation progressive de franges importantes de notre communauté…doivent trouver un terme le 13 Décembre 2015. 

Dimanche prochain, le 13 décembre 2015, un nouveau chapitre de notre histoire collective doit commencer à s’écrire. 

PERACORSICA

Dimanche prochain, le 13 décembre 2015, le Peuple Corse aura donc le choix, non pas entre trois listes mais entre deux voies possibles : 
-Soit perpétuer un système politique qui, par ses dysfonctionnements démocratiques, sa soumission aux logiques parisiennes, ses collusions, le non respect de l’intérêt général, aggrave la situation politique, économique et sociale de notre pays le conduisant dans l’abîme ; 

-Soit choisir, avec confiance et détermination, d’engager la Corse sur les rails d’un vrai changement. Celui de démocratie réelle, de la transparence, de l’équité, de la dignité, et de la défense constante des droits de la Corse et de son Peuple. 
 
C’est ce choix que la démarche et la liste « Pè a Corsica » proposent aujourd’hui aux Corses. 
Il se décline autour de trois axes forts : 
-Un engagement solennel au service d’une dynamique d’apaisement et de construction démocratique 
-Un contrat de mandature permettant à la Corse de s’engager dans une logique d’émancipation politique, économique, sociale, et culturelle 
-Une volonté d’ouverture envers toutes les forces politiques prêtes à s’engager avec nous au service de la Corse et de l’intérêt général 
 
I – Un engagement solennel au service d’une dynamique d’apaisement et de construction démocratique 

Notre démarche se base sur des principes et valeurs fondamentaux : ceux de la démocratie, de la justice sociale, de la fraternité entre les hommes et les peuples. 
Elle s’articule autour d’un contrat politique clair. 

Celui-ci est fondé sur des principes et valeurs, une gouvernance et des priorités qui permettent de répondre aux enjeux qui se posent aujourd’hui à l’ensemble de l’île. 
Au rang des principes majeurs existe le devoir commun qui est le nôtre de construire, pour la Corse, son peuple, et particulièrement sa jeunesse,  une perspective politique qui tourne définitivement la page des affrontements et des conflits. 

Ensemble, nous prenons l’engagement solennel, devant tous les Corses, d’enraciner l’apaisement initié lors de la dernière mandature. 

Ensemble, nous affirmons notre volonté commune d’engager la Corse dans une dynamique irréversible de paix et de construction démocratique. 

Ensemble, nous nous engageons pour créer les conditions de l’émancipation démocratique des Corses, ainsi que la convergence des forces vives et progressistes de l’île autour d’un projet mettant en son centre l’intérêt collectif du peuple corse. 
 
II – Un contrat de mandature permettant à la Corse de s’engager dans une logique d’émancipation politique, économique, sociale, et culturelle
 
Conscients de la responsabilité historique qui est la nôtre, nous voulons exercer une gouvernance nouvelle, permettant de relever le pays autour de quatre axes prioritaires. 
Ces axes prioritaires sont susceptibles de faire l’objet d’un large consensus au sein de la société corse, bien au-delà de notre famille politique : 

-Agir pour la mise en œuvre effective des décisions de l’Assemblée de Corse autour des points fondamentaux pour l’avenir de l’île (coofficialité de la langue corse, statut de résident, statut fiscal, PADDUC, amnistie des prisonniers politiques…) ; 

-Impulser une nouvelle politique territoriale et d’un processus de reconquête économique et sociale (« riacquistu economicu è suciale ») fondés sur la valorisation de notre identité et de notre environnement, la valorisation par les corses du développement économique, la solidarité et la justice sociale, la mise en place d’un plan de sauvegarde pour nos entreprises ; 

-Instaurer une réelle démocratie,  ainsi que de la transparence et de l’équité, dans tous les actes de la vie publique en Corse (accès aux subventions, aux marchés publics, à l’emploi public); 

-Œuvrer pour l’avènement d’un pouvoir législatif de plein droit qui garantira à la Corse la pleine maîtrise de son destin sur le plan économique, social et culturel. 
Une évaluation des politiques publiques mises en œuvre autour de ces axes devra être effectuée de manière quinquennale. 

La mise en œuvre de ces orientations constituera le socle sur lequel le sursaut doit s’opérer et fixera le cadre des politiques mises en œuvre par les élus de la démarche « Pè a Corsica ». 

Dans le cadre précis de l’exercice de ses responsabilités à la CTC, notamment pour la mandature de transition à venir et la suivante, la démarche « Per a Corsica » sera circonscrite aux orientations précédemment définies, en particulier en ce qui concerne l’évolution institutionnelle de la Corse. 

Ainsi et très clairement, dans un tel cadre et dans une telle perspective, les attaques haineuses et de mauvaise foi autour de la thématique de l’indépendance sont hors de propos. 
 
 
III – Une volonté d’ouverture envers toutes les forces politiques prêtes à s’engager avec nousau service de la Corse et de l’intérêt général 
 
Dés dimanche prochain, la démarche « Per a Corsica » vise à instaurer une nouvelle majorité territoriale et un véritable gouvernement de la Corse. Celui-ci s’engagera de manière solennelle à se mettre au service du peuple corse et de l’intérêt général, à œuvrer pour  l’émancipation démocratique, économique, sociale et culturelle de notre société, et à mettre en œuvre le contrat de mandature ci-dessus décliné. 
Le contenu de ce contrat de mandature a été défini de façon à permettre la convergence de l’ensemble des forces vives de ce pays. 

Notre volonté commune, en créant la démarche « Pè a Corsica », est en effet de permettre l’émergence d’une alternative regroupant toutes celles et tous ceux qui veulent rompre avec les systèmes archaiques et clientélistes, et souhaitent engager la Corse sur un chemin d‘émancipation. 

Cette volonté d’ouverture à l’ensemble de la société corse, au-delà du mouvement national, se traduira également à l’Assemblée de Corse : « Pè a Corsica » a en effet vocation à construire, au-delà du mouvement national, avec toutes celles et ceux en Corse qui refusent les logiques d’assistanat, de clientélisme, de collusions, et qui s’engagent pour la démocratie, la transparence, tout autant que pour l’affirmation du droit du peuple corse à l’existence et à un avenir meilleur sur sa terre. 

Le dimanche 13 décembre, nous appelons les Corses à faire le choix du changement  profond pour notre île. 

Le dimanche 13 décembre, nous appelons les Corses à tourner la page de décennies de systèmes politiques néfastes. 

Le dimanche 13 décembre, nous appelons les Corses à commencer à écrire une nouvelle page de l’histoire de ce pays : la page de l’équité, de  la dignité, de la justice, de la démocratie, de l’émancipation et de la paix. 
Per u populu corsu è per e generazione à vene ! 

Pè a Corsica !