Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale Publié le 18 juillet 2018 à 15h03) Avec l’ouverture d’un énième centre commercial la semaine dernière, la Corse du Sud et plus particulièrement la ville d’Ajaccio et sa région, peut s’enorgueillir d’avoir « tout d’une grande »…

En effet, ces nouveaux 77000M² viennent s’ajouter aux précédents 55000² qui eux mêmes venaient s’ajouter à des milliers d’autres M² déjà occupés par les grandes surfaces. Les additions vont bon train tant en matière de disparition d’un foncier autrefois agricole qu’en terme d’amoncellement des M² dédiés au temple de la grande consommation.

La population croît, les touristes arrivent, eux aussi, chaque année plus nombreux, les températures augmentent, les embouteillages, les amas de poubelles, la consommation d’eau, bref, la Corse et les Corses vivent dans une augmentation généralisée et effrénée de tout et n’importe quoi. Mais sous le tapis des excroissances diverses il est un domaine, un secteur d’activité qui lui décroît et ne cesse de péricliter dans sa consommation : le produit Fermier Corse….

commandez en ligne vos produits « Corsu è Ribellu » du siècle dernier

Attention, nous ne parlons pas là du produit Corse dédié et fabriqué à l’attention toute particulière du « touriste de base » Un vrai Produit Identitaire et fermier est bien sûr fabriqué en Corse mais ce qui le caractérise en tant que tel, ce sont d’abord et avant tout les ingrédients qui le composent, ingrédients eux aussi produits et/ou cultivés en Corse par un agriculteur cultivant sa terre et transformant de façon fermière. Nous parlons, en tout premier lieu de la viande de veau Corse, une viande à la saveur unique obtenue grâce à un mode d’élevage spécifique où le veau vit librement auprès de sa mère consommant lait et herbe à son bon vouloir . Une viande rosée qui ne saurait être confondue ou concurrencée avec l’ersatz de viande de veau blanche issue d’animaux anémiés et enfermés.

Nous parlons également de ces fromages fermiers arborant fièrement leurs macarons « Casgiu Casanu » qui se trouvent relégués à une place de second choix car la gondole de premier choix est déjà occupée par les quelques 50 marques différentes que déclinent les deux ou trois industriels du lait en Corse (et non du seul lait Corse)…

Nous parlons de l’agneau Corse qui lui, a une ou deux exceptions près n’y aura même pas sa place, du cabri : invisible, nous parlons de la charcuterie dont il ne vaut mieux pas parler… et des confitures, pâtés et autres productions qui lorsqu’elles ne sont pas vendues dans des lieux très limités, presque confidentiels : ne peuvent être quasiment qu’industrielles !

Si il nous est difficile pour certains secteurs agro alimentaires de caractériser ce qui relève du Produit Corse fermier ou pas car ils sont encore insuffisamment encadrés et identifiés, il nous est par contre aisé de citer ceux qui indéniablement le sont et en l’occurrence « L’Altra Carri » pour le veau, «Agnelli e Capretti Corsi » pour l’agneau et le cabri, « Casgiu Casanu » pour le fromage fermier, AOP « Porcu Nustrale » pour la Charcuterie, AOC Mele di Corsica pour le miel…

Au delà de cette situation, nous souhaitons dénoncer ici, de façon ferme, l’attitude déloyale et mensongère des grandes surfaces qui n’hésitent pas à se servir de l’image de qualité des Produits Fermiers Corses pour vendre à des publics non avertis des produits qui n’ont rien à voir avec la Corse ou si peu que cela en deviendrait presque risible et pour attirer le chaland sur des produits n’ayant rien à voir avec nos démarches de qualité.

Via Campagnola s’insurge que de telles pratiques puissent aboutir à la tromperie du consommateur et qu’il soit aujourd’hui concevable que des secteurs agricoles Corses de qualité puissent pâtir de situation de méventes ou de ventes moindres au profit des industriels.

Ce communiqué est destiné aux patrons des grandes surfaces Corses qui persistent à user et abuser de l’image de l’Agriculture Corse tout en vendant de moins en moins de produits fermiers agricoles Corses.

Sans changements immédiat de cet état de faits, nous procéderons avec d’autres syndicats, groupements de producteurs et exploitants agricoles corses à une campagne d’information sans précédent auprès de tous les acteurs du tourisme sur l’ile et procéderons à la mise en place d’actions significatives auprès des grandes surfaces ne jouant pas le jeu des producteurs mais celui de leur seuls intérêts.

Ce communiqué tient lieu de mise en demeure, sachant que les acteurs des filières concernées ont déjà suffisamment évoqué le problème lors d’innombrables réunions n’ayant jamais abouties à rien.

VIA CAMPAGNOLA
18 juillet 2018