Produit CORSU E RIBELLU

X

Femu a Corsica a été fondé en 2010 pour répondre à des enjeux toujours plus saillants mais aussi, et surtout, à des ambitions toujours plus grandes pour l’avenir de notre terre et de notre peuple.

Femu a Corsica a fait un choix clair : celui de demeurer dans le fil historique du nationalisme corse, de s’inscrire dans la continuité de ceux qui ont sacrifié jusqu’à leur vie pour offrir à la Corse un avenir de dignité, de liberté. Et, dans le même temps, d’affirmer que seule l’action publique et démocratique garantit la réussite des dynamiques de rassemblement, d’ouverture et de projet.

listeFemuACorsicaTerritoriale2015 (2)

Le peuple corse a immédiatement répondu que ce choix correspondait à une large attente. Pour sa première candidature, aux élections territoriales de 2010, Femu a Corsica a réuni près de 26% des suffrages exprimés.

Nos onze élus ont pris la mesure de leurs nouvelles responsabilités, et de la confiance qui leur a été témoignée. Ils ont conjugué une implication totale et constructive dans chaque dossier qui leur était soumis, avec une opposition franche et déterminée aux inconséquences et dérives de la majorité territoriale.

Nous sommes certes satisfaits de notre bilan… oramai ùn ne simu più quì. C’est une autre aspiration qui nous guide : l’aspiration à exercer des responsabilités au service de la Corse, pour la rendre plus juste, plus prospère et plus solidaire. È bisognu c’hè !
Ayons conscience de ce qu’est notre société aujourd’hui. Tous les jours, une entreprise dépose son bilan. Le taux de pauvreté y est supérieur à 20%. En un an, le chômage a augmenté de plus de 12 %, près de deux fois plus vite qu’en France.  Mais peut-être surtout… quels emplois et quelles perspectives sont proposés à notre peuple, et particulièrement à notre jeunesse ? Poser la question, c’est déjà y répondre. U riacquistu ecunomicu è suciale que nous voulons promouvoir est un véritable chemin d’avenir, le chemin d’une économie de création, de production, qui génère de nombreux emplois qualifiés et normalement rétribués.

Ayons aussi conscience de la responsabilité écrasante de ceux qui ont dirigé la Corse jusqu’à aujourd’hui : l’État et les clans. Qui nous a laissé durant un siècle et demi à l’écart de tout développement agricole et industriel, facilitant par là même un exil massif de notre peuple ? Qui a imaginé ensuite que notre bonheur dépendrait de l’arrivée massive d’investisseurs n’ayant que faire de nous, de notre terre et de notre culture ? Qui méprise les revendications légitimes de notre peuple depuis des décennies, et méprise aujourd’hui les délibérations de l’Assemblée de Corse ? Qui considère le pouvoir comme sa propriété, en profite et en fait profiter ses affidés, plutôt que de rechercher l’équité, la solidarité et l’efficacité ?

Changer sera difficile, mais changer est impératif. Femu a Corsica est prêt à incarner le changement. Changement dans les valeurs, changement dans les pratiques, changement dans les résultats obtenus.

Simu una nazione in mossa chì vole custrui u so avvene da per ella. Les choix dictés par l’État et les partis politiques parisiens ont assez duré. Les réseaux claniques, qui sont fondés sur l’abus de faiblesse, le clientélisme et la corruption, doivent faire place à des fonctionnements démocratiques, à la transparence et à la concertation permanente.

Il s’agira d’une mandature courte, où la mise en place de la collectivité unique sera centrale, où la faiblesse des moyens engendrée par les difficultés financières de la CTC pèsera. Mais cette mandature sera décisive à bien d’autres égards.
L’enjeu est clair : continuons-nous dans l’impasse politique et économique actuelle ? Ou initions-nous une dynamique nouvelle ? Notre choix est fait, et nous saurons l’assumer, avec vous.

Aiò ch’hè ora !

_______________________

AGIR DE MANIÈRE DÉCISIVE POUR LE RURAL ET LA MONTAGNE

Agir de manière décisive pour le rural et la montagne

Une politique agricole et forestière ambitieuse et claire au service de la production
Préserver le foncier agricole, encourager la création d’outils pour aider au règlement de l’indivision (AFP/ASL)
Protéger et valoriser les productions fermières de qualité, de type familial sur des exploitations de taille humaine qui respectent l’environnement, la terre, les animaux
Protéger et valoriser les produits identitaires dans le respect des usages traditionnels de nos savoir-faire.
Appuyer l’essor des circuits courts et la satisfaction du marché intérieur (autonomie alimentaire en agriculture et rééquilibre de la balance commerciale pour le matériau bois)
Traiter les enjeux sociologiques, financiers et fonciers de l’installation pour lancer une campagne de création et reprise d’activités : faciliter l’accès aux aides (interlocuteur unique), les harmoniser ; simplifier les démarches administratives, améliorer les circuits d’instruction et de paiement (moins de 3 mois)
Renforcer l’agriculture biologique et le recours sélectif aux signes de qualité
Protéger notre capital environnemental en faisant face à l’introduction de maladies végétales (Xylella, Cynips, Matsucoccus), animales (fièvre catarrhale) par des changements de comportement, le soutien à la recherche, l’appui technique, le développement de nouvelles filières et méthodes de production (horticulture)
Créer un conservatoire de toutes nos variétés locales (actuellement limité à quelques filières)
Repositionner la forêt publique sur ses productions d’excellence de bois d’œuvre et la sylviculture adaptée
Soutenir la forêt privée dans la nécessité d’un rattrapage historique (problématique foncière des espaces boisés, desserte, sylviculture, bois énergie, bois d’œuvre, gestion durable des forêts)
Promouvoir la recherche et l’innovation pour l’adaptation au marché des essences locales (laricci, liège, châtaigniers, chênes-vert)

_______________________

ASSURER L’HABITABILITÉ DU MONDE RURAL ET L’ÉQUITÉ TERRITORIALE AUTOUR DE PÔLES DE SERVICES

Assurer l’habitabilité du monde rural et l’équité territoriale autour de pôles de services
Créer des dispositifs de solidarité territoriale : fonds de péréquation littoral/intérieur, zones franches rurales et de montagne
Soutenir l’amélioration des services de base (électricité – eau – assainissement – internet)
Définir un cahier des charges et un appel à projet territorial autour des pôles de services
Recourir au télétravail dans l’administration locale pour délocaliser l’emploi public
Préserver les services publics
Financer de manière bonifiée la réhabilitation des logements destinés à une location annuelle, défiscaliser les travaux sur résidences principales

b)Soutenir les filières vertes comme leviers de développement rural : bois et forêt, agritourisme
Structurer les partenariats entre fonctions agricole et touristique, former et soutenir les pluriactifs (AMM)
Inventorier et cartographier sur SIG l’ensemble du patrimoine rural et de montagne
Appuyer en ingénierie et en financement les projets de petit hébergement touristique rural et montagnard, via une prospection territoriale des potentiels
Soutenir le développement de la filière bois-forêt dans toutes ses composantes (bois d’œuvre, bois-énergie, chimie verte) par la commande publique (emploi des bois corses pour les entreprises locales) et favoriser la création d’emplois verts (production, environnement, accueil social)

_______________________

DÉVELOPPER LES ACTIVITÉS LIÉES À LA MER : PÊCHE, AQUACULTURE, TOURISME NAUTIQUE, ÉNERGIES MARINES

Développer les activités liées à la mer : pêche, aquaculture, tourisme nautique, énergies marines

Regrouper les actions menées par la CTC, les insérer dans une vision globale et volontariste de la politique de la Mer, créer un service dédié à l’occasion de la mise en place de la Collectivité unique
Développer le potentiel des énergies marines, en lien avec l’Università : recherche, expérimentation, partenariat avec les pays et régions pilotes en Europe (Bretagne, Norvège, Ecosse)
Inventorier les possibilités de recherche et de partenariat sur les biotechnologies marines
Relancer la pêche, notamment par un soutien massif à l’information sur les métiers, à la formation (Lycée aquacole) et l’installation des jeunes pêcheurs (territorialisation des licences de pêche)
Renforcer le développement de l’aquaculture, particulièrement prononcé ces dernières années
Mettre en adéquation les formations avec métiers de la plaisance pour appuyer son développement maîtrisé

_______________________

TRAITER LES ENJEUX DE SANTÉ EN PESANT SUR L’ORGANISATION SANITAIRE

Traiter les enjeux de santé en pesant sur l’organisation sanitaire
Rapprocher les acteurs du sanitaire et du social pour une prise en charge efficiente de la population
Harmoniser et synchroniser l’organisation régionale de la santé avec l’organisation de la collectivité unique dans le respect de l’équilibre des territoires
Améliorer la prise en charge des personnes porteuses de handicap en soutenant les projets associatifs adaptés à la prise en charge
Poursuivre les actions épidémiologiques engagées par l’ORS : Tchernobyl, registre des cancers, amiante/radon, etc
Maintenir une proximité dans la prise en charge sanitaire et sociale, et favoriser les actions en faveur du rural (maillage de maisons médicales), du maintien à domicile, l’organisation rationnelle du parcours de soins, l’égalité face aux soins.
Décloisonner la santé entre les acteurs publics et privés et exiger une vision régionale transparente de la gestion, de l’organisation, des moyens attribués par l’état en Corse

_______________________

ASSAINIR LES FINANCES PUBLIQUES ET METTRE EN COHÉRENCE L’ORGANISATION

Assainir les finances publiques et mettre en cohérence l’organisation
Hiérarchiser les choix financiers
Redresser la capacité d’investissement de la CTC en optimisant les charges de fonctionnement, en rendant rationnels et transparents les recrutements et l’octroi des aides financières
Préparer les mutualisations nécessaires à la bonne marche de la Collectivité unique, en lien avec les agents des collectivités et les représentants syndicaux
Œuvrer à une répartition plus juste des produits fiscaux entre Etat et CTC

Maitriser la fiscalité et contenir la pression fiscale
Se doter de nouvelles ressources fiscales : entrepôts sous douanes, taxe de gestion des sites sensibles notamment
Mettre en œuvre une fiscalité foncière sur les non-résidents n’ayant jamais résidé en Corse
Etre seuls compétents en matière de fiscalité des successions
Fixer les taux de TVA pratiqués en Corse
Percevoir et redistribuer l’intégralité de la TVA perçue en Corse
Adapter la fiscalité du travail et du capital

Evaluation systématique des politiques publiques et observation économique et fiscale
Proposer un suivi régulier et accessible par le Net des avancées sur les projets engagés, au sein d’une direction de la communication renforcée (Collectivité unique)
Organiser des moments d’échanges avec la population sur l’évaluation des grands chantiers en cours
Evaluer toutes les politiques publiques mises en œuvre par la CTC, ses agences et offices et rendre compte de leur efficience
Optimiser l’observation macroéconomique, microéconomique, fiscale et touristique

Donner corps à une gouvernance transparente et efficace
Le programme de campagne devient un Schéma d’Orientation Stratégique validé en Assemblée de Corse à partir duquel seront déclinées les feuilles de route par directions, agences et offices
Un élu – une délégation – une équipe. L’organisation administrative sera repensée selon deux objectifs : efficience et efficacité. Les missions seront regroupées et les doublons supprimés pour plus de rationalité et de cohérence inter-service
Privilégier systématiquement la concertation interne à travers notamment les représentants des personnels ; renforcer les responsabilités des services (délégations de signature)
Passer d’une administration de guichet à une administration de projet, en restaurant la confiance, en garantissant un égal accès aux financements, à l’information et à l’ingénierie

_______________________

UNE ÉCONOMIE NUMÉRIQUE COMPÉTITIVE ET PARTAGÉE

Une économie numérique compétitive et partagée

Placer en priorité l’enjeu vital des infrastructures, du très haut débit, de la Fibre optique sur tout le territoire : Permettre d’avoir enfin le très haut débit accessible pour le développement d’une économie concurrentielle- réussir le virage vers la fibre optique à l’abonné- couvrir le rural avec cette technologie avec un projet à cinq ans- avoir une politique active pour une téléphonie mobile de qualité.

Mettre en œuvre un projet d’écosystème du numérique : Promouvoir les politiques éducatives et les projets du numérique à l’école- accompagner l’Université et l’enseignement supérieur dans la création des filières numériques- fournir les conditions économiques et techniques attractives pour les start-up et entreprises du numérique, rapprocher systématiquement les acteurs et mutualiser les actions.

Créer une véritable culture du numérique, une approche par les usages. Favoriser les manifestations et les événements médiatiques-favoriser les actions de mise en ligne des données (politique d’open data)- banaliser la composante numérique dans les projets comme valoriser les projets du numérique à fort « usage ajouté ».

_______________________

DOTER LA CORSE D’UNE FONCTION D’INNOVATION DYNAMIQUE

Doter la Corse d’une fonction d’innovation dynamique

Mettre enfin en place une politique d’attractivité des investissements et des talents
Analyser l’attractivité comparative de la Corse dans le marketing territorial mondial et définir des secteurs et des entreprises cibles
Elaborer des cahiers des charges précis quant aux retombées attendues et aux conditions d’investissement
Prospecter directement les entreprises potentiellement intéressantes
Assurer les conditions foncières, humaines, sociales et financières de l’accueil de ces investisseurs

Doter la Corse d’une fonction d’innovation dynamique
Faire figurer l’innovation dans les priorités économiques effectives et lui affecter des moyens suffisants pour qu’elle représente à 5 ans 2 % du PIB
Promouvoir l’innovation dans toutes ses dimensions et dans la vie sociale et économique : technologique, commerciale, organisationnelle, financière y compris dans les secteurs traditionnels
Présenter et acter un plan de financement de l’innovation, accessible à toutes les organisations, comprenant notamment : un fonds régional d’innovation sur la base de financements publics et privés (capital-risque) , garantir les prêts à l’innovation pour les porteurs de projets, aider à une meilleure et plus large utilisation du Crédit Impôt Recherche par un appui en ingénierie
Mobiliser plus fortement les dispositifs et fonds européens
Se doter de dispositifs d’interface audacieux : donner à l’incubateur régional les moyens d’une stratégie efficace ; accompagner en ingénierie de l’innovation tous les porteurs de projets quel que soit le domaine d’application et sur un pas de temps suffisamment long ; favoriser les rencontres et partenariats entre entreprises corses et chercheurs par le biais de conventionnements adaptés.

_______________________

FONDER UNE NOUVELLE TRAJECTOIRE DE CROISSANCE

Fonder une nouvelle trajectoire de croissance

Maitriser nos transports
Redéfinir la continuité territoriale vers tous les territoires proches : Italie, Sardaigne, Catalogne et toute autre région dynamique du pourtour méditerranéen
Travailler à l’internationalisation des dessertes via l’élargissement des OSP, par exemple à la Sardaigne et au continent italien
Contrôler les stratégies de capitaux des opérateurs et préserver la Corse des cartels éventuels
Défendre Air Corsica et lui confier une mission élargie de desserte de l’île
Assurer la fiabilité de la desserte
Optimiser les contrats et les dotations pour impacter fortement les prix pratiqués
Conforter le développement du train, établir un Plan routier tenant compte des orientations du Padduc, de la fusion des collectivités, des moyens disponibles de la CTC

_______________________

UNE POLITIQUE PUBLIQUE DE LA DIASPORA POUR CRÉER UN LEVIER DE DÉVELOPPEMENT

Une politique publique de la diaspora pour créer un levier de développement
Associer les Corses de l’extérieur à la réflexion sur le développement de l’île via la création d’un Comité Consultatif des Corses de l’Extérieur
Création d’une Agence du retour – avancée depuis plus de trente ans- pour recenser, contacter tous nos compatriotes et leurs amicales de par le monde et mettre en œuvre une politique publique ambitieuse
Appuyer les entreprises via ce réseau dans la levée de financements
Permettre aux entreprises corses de se positionner sur des nouveaux marchés et de nouer de nouveaux partenariats
Former les cadres corses et plus largement la jeunesse insulaire aux réalités des marchés internationaux

_______________________

SOLIDARITÉ ET JUSTICE SOCIALE

Solidarité et justice sociale

Renforcer l’économie sociale et solidaire, acteur du développement durable
Proposer un dispositif efficace d’accompagnement de l’entreprenariat coopératif pour soutenir les acteurs de l’ESS
Optimiser les moyens de la plateforme financière
Renforcer les dispositifs en faveur de l’insertion par l’activité économique afin d’accroître notre population active et de combattre l’exclusion sociale
Créer des dispositifs d’interculturalité et de transmission intergénérationnelle des savoirs et savoir-faire

Combattre activement toutes les formes de précarité et renforcer l’ensemble des dispositifs d’accompagnement, d’insertion, de justice sociale et de solidarité

Mettre en œuvre la Charte de la précarité prévue au Padduc, renforcer le dialogue avec les associations de terrain, réévaluer les dispositifs pour les adapter

_______________________

PROMOUVOIR UNE POLITIQUE TOURISTIQUE RENTABLE ET MAÎTRISÉE

Promouvoir une politique touristique rentable et maîtrisée
Organiser une politique explicite en phase avec les choix d’aménagement (transports, PADDUC, etc.) et en faveur d’une professionnalisation du tourisme
Lutter contre les prédations touristiques issues du secteur non-marchand, particulièrement dans le cas des non-résidents et des revenus élevés
Conduire une réforme organisationnelle et fiscale : régionalisation et perception de la taxe de séjour, écotaxes de sites par exemple
Internationaliser la desserte et la promotion de la destination
Créer des produits touristiques packagés, issus d’une veille concurrentielle constante, qui homogénéisent l’image de la destination par un message unifié et ciblé contraire de l’éparpillement actuel (OT, Offices de pôles, EPCI, Pays touristiques, etc.)
Bâtir des systèmes touristiques territorialisés basés sur une spécialisation (œnotourisme, archéologie, tourisme de montagne, tourisme mémoriel, etc.) construite sur une veille concurrentielle pointue qui seront labellisés et soutenus notamment par le biais des fonds européens et de prêts bonifiés
Sortir de la contrainte de la saisonnalité et en mettant en marché les gisements inexploités du tourisme culturel et mémoriel (itinéraires historiques intra et extra frontaliers, Routes Napoléon-Paoli, triptyque Langue/Culture/Tourisme)
Accroître l’observation touristique et évaluer les impacts territoriaux économiques comme environnementaux

_______________________

SOUTENIR LA DURABILITÉ DU SECTEUR DE LA CONSTRUCTION EN LIEN AVEC LA PROGRAMMATION PLURIANNUELLE DE L’ÉNERGIE

Soutenir la durabilité du secteur de la construction en lien avec la Programmation pluriannuelle de l’énergie
Assurer l’exemplarité de la CTC et des collectivités financées en matière de passation et de conduite des marchés publics via une charte co-élaborée avec les professionnels
Limiter le recours aux personnels détachés via les conditions sociales figurant dans la charte de la commande publique de la CTC et des collectivités financées
Favoriser le recours aux éco-matériaux et l’essor des filières courtes, innovantes ou traditionnelles

_______________________

DÉFINIR UN CADRE DE RELANCE DE L’ENTREPRENEURIAT, DE L’ARTISANAT ET DU COMMERCE

Définir un cadre de relance de l’entrepreneuriat, de l’artisanat et du commerce
Garantir aux entreprises l’ouverture sur les marchés extérieurs par l’ensemble des politiques mises en œuvre (transports, compétitivité, transports, politique commerciale, …)
Mobiliser, l’épargne locale sous forme d’obligations émises par la CTC au profit d’un fonds de croissance bonifié dédié aux entreprises locales (avantage fiscal : taux du PFL réduit à 10%).
Inciter les grands groupes opérant en Corse à participer à des fonds d’investissement par filière bonifiés par la CTC et renforcer les fonds d’amorçage
Impulser une labellisation puis une certification des entreprises dans différents secteurs, basées sur des critères de socio-conditionnalité, d’éco-conditionnalité, d’identification des savoir-faire et de qualité des matières premières afin de permettre de fonder une préférence à la qualité et aux circuits courts dans la commande publique
Appliquer une « règle des minimis » adaptée en zone insulaire et montagnarde en termes d’aides publiques aux entreprises telle qu’admise par la Commission européenne suite au traité de Lisbonne (plafond à 450 000 € sur 3 ans au lieu de 300 000 €)
Activer la mise en œuvre de réseaux de diffusion d’informations matérialisés par l’échange ascendant et descendant de technologies et compétences nouvelles.
Spécialiser trois zones d’activité « in situ » ou en réseau (numérique/robotique, agroalimentaire, environnement/énergie) et en créant des pépinières de jeunes créateurs.
Proposer de porter la réduction d’impôts sur le revenu à 50 %, si les Fonds d’investissement de proximité (FIP) Corse interviennent sur les TPE de moins de 10 salariés ; porter la durée d’intervention des FIP à 7 ans minimum dans les entreprises, et encadrer les taux de sortie.

_______________________

PROMOUVOIR UN MODÈLE DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DIVERSIFIÉ ET ÉQUILIBRÉ

Mettre en œuvre un plan de sauvegarde de l’économie

Faire fonctionner efficacement un véritable fonds de sauvegarde des entreprises qui consolide à part égale avec le banquier et diffère une partie des trésoreries négatives des PME/TPE qui produisent en Corse
Compléter cette mesure de consolidation par une garantie sur crédit de trésorerie qui sera portée par le Fonds corse de garantie
Soutenir la reprise par la création d’un pacte « repreneur/cédant » qui exonère fiscalement la transmission des parts d’entreprise, à l’instar de l’Allemagne, de la Grande-Bretagne ou de l’Italie, en contrepartie d’une détention allongée à dix ans des titres sociaux
Fusionner et professionnaliser les services des agences et offices concernés par le développement économique (ADEC, ATC, ODARC) pour mener une politique économique au service des entreprises et pas au service des institutions ; réduire drastiquement les délais d’instruction et de paiement
Créer une Plateforme Territoriale pour l’emploi, qui regrouperait tous les acteurs économiques dans une perspective de coordination efficace entre offre et demande d’emplois, besoins et formation, diagnostic et prospective du marché du travail.
Mettre en place des formations spécifiques en fonction des besoins identifiés dans les secteurs et filières de production
Développer les contrats aidés dans le secteur marchand à partir d’un dispositif encadré
Prioriser les chômeurs locaux dans l’offre d’emploi
Œuvrer à la corsisation des emplois, sur la base privilégiée de l’apprentissage de notre langue et de notre culture (corsophonisation)

_______________________

FAIRE DE LA JEUNESSE ET DE LA FORMATION LES FERMENTS DE LA COHÉSION

Consacrer l’Università comme acteur central de l’innovation sociale

Placer l’Università et plus largement la formation au cœur du processus de transformation économique et sociale nécessaire à la survie du peuple corse
Instituer plus particulièrement l’Università comme catalyseur de la dynamique régionale d’innovation au même niveau que les Institutions et les Entreprises et construire autour d’elle un écosystème intelligent d’initiatives privées et publiques technologiques, culturelles, sociales, pourvoyeuses d’idées nouvelles, créatrices de startups et d’emplois
S’appuyer sur ses travaux et activités pour faire rayonner la Corse dans le bassin méditerranéen au-delà des sentiers battus des évènements politiques et du tourisme
Préserver et amplifier sa mission première de formation initiale tout en accentuant ses missions de formation continue et de formation en alternance. L’aider dans ses missions de valorisation et de diffusion des connaissances auprès de différents publics (chefs d’entreprises, élus, citoyens, jeunes, etc.)

Réorienter la formation professionnelle pour répondre efficacement aux besoins identifiés, en relation avec notre stratégie de développement
Définir une politique de formation sortant du cas par cas et du traitement social du chômage
Redéfinir les missions de la direction de la formation à la CTC
Construire un espace de coordination et d’expérimentation entre système éducatif, formation professionnelle et Università pour répondre aux besoins des entreprises

Créer un « Pacte territorial pour la jeunesse » en faveur de l’emploi des jeunes et de leur accès au logement
Coordonner et rationaliser les nombreux dispositifs composant la politique d’insertion des jeunes
Soutenir et renforcer toutes les actions de prévention et lutte contre les dépendances (drogues)
Mettre en place le premier comité régional citoyen numérique pour impliquer la jeunesse dans la construction de la société
Porter un projet pilote de logement intergénérationnel et favoriser les petites structures de logement
Renforcer la mobilité internationale des jeunes pour ouvrir la Corse sur le Monde

Articuler une politique sportive porteuse de développement et d’équité
Développer une approche interservices de la problématique sportive et rationaliser la politique d’investissements sportifs de la CTC en fonction de priorités partagées
Assurer la tenue effective des Assises régionales du sport et créer une instance de concertation où tous les sujets ayant trait aux pratiques sportives pourront être débattus : la Conférence régionale permanente de développement du sport.
Créer l’Institut du Sport Corse, outil d’aide au service de la définition de stratégies d’orientations et de politiques publiques de la CTC, acteur d’une meilleure gouvernance avec l’ensemble des acteurs du sport
Développer les sports de montagne, les « classes vertes » sportives et de découverte (équitation, escalade, randonnée, ski, etc) pour créer une dynamique économique dans l’intérieur toute l’année ; en s’appuyant sur les structures à rénover (Aitone) et un maillage de gîtes d’étapes ou maisons d’accueil multi filières.
Porter une attention particulière à l’accès aux pratiques sportives pour les personnes porteuses de handicap
Prendre en compte la pratique cycliste dans tous les aménagements routiers et ferroviaires, créer des pistes cyclables

_______________________

AFFIRMER UNE STRATÉGIE ENVIRONNEMENTALE COHÉRENTE

Affirmer une stratégie environnementale cohérente, anticiper les dérèglements climatiques, ériger la Corse en territoire pionnier de l’écodéveloppement

Mettre l’écologie au cœur de la vie quotidienne

• Combattre la pollution de l’air, encore aggravée par la multiplication d’épisodes de chaleur, y apporter des réponses adaptées
• Mettre en place des politiques visant à sensibiliser et à développer les bonnes pratiques sans culpabilisation.
• Faire de la CTC et des collectivités locales des modèles exemplaires de gestion environnementale.
• Insérer systématiquement dans les marchés publics des critères environnementaux (bilan carbone, risques).
• Evaluer les services éco-systémiques rendus par les espaces naturels (forêts, agriculture) et développer leur contribution
• Conventionner avec les entreprises dans le même sens (label vert territorial).
• Traiter de façon coordonnée les nouvelles atteintes aux milieux (érosion, crues) ou à la santé humaine (moustiques)

Changer radicalement le modèle de gestion des déchets

• Fixer l’objectif de tri à 60 % à moins de 5 ans en matière de déchets ménagers, en traitant les déchets au plus près des gisements pour limiter drastiquement le transport et l’enfouissement.
• Faciliter le geste de tri en collectant les déchets valorisables au porte à porte partout où c’est possible, y compris les biodéchets (à traiter par compostage et/ou méthanisation).
• Diminuer la facture des usagers en appliquant progressivement le principe « Plus on trie, moins on paie » (redevance incitative).
• Adapter les modèles de gestion à la diversité des situations en Corse en fournissant des outils et des méthodes différenciées aux collectivités (OEC).
• S’appuyer sur les relais associatifs pour sensibiliser la population (Zeru frazu).
• Reprendre le dossier des Déchets dangereux et déchets du BTP, filière par filière, en cogestion avec les professionnels.

Préserver l’eau et l’ériger en bien commun

• Susciter et développer des projets de stockage pour tous les usages (agricole, domestique, jardins, énergie).
• Favoriser le retour à une gestion publique de l’eau.
• Accroître le rôle de conseil de l’Office Hydraulique et celui d’aménageur de la gestion en eau

Mettre en œuvre la politique d’autonomie énergétique et de maîtrise de l’énergie

• Renforcer les énergies renouvelables et poursuivre l’innovation en diversifiant le bouquet énergétique, notamment dans les secteurs à fort potentiel : hydroélectrique (Step – stations de transfert d’énergie par pompage), biomasse, énergie marine (hydroliennes)
• Assurer la construction du gazoduc Cyrénée, toujours incertaine, pour approvisionner l’ile en gaz naturel
• La politique des « Négawatts » : un axe capital pas encore suffisamment pris en compte

Rendre nos villes durables

• Travailler en synergie avec les acteurs locaux via des appels à projets pour les intercommunalités
• Promouvoir les transports « doux », le covoiturage, l’accès aux villes par le train et les navettes (campagnes de promotion, sites interactifs, travail avec les entreprises, gratuité) ; gérer activement les pics de pollution.
• Soutenir les opérations d’habitat urbain durable et contribuer à la mixité socio-urbaine
• Rendre nos villes « intelligentes » (smart cities) via des projets pilotes d’innovation sociale
• Faciliter le développement des écoquartiers via des financements accessibles à toutes les communes urbaines ou périurbaines
• Limiter l’extension urbaine, en favorisant la densification et éviter l’artificialisation des sols

_______________________

STOPPER L’HÉMORRAGIE FONCIÈRE ET VALORISER DURABLEMENT NOTRE PATRIMOINE

Encadrer l’acquisition foncière et immobilière
Assurer la mise en œuvre équitable et déterminée du statut de résident
Définir une fiscalité propre aux résidences secondaires et aux activités touristiques non-marchandes
Assurer une mise en œuvre attentive et coordonnée du PADDUC, notamment pour les espaces stratégiques agricoles

Garantir l’accès aux marchés foncier et immobilier pour les résidents permanents et les Corses de la diaspora
Inciter les communes à créer des réserves foncières importantes
Lutter pour la compensation fiscale de la disparition de l’arrêté MIOT

Favoriser une approche sociale et durable du logement
Mobiliser la nouvelle fiscalité sur les résidences secondaires pour financer le logement social
Définir des mesures incitatives pour les promoteurs afin d’orienter leurs projets en faveur des résidents et primo-accédants, en lien avec la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE)
Créer un fonds de garantie dédié à l’accès au crédit des primo-accédants en complément des dispositifs existants

_______________________

PRISERVÀ È VALURIZÀ A NOSTRA IDENTITÀ CULLETTIVA

Replacer la langue et la culture corse au cœur de la vie sociale et économique

Obtenir la coofficialité, garantie d’un bilinguisme effectif
Appliquer le droit international, qui est très largement en faveur du plurilinguisme et de la coofficialité
Bâtir un corpus de droits linguistiques et culturels selon un principe de territorialité.
Assurer le à moyen à long terme le bilinguisme de tous les services administratifs et le bilinguisme des actes administratifs
Renforcer la formation continue des agents territoriaux

Donner à tous à un égal accès à la langue
Initier un véritable mouvement de démocratisation linguistique et culturelle.
Assurer une éducation intensive dès le plus jeune pendant toute la scolarité et tout au long de la vie
Favoriser les signalétiques commerciales bilingues
Développer la corsophonisation des salariés du secteur privé
Impliquer toutes les composantes de la société dans projet de bilinguisme

Faire appliquer et accompagner réellement les politiques votées
Evaluer les politiques à l’œuvre
Mettre en œuvre les moyens d’ingénierie nécessaires au portage des politiques votées
Faire aboutir plus particulièrement les mesures du Plan Lingua 2020
Appuyer les structures partenaires et plus largement le tissu associatif actif en faveur de langue

Développer une économie de la langue et de la culture ambitieuse
Elaborer un programme stratégique d’actions en faveur de l’industrie de la langue et de la culture
Développer systématiquement les projets de coopération linguistique à l’échelle de la Méditerranée
Lier les ressources patrimoniales et linguistiques au moyen de parcours touristiques adaptés
Encourager les initiatives entrepreneuriales autour des usages de la langue.

Mettre en place une politique culturelle structurée, en concertation et en partenariat avec les acteurs
Intégrer la Culture comme pilier de la stratégie de développement durable de notre pays
Consolider la créativité culturelle et sa transmission comme vecteurs d’émancipation démocratique et intellectuelle de la société ;
Professionnaliser et mutualiser pour que le secteur permette la création d’emplois et de débouchés pérennes, en s’ouvrant plus encore vers le numérique et l’usage d’Internet (sur le modèle d’e-Music School ou Corse Billet)
Renforcer et respecter les contrats pluriannuels avec les festivals de Corse et les centres culturels de création et de diffusion, sur la base d’objectifs de labellisation qualitative, environnementale et économiques
Valoriser notre patrimoine archéologique : soutenir la recherche, sortir de l’abandon les sites majeurs oubliés en mettant en place un programme d’acquisitions foncières, soutenir les associations dédiées, valoriser l’immense potentiel par le tourisme, transmettre le patrimoine matériel et immatériel aux générations futures par des actions fortes en faveur notamment des enfants

_______________________

PLACER LA DÉMOCRATIE AU CŒUR DE LA SOCIÉTÉ INSULAIRE

Placer la démocratie au cœur de la société insulaire

Mettre un terme à l’arbitraire et à l’opacité pour les marchés publics, aides et subventions

Assurer la transparence des procédures de marchés publics et l’égal accès de toutes les entreprises à la commande publique
Généraliser le principe des dotations pluriannuelles aux autres collectivités sur la base d’un Guide des Aides définissant des critères (Charte éthique, éco-conditionnalité) et des objectifs à atteindre tout en respectant le principe de la libre administration des collectivités locales
Fixer des règles claires et publiques sur le taux de subventionnement, publier les conventions et les motivations relatives à toute attribution de fonds publics

Bâtir avec tous les personnels une administration transparente et équitable au seul service de la Corse

Garantir un accès équitable à l’emploi public et généraliser le recrutement par concours
· Définir des critères transparents de gestion des carrières dans l’administration territoriale
· Respecter strictement la liberté de conscience et d’opinion des personnels et les défendre dans l’exercice de leurs fonctions
Encourager la mobilité et la formation des personnels
Instaurer un véritable dialogue social

Organiser la démocratie participative, pour une implication active des territoires et des citoyens

Redéfinir nous-mêmes notre carte intercommunale dans le cadre de la mise en place de la Collectivité unique (Conférence de Coordination des Collectivités Territoriales)
Donner de nouveaux moyens et compétences aux intercommunalités, les associer aux projets de la CTC
Elaborer un projet d’e-administration et d’accès libre à l’information municipale en open data
Créer une instance mixte (citoyens/politiques/personnalités qualifiées) d’évaluation des politiques publiques
En finir avec la semi-clandestinité des enquêtes publiques
Renforcer le rôle de conseil et d’expertise du Conseil économique, social et culturel de la Corse (CESC)
Créer un droit de motion citoyen à l’Assemblée de Corse, en lien avec le CESC

_______________________

CUSTRUÌ UNA SUCIETÀ LIBERA

A sapemu bè : cù una Cullettività Territuriale indebbitata, sti dui anni à vene ùn basteranu micca per accimà tutti l’ogettivi di u nostru prugramma. Sta mandatura accurtata ci puderà quantunque permette di mette in attu e prime misure à prò dI st’isula trascurata, chì pate sempre e cunsequenze di decine è decine d’anni di gistione clientelista.

U prugramma di Femu A Corsica presenta pruposte maiò di cortu è di long’andà. Sò quelle di u nostru impegnu è di a nostra vulintà pulitica di cambià per l’avvene u mudellu ecunomicu è suciale di u nostru paese.

Da fà Nazione in Auropa

Bâtir l’autonomie dans le cadre de l’Europe

Poser les bases juridiques de l’autonomie

Etre consacrés dans la Constitution comme territoire autonome
Adopter notre propre législation en matière de développement durable et d’aménagement
Adapter la législation française en matière de social, santé et société
Adopter les mesures d’application des lois dans tous les autres domaines
Acquérir toutes les compétences et les responsabilités fiscales nécessaires à la conduite d’une politique de développement

Participer directement à la construction européenne au lieu de la subir

Faire reconnaître notre spécificité dans les traités européens notamment à travers la reconnaissance du statut « d’île-montagne » (Traité de Lisbonne – Art 174)
Garantir l’application du statut de résident par la transposition des statuts déjà adoptés dans d’autres territoires européens (Cf. le statut des Îles Åland)
Transformer l’antenne de la CTC à Bruxelles en véritable Représentation de la Corse, en renforçant ses moyens
Etre directement associés à la définition des normes européennes grâce à une présence régulière auprès des organismes et autorités européennes (Comités des régions, Associations des Régions de France, Associations des Régions d’Europe, la CRPM, Conseil Economique Social et Culturel Européen, etc)
Encourager l’élaboration de politiques adaptées aux spécificités insulaires et de montagne
Œuvrer immédiatement à une intégration méditerranéenne plus forte avec la Toscane, la Sardaigne et la Catalogne d’une part ; relancer Eurimed (Fédération des îles de la Méditerranée) d’autre part, par une coopération transfrontalière et transnationale active (transports aériens et maritimes, tourisme, déchets, langues et culture, médias, universités, recherche et innovation,…)

En finir avec les administrations déconnectées des réalités sociales et territoriales

Supprimer les doublons entre administrations territoriales et d’État
Passer d’une administration de guichet à une administration de projet
Créer dans toutes les intercommunalités une maison des services publics territoriaux, en repensant la politique de territorialisation prévue par la loi du 22 janvier 2002

_______________________

EXERCER LES RESPONSABILITES AU SERVICE DE LA CORSE

Car’amica, Car’amicu,

Les élections territoriales des 6 et 13 Décembre prochains sont décisives. Elles doivent permettre l’émergence d’une majorité alternative, au service exclusif de l’intérêt général.

Femu a Corsica a vocation à être la force motrice de ce profond changement.
Ce changement, nous proposons aux Corses de le construire autour de trois piliers indissociables :

-Les revendications fondamentales du peuple corse : per a ricunniscenza di u populu corsu

Des générations de femmes et d’hommes ont mené, depuis des décennies, un combat quotidien pour la reconnaissance du peuple corse et de ses droits, pour la moralisation de la vie publique et la construction d’une société démocratique et émancipée.
Ces idées, hier portées par les seuls nationalistes, sont aujourd’hui partagées par une large majorité de notre communauté. Elles ont imprégné l’ensemble du débat public, jusqu’à donner lieu, pour plusieurs d’entre elles, à des délibérations capitales de l’Assemblée de Corse : votes sur la coofficialité de la langue corse, la politique foncière et le statut de résident, le statut fiscal dérogatoire et l’arrêté Miot, l’inscription de la Corse dans la Constitution, la question du rapprochement et de l’amnistie des prisonniers politiques…
Il faut aujourd’hui obtenir de l’Etat qu’il tienne compte de ces votes acquis à une large majorité, parfois même à l’unanimité, en ouvrant un processus global de dialogue et de solution politique.
Femu a Corsica s’engage à faire de ce premier pilier une priorité absolue.

-La construction d’une véritable démocratie : a demucrazia, puntellu maiò di a nostra sucetà

Les attentats de Paris ont souligné que la démocratie, partout dans le monde, doit être défendue contre la barbarie et le fanatisme.
Femu a Corsica défend un modèle de société fondé sur les valeurs d’humanisme, de justice sociale, de rejet des communautarismes et de tous les intégrismes.
La démocratie est aussi une construction quotidienne, qui doit se traduire par des pratiques politiques et sociales fondées sur la transparence, l’équité et la solidarité.
En Corse, depuis des décennies, c’est trop souvent l’inverse qui prévaut : chantage à l’emploi, au logement, aux subventions et aides publiques, pressions sur les personnels, clientélisme.
Femu a Corsica s’engage là encore à placer la démocratie réelle au cœur de ses fonctionnements et de chacun de ses choix, dans tous les domaines de la vie publique (marchés publics, vie des administrations et des institutions, recrutements, relations avec la société civile…).

-U Riacquistu economicu è suciale

Les Corses sont en proie, au quotidien, à d’innombrables difficultés : chômage structurel, précarité, difficultés d’accès au foncier et au logement, baisse continue du pouvoir d’achat, fractures sociales et territoriales, difficultés des entreprises, recul de l’agriculture, perspectives incertaines pour la jeunesse…

L’un des premiers devoirs des responsables politiques est de prendre l’exacte mesure de cette situation et de mobiliser toutes les énergies au service d’un véritable développement économique et social.

Ce nouveau Riacquistu, après celui intervenu dans les années 1970 en matière de langue et de culture, est littéralement indispensable : il ne peut y avoir d’émancipation politique sans émancipation économique et sociale.
Il passe par la maîtrise de nos secteurs stratégiques (énergie, eau, transports, infrastructures, déchets…).
Il repose sur un modèle de développement diversifié et équilibré, en rupture avec les logiques de rente et de dépendance, qui ont caractérisé notre économie pendant des décennies et conduit à l’échec actuel.
Il implique des mécanismes de justice et de solidarité, rompant avec les systèmes qui ont renforcé l’assistance et l’exclusion.

Ensemble, nous devons construire une Corse capable de produire, d’investir, d’innover, de générer de nouveaux équilibres territoriaux et sociaux : l’agriculture de production, l’économie de la connaissance, nos PME et TPE, l’éco-développement, le numérique, les énergies renouvelables, l’économie sociale et solidaire, la formation, la coopération euro-méditerranéenne, le tourisme durable sont, parmi d’autres, des leviers de croissance et de cohésion sociale qu’il importe de concilier dans le cadre d’une stratégie globale.

Femu a Corsica s’engage, là aussi, à concrétiser, dès les premiers mois de la mandature, ces orientations nouvelles.

Tous les jours, dans nos villes et villages, dans l’île comme au sein de la diaspora, une puissante volonté de changement se manifeste, de la part de Corses de tous horizons.
Cette attente nous confère une responsabilité majeure.
Un chemin existe aujourd’hui pour construire un pays émancipé, apaisé et rassemblé.
Femu a Corsica entend être à la hauteur de cette attente et de ces enjeux.
Il revient désormais à chaque Corse, en son âme et conscience, de se déterminer.
I 6 è 13 di dicembre, supitu à u 1mu giru di scrutinu, vutate è fate vutà : FEMU A CORSICA !

AIÒ CH’È ORA !

FEMU A CORSICA

TERRITORIALES 2015