Produit CORSU E RIBELLU

X

« En politique aussi il faut de temps à autre des clarifications pour ne pas permettre au mensonge, à la sédimentation des fausses solutions, au confort partisan -je ne parle pas de celles, rares, de bonne foi- et intéressé des coteries de dicter leur loi. Il faut démonter le dernier gadget à la mode.

Paris, les Ministres, certains notables corses sans mémoire …ou sans morale politique, sautent comme des cabris ( Général de Gaulle). On annonce une collectivité unique. On va les aider à se souvenir:

*En 1793 la Corse est divisée en 2 départements pour s’assurer d’une « administration loyale à la Révolution »

*En 1811 la Corse n’a plus qu’un seul département.

EdmondSimeoniAleria75-2014 (1)

*En 1976 juste après Aléria, VGE crée 2 départements : pour freiner la progression du mouvement autonomiste, favoriser les notables à travers leurs appétits, leurs ambitions électorales.

*En 2003, Chirac soumet au référendum la suppression des 2 départements. Le non l’emporte de justesse avec des fraudes massives notamment à Bastia et Furiani qui comme d’habitude, et en dépit de nos plaintes argumentées, ne connaissent aucune suite judiciaire ni administrative. Les fraudeurs et l’Etat s’entendent comme larrons en foire, comme d’habitude!!!

*Le 4 juillet 2015, la grosse caisse retentit : « en 2018 il y aura une collectivité unique…c’est historique ».
La comédie continue ; tous les mensonges, tous les subterfuges sont utilisés, sans vergogne, avec cynisme ; avec des hypothèses fumeuses, des promesses sans fondements si l’on en juge par l’aptitude chronique de la France et du clanisme à refuser la véritable novation politique : l’Autonomie interne dans le cadre de l’Union Européenne avec la reconnaissance du peuple corse et tous les pouvoirs afférents à sa souveraineté interne. Il faut interpréter cette attitude dilatoire en comprenant que l’Etat nous a octroyé 3 statuts sans aucune portée ni moyen et qu’il veut nous imposer un quatrième de la même facture.

L’Autonomie existe, avec 80 statuts dans l’UE et près de 300 millions d’européens qui vivent dans le régionalisme ou le fédéralisme politiques. Il faut se battre sans relâche, y compris sur le plan international, pour leur imposer la solution conforme à nos légitimes intérêts mais aussi conforme au Droit et à l’Histoire. »

EDMOND SIMEONI