Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale Publié le 26 juillet 2018 à 13h33) Le PADDUC va être de nouveau en débat lors de la session de l’Assemblée de Corse, des 26 et 27 juillet.

Nous apprenons, par voie de presse, que l’Exécutif souhaite définir une nouvelle carte des Espaces Stratégiques Agricoles, en remplacement de celle votée en 2015 et annulée par le Tribunal Administratif de Bastia en mars dernier.

Une nouvelle carte pour quoi faire?
Pour renforcer le PADDUC ou pour l’infléchir?

Core In Fronte rappelle qu’en 2015 le Rinnovu a voté contre le PADDUC sous la mandature Giacobbi, l’estimant trop permissif quant à la protection des terres agricoles et des espaces remarquables.

A ce jour, Core In Fronte préconise un renforcement du PADDUC. En effet, 50000 hectares de terres agricoles n’ont pas été cartographiées en 2015, et présentent un risque potentiel de spéculation à venir.

Si il y a eu une annulation par le Tribunal Administratif de Bastia de la carte des ESA, c’est en raison d’un vice de forme durant l’enquête publique de 2015, et à aucun moment ces ESA n’ont été remises en cause sur le fond.
Une potentialité agricole ne se décrète pas, elle existe ou elle n’existe pas.

Core In Fronte considère qu’une nouvelle carte n’est pas nécessaire, sauf si l’on souhaite aller au-delà des 105000ha de terres agricoles qui sont répertoriés actuellement.

Comme cette option n’est pas le choix de l’Executif de Corse, Core In Fronte souhaite, dans l’immédiat, que soit représentée, à l’enquête publique, la carte votée de 2015 dans sa bonne version.

Cela permettrait à ceux, maires ou particuliers, qui ont des remarques à formuler de le faire au grand jour lors de cette enquête qui nécessairement sera réouverte. Tous pourront s’exprimer.

La commune de Cuttoli a par exemple fait retirer 3ha d’ESA lors de l’enquête publique de 2015, prouvant que celle-ci est un outil de régulation efficient et transparent.

En 2015, seules 87 communes ont utilisé cet outil et obtenu des corrections pour 598 ha d’ESA, comme par exemple Lucciana à hauteur de 55 ha ou Sarrula Carcupinu pour 35ha .

Une étude au cas par cas dans les communes, hors enquête publique, présente un risque de dérives potentielles.

Si des ESA sont aujourd’hui construites c’est que des constructions ont été mal positionnées à l’origine, et non l’inverse. L’enquête publique permet de corriger les éventuelles erreurs.

Core In Fronte propose que la Carte du PADDUC soit représentée à l’enquête publique dans sa version initiale, sauf pour le secteur de Peri dont les cartes ont été annulées par décision judiciaire du TA de Bastia.

CORE IN FRONTE
25 juillet 2018