Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale Publié le 24 juillet à 9h03) Alors que le dossier est incomplet selon l’opposition, le projet de la grande surface ‘Kalliste » à Lucciana passe en CDAC, (Commission Départementale d’Aménagement Commercial), ce 24 Juillet à 9h30 à la préfecture de Bastia.

Core In Fronte, Femu A Corsica, Inseme per Bastia, Pudemu… ont appelé à se rassembler en soutien au collectif et étaient présent ce matin devant la Préfecture.

L’Exécutif de Corse s’oppose à ce projet avec un rapport de l’Assemblée de Corse sur « la mise en place d’une stratégie territoriale de régulation des surfaces commerciales en Corse… »

Présent les élus du groupe Ghjuventù Naziunalista qui dénonce l’ouverture de ce centre commercial. Le 4 juillet dernier, l’Assemblea di a Ghjuventù votait une motion à l’unanimité contre ce modèle de développement. Les élus Pè A Corsica présent eux aussi. Roccu Garoby candidat aux prochaines Européennes a tenu a apporter son soutien au collectif, pour dire non à ce à ce projet économiquement à contre-courant, écologiquement catastrophique et socialement destructeur.

Inseme per Bastia se mobilise pour s’opposer au projet et soutenir ses élus qui siégeront en Commission Départementale des Activités Commerciales. (voir aussi la position du Maire de Bastia en fin d’article)

La Commission départementale d’aménagement commercial (Cdac) réunie ce mardi s’est prononcée contre le projet de centre commercial de 43 000 m2 proposé par Fanti Promotion.

Onze membres désignés par le préfet de la Haute-Corse Gérard Gavory siégeaient à la commission : sept élus et quatre personnalités qualifiées. Selon France 3 Corse, le maire de Lucciana ne pourra donc pas délivrer le permis de construire indispensable à la construction du centre commercial. Le promoteur, Fanti Promotion, pourra alors contester la décision et saisir la commission nationale d’aménagement commercial, dans un délai d’un mois.En dernier lieu devant la Cour d’appel Administrative.

En cas de recours, il faudra attendre plusieurs mois avant une décision définitive.



++

A manca, Corsica Libera, Fabiana Giovannini , le STC, Pudemu, ont pris position également depuis le 5 mai via des communiqués ou conférence de presse.

Le résumé :

Samedi dernier, le 21 juillet 2018, u Cullettivu per a maestria di u nostru sviluppu, parmi lesquels des militants et responsables de Core in fronte, des élus de la collectivité de Corse et de la mairie de Bastia, tenaient une conférence de presse à Lucciana à l’hôtel La Madrague, contre la réalisation du projet Kallisté concernant la création d’une gigantesque zone commerciale sur la commune.

Xavier Belgodère, porte-parole du Cullettivu, appelle à se rassembler mardi matin dès 9h30 devant la préfecture de Bastia. Pour le PNC, présent lors de cette conférence de presse, il était important d’affirmer son soutien à la population et à l’ensemble des commerçants de la ville. Femu A Corsica, elle aussi présente, s’oppose à ce projet. Le Maire de Bastia, Pierre Savelli, au nom de la majorité municipale,  a annoncé dans un communiqué qu’il s’opposerait au projet de centre commercial en votant contre mardi.

Le 13 juillet 2018, Le collectif s’était réuni dès qu’ils ont appris cet état de fait (Passage mardi matin à la CDAC), afin d’organiser le rassemblement ce jour même devant la préfecture et de demander aux élus d’intervenir pour empêcher la Construction »

Le 15 mai 2018, u Cullettivu per a maestria di u nostru sviluppu, se mettait en place. Une réunion de nombreux socioprofessionnels et d’élus, déjà organisés en collectif, s’est déroulée, dans un hôtel de Lucciana, pour dire non à un projet de création d’une vaste surface commerciale à la sortie Sud de la commune.(STC, Corsica Libera, Pè a Corsica, Femu A Corsica, Core In Fronte…)

Le 5 mai 2018, Core In Fronte dénonçait l’implantation d’une nouvelle grande Surface en Corse… Début du dossier #Kalliste



Revue de presse

(France 3 Corse) (Corse Matin) (Corse Net Infos) (France 3 Corse) (Alta Frequenza) (Corse Net Infos)



De cette décision de Mardi :  Core In Fronte

La complétude n’y est pas, les services de l’Etat ne peuvent l’ignorer :
1) le projet est déposé pour 43 415 m2 dont 27 000 de surface commerciale, il est à ce titre soumis à enquête publique et étude d’impact.
2) Le projet est sur une surface agricole classée en ESA au PADDUC et fait l’objet de déclaration agricole. Il est donc réglementairement agricole. Tout changement de destination nécessite un avis favorable de la CTPNAF (commission des terres agricoles).
3) Le projet intercepte un ruisseau sur plus de 100 m, il est soumis à enquête publique et à autorisation au titre de la loi LEMA sur l’eau.
4) 25% de la surface du projet est classée en zone inondable , Aléa très fort, tout amménagement y est réglementairement interdit, pourtant on y trouve des voiries et un théâtre de verdure de 300 places.
5) Le projet intercepte un bassin versant de plus de 20 ha, il est soumis à enquête publique au titre de la loi LEMA.
6) Ce projet est totalement incompatible avec le dispositif  » Action Coeur de Ville » auquel Bastia vient de souscrire.



De cette décision de Mardi :  Pour le Maire de Bastia :

Mardi 24 juillet à 9h30, se réunira la Commission départementale d’aménagement commercial chargée de statuer sur la demande de création d’un ensemble commercial de 27000 mètres carrés de surface marchande sur la commune de Lucciana.
J’y siègerai en tant que Maire de la commune la plus importante de la circonscription.

J’ai bien pris connaissance du document présenté par « Fanti Promotion » et je ne peux que constater que l’objet même de ce projet va à l’encontre du modèle de société que nous portons.

D’une part, notre politique tant municipale que territoriale, vise à développer un projet économique et commercial respectueux des équilibres entre les centres villes et leurs périphéries. L’aménagement de grandes surfaces commerciales en périphérie de notre ville est évidemment à l’origine d’une partie des difficultés rencontrées par nos commerces de proximité.

D’autre part, ce projet s’inscrit dans un modèle économique dépassé, celui du tout-consommation, du tout-voiture, du tout-déchet, basé sur la destruction de l’offre concurrente, de sorte que les emplois annoncés compensent à peine les destructions occasionnées.

Dès notre arrivée aux responsabilités, nous nous sommes engagés à redresser et maitriser le développement commercial de notre cité au profit de tous, et notamment au travers de la candidature de Bastia au dispositif « Action Cœur de Ville », et au projet « Prossima » auxquels sont associées les communes membres de l’Agglomération de Bastia.

Le modèle porté par « Fanti promotion » est aux antipodes du modèle de société que nous défendons depuis toujours : une société ancrée sur des valeurs de solidarité et respectueuse de l’environnement dans lequel elle évolue et dans laquelle le développement économique profite au plus grand nombre. Ce type de projet est destiné à favoriser l’enrichissement de quelques-uns, au détriment de la grande majorité.

Nous avons besoin de la mobilisation de toutes les forces vives de notre territoire, élus locaux, Chambre de commerce, commerçants, population….. pour que l’intérêt public de nos communes, de nos commerçants et de nos habitants l’emporte sur les intérêts privés.

Pour toutes ces raisons, et pour défendre les intérêts de Bastia, je vous informe que je voterai contre le projet porté par « Fanti promotion ».



De cette décision de Mardi :  Pour l’Exécutif de Corse :

Mardi 24 juillet, la commission départementale d’aménagement commercial (CDAC) de Haute-Corse devra se positionner sur l’opportunité du projet déposé par le groupement « Kallisté » (SAS Fanti Promotion représentant Mall&Market). Ce projet d’une surface de vente de 27 594 m2 prévoit notamment, la création d’une grande surface, de 16 moyennes surfaces non alimentaires et d’une quarantaine de boutiques.

Cette demande d’autorisation commerciale va à l’encontre du rapport sur la mise en place d’une stratégie territoriale de régulation des surfaces commerciales en Corse, pour un urbanisme commercial et durable voté et adopté à l’unanimité le 31 mai dernier par l’Assemblée de Corse. Celui-ci réaffirme solennellement l’opposition de l’Assemblée de Corse face aux demandes de création de centres commerciaux lorsque ceux-ci sont contraires aux principes du PADDUC et à la philosophie du modèle de développement.

Or ce projet de près 30 000 m2, ne viendrait pas renforcer le pôle intermédiaire qu’est Lucciana, contrairement à ce qui est indiqué dans le dossier, mais il viendrait porter atteinte à l’équilibre territorial du grand Bastia.

De plus, le projet est prévu sur une parcelle de 114 781 m2 répondant aux critères d’Espace Stratégique Agricole du PADDUC. Bien que la cartographie des ESA ait été annulée, les critères de classement restent opérants, ainsi que les objectifs quantitatifs fixés par le PADDUC. La commune est par ailleurs tenue de procéder à la mise en compatibilité du PLU actuel avec le PADDUC d’ici novembre prochain, et dans ce cadre, d’adopter une délimitation des ESA qui soit compatible avec le PADDUC. A ce jour, la commune n’ayant pas délimité les ESA sur son territoire, le projet fait peser le risque d’une consommation d’ESA qui obèrerait le respect des objectifs fixés par le PADDUC (105 000 ha à l’échelle de la Corse).

Ce projet ne répond pas aux exigences du PADDUC en ce qui concerne la création de centralité, de renforcement des polarités et de respect de la continuité urbaine. Ce projet ne ferait qu’aggraver la situation du commerce de proximité, la désertification des centres-villes, et l’engorgement des routes. Cet ensemble commercial a aussi un fort impact sur l’environnement (imperméabilisation des sols) et sur la dégradation du paysage.

De surcroît, situé au sein du SER de Bastia-Casamozza, il ignore les dispositions du PADDUC relative aux secteurs d’enjeux régionaux, qui prévoient que dans ces espaces, l’ouverture à l’urbanisation soit conditionnée à l’élaboration, concertée entre la Collectivité de Corse et les collectivités du bloc communal, d’un projet d’aménagement d’ensemble répondant aux orientations du PADDUC, projet d’ensemble qui reste à établir.

Enfin, alors même que Bastia et Aiacciu ont été sélectionnées dans le cadre du programme Action Cœur de Ville, et que Bastia a déjà lancé à ce titre une série d’actions en faveur de son centre-ville, autoriser un centre commercial de cette ampleur en périphérie, dans une zone déjà fortement impactée par un urbanisme récent et très consommateur d’espace, serait incohérent avec les orientations politiques exprimées par le Conseil exécutif de Corse et l’Assemblée de Corse.