Produit CORSU E RIBELLU

X

L’actualité des blogs politiques,@EdmondSimeoni apporte son soutien à Marianna Nativi en grève de la faim

Marianna Nativi est une militante du théâtre et de la culture corses qui se consacre à son art avec talent. » Locu teatrale » apporte à cette île ainsi que d’autres institutions culturelles, leur créativité, leur souffle, leur volonté de partage, issus de la culture populaire.

EdmondSimeoniAleria75-2014 (1)

Elle ne cherche ni publicité ni faveurs mais elle est éprise de justice, de dignité, de vérité. Le sort injuste qui est fait à de nombreuses organisations, associations, le mutisme, le mépris que l’on oppose à ses interrogations fondées et pertinentes, l’a conduite à choisir une modalité de protestation que un médecin ne peut approuver parce qu’elle est dangereuse pour sa santé.

En la circonstance, elle est la porte-parole, non officielle, de celles et ceux qui, sur notre terre, aspirent, dans tous les domaines, à une vie démocratique normale, transparente, équitable parce que fondée sur la justice, la paix sociale, le dialogue. L’exemple répulsif du Centre d’Art polyphonique de Sartè est démonstratif ; comment une île qui a tant besoin de lieux de spectacles, de lieux de création, d’institutions décentralisées peut-elle assister impuissante à l’agonie depuis quatre ans de cette réalisation emblématique, de cet outil exceptionnel pour notre culture et son rayonnement en Méditerranée qui a coûté très cher, sans que les responsabilités du naufrage soient clairement établies ?

Les explications fumeuses, alambiquées, de l’Exécutif de l’Assemblée de Corse, sont indigentes, méprisantes, provocatrices. Jean-Paul Poletti qui doit, par son talent, son travail, sa renommée, être le phare de cette balise de l’identité, de l’ouverture du partage, de l’apprentissage pour les jeunes générations est voué aux gémonies, découragé, stigmatisé, acculé. Ava Basta.

Prenez garde à la colère trop longtemps contenue d’un peuple qui n’aspire qu’à la paix, à la justice, au développement. U troppu stroppia. Hè ora, più chè ora di cambià é di piglià una strada diritta, di ghjustizia, di cuntrastu democraticu..

Una strada ragiunevule, rispunsevule, pacifica é appaciata… Prestu

Dr. EDMOND SIMEONI