Produit CORSU E RIBELLU

X

(Maria Lanfranchi – Alta Frequenza) – Nouvelle session de l’Assemblée de Corse, ce matin (jeudi). Comme traditionnellement, les travaux des élus ont débuté par les questions orales à l’Exécutif. C’est Christine Colonna, pour le groupe Femu A Corsica, qui a ouvert le bal. La conseillère territoriale a interrogée Paul Giacobbi, sur la « réécriture de l’histoire » par certains cinéastes. En ligne de mire bien entendu, le film Mission Sacrée, récemment diffusé sur France 3, mais aussi une production en gestation « Les Anonymes » se basant sur l’affaire Erignac. Christine Colonna a voulu interroger l’assemblée sur l’opportunité du financement de tels tournages. Paul Giacobbi, a acquiescé au fait que la CTC ne pouvait pas payer « pour nous faire diffamer ». Il y a, a dit le président de l’Exécutif, certes la nécessité de respecter la liberté d’expression, mais le respect doit être a double sens.

> Lingua corsa

(A redazzioni d’Alta Frequenza) – Nova sissioni di l’Assemblea di Corsica stamani (ghjovi). Com’è di solitu, i travaghji di l’eletti ani principiatu cù i quistioni urali à l’Esecutivu. Hè Christine Colonna, pà u gruppu Femu A Corsica, chì hà iniziatu l’affari. A cunsighjera tarrituriali hà intarrugatu à Paulu Giacobbi, nant’à a « riscritura di a storia » da certi cineasti. In mira soia ben’intesa, u filmu Mission sacrée, difusatu pocu fà nant’à France 3, ma dinò una pruduzzioni ancu à sbuccà « Les Anonymes » arribendu si nant’à l’affari Erignac. Christine Colonna hà vulsutu intarrugà l’assemblea nant’à l’oppurtinità di u finanzimaentu d’opari simuli. Paulu Giacobbi hà accittatu u fattu chì a CTC ùn pudia micca pacà « da fà ci diffamà ». Ci hè, hà dittu u Presidenti di l’Esecutivu, bella sicura a necessità di rispittà a libertà di sprissioni, ma u rispettu devi viaghjà ind’i dui sensi.

Ecoutons un extrait de la réponse de Paul Giacobbi.

 

 

Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :