X

(Frédéric Bertocchini – Alta Frequenza) – Un attentat a été perpétré hier soir (mercredi) sur la commune de Santa Maria di Lota. Ce dernier a visé une villa. Une fois sur place, les policiers ont procédé aux premières constatations. Ils ont notamment retrouvé des inscriptions FLNC

(Corse MatinUn attentat à l’explosif a visé, hier soir mercredi 05 août aux alentours de 23 heures, une villa située sur la commune de San Martino di Lota, lieu-dit Grisgione.. Les policiers ont retrouvé des tags FLNC sur les murs de l’habitation. (Vidéo)

Attentat-GRIGIONE-SANMARTINOLOTA060815 (7)

(Corse Net infosUn attentat à l’explosif a visé une villa en cours de rénovation mercredi vers minuit à San Martino di Lota. L’attentat a eu lieu à Grisgione au début de la ligne droite lorsque l’on vient de Bastia. Il visait une villa qui construite, depuis de nombreuses années au bord de l’eau, faisait l’objet d’un important chantier de rénovation. Dès que l’explosion, qui a mis en émoi, les riverains d’un immeuble voisin de Grisgione, a retenti, d’importants moyens de secours ont été dépêchés sur les lieux où une incrption « FLNC » aurait été découverte après le passage des démineurs.

Attentat-GRIGIONE-SANMARTINOLOTA060815 (1)

(France 3 Corse) Une villa neuve a été la cible d’un attentat qui n’a pas fait de victime, à Grigione, sur la commune de San Martino di Lota, mercredi 5 août. Un tag FLNC a été retrouvé sur l’un des murs de la propriété par les enquêteurs.

La maison, dont la construction venait d’être achevée, était inoccupée lors de l’explosion, peu après minuit au lieu à Grigione, dans la commune de San-Martino-di-Lota, en Haute-Corse.

Attentat-GRIGIONE-SANMARTINOLOTA060815 (2)

Cette résidence locative, qui appartient à un chef d’entreprise basé à Sceaux, dans les Hauts-de-Seine, a été partiellement incendiée suite à la déflagration.

Ce propriétaire a décidé d’investir en Corse en achetant une maison par an à rénover sur ce secteur du littoral du Cap-Corse afin de les proposer à la location saisonnière.

L’importance des dégâts n’a pu être immédiatement établie par les enquêteurs qui se sont rendus sur place avec des démineurs. Un périmètre de sécurité a été établi autour de la maison provoquant un embouteillage géant sur cette route côtière extrêmement fréquentée en été notamment par les touristes.

Cet attentat, qui n’a pas été revendiqué, est le premier depuis la destruction par explosif d’une maison en construction le 23 mars à Vescovato. (NDLR Attentat en avril 2014 à Figari) Un tag FLNC a été découvert sur la façade de l’habitation mais le Parquet de Bastia et la section de recherche restent prudents pour attribuer cet attentat au FLNC. Des individus qui n’appartiennent pas à cette mouvance clandestine auraient pu vouloir contrecarrer les activités de ce propriétaire continental.

Un autre attentat avait été commis dans ce village en février. Ces actions n’avaient été ni signées, ni revendiquées.

Attentat-GRIGIONE-SANMARTINOLOTA060815 (4)

Le Front de libération nationale de la Corse (FLNC), qui avait revendiqué jusqu’à l’an dernier des attentats notamment contre des résidences secondaires, avait annoncé le 25 juin 2014 « enclencher un processus historique de démilitarisation et de sortie progressive de la clandestinité ».

Il avait souligné qu’aucun attentat ne pourrait dès lors lui être attribué. Dans son premier communiqué depuis un an, il avait déploré le 13 juillet dernier « l’immobilisme » de l’Etat face à son initiative de paix » à l’occasion d’une visite en Corse du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve. « S’imagine-t-il longtemps pouvoir tromper les Corses en organisant de pseudos réunions ministérielles qui n’aboutissent à aucun acte politique significatif ? », avait demandé le FLNC, sans toutefois brandir explicitement la menace d’une reprise des opérations clandestines.

Attentat-GRIGIONE-SANMARTINOLOTA060815 (5)

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)