Breaking News

« Charles Pasqua…la #Corse…et les coulisses » par @EdmondSimeoni

La mort d’un gaulliste fervent permet de revenir sur cette période troublée et récente de l’histoire insulaire ; et de  remémorer des faits souvent méconnus. De Gaulle a quitté le pouvoir dans la dignité et après l’échec du referendum de 1969 ; il meurt en 1970, emportant avec lui les derniers rêves de « grandeur » de la France.

La Corse vit une situation grave conflictuelle depuis 1960 ; les Boues Rouges en 1973, Aleria en 1975, la naissance du FNC en 1976, puis de l’UPC en 1977, une ébullition de la jeunesse signent que le temps du couple « Etat-clan » est révolu mais vivant et redoutable.

Condamné en 1976 à cinq ans de réclusion dont deux avec sursis, je sors de prison en Février 1977 ; les attentats en Corse contre nos militants ont commencé un peu avant et Julie Morazzani, militante d’exception – A Stalla- a été la première victime ; «Francia », officine de barbouzes- est née et c’est un secret de polichinelle que sa composition, son but- provoquer notre réaction violente et donc enclencher la guerre civile- pour nous discréditer avec certitude.

Nous choisissons la riposte exclusivement politique, non-violente- informons la Corse, la France, largement l’Europe et au-delà ( ONU, Vatican…) ; nous rencontrons les principaux chefs clanistes en Corse mais en vain ; ils ne s’impliquent pas du tout dans ce problème préoccupant, restent muets, eux toujours prompts à fustiger la « violence  nationaliste » ; les attentats continuent et s’aggravent ; on en dénombrera plus de soixante !!! . Or, nous menons une lutte légale pour une revendication légale : un Statut d’Autonomie Interne dans le cadre de la RF. Nous nous y tiendrons fermement. La provocation d’Etat est évidente.
Nous prenons l’initiative de rencontrer Jacques Chirac, à la Rue de Lille ; il est en compagnie de Charles Pasqua et moi-même suis accompagné de Me Lucien Felli ; longue entrevue où il est beaucoup question entre nos deux interlocuteurs – sous nos yeux un peu effarés- des graves contentieux du RPR avec VGE, en des termes crûs. La compétition fait rage et est venimeuse ; nous avons intégré que le discrédit des barbouzes retombe sur VGE qui est Président de la République et pas sur le RPR ; VGE sera lui-même visé par un attentat non élucidé, à l’aéroport d’Ajaccio et où un jeune touriste étranger trouvera la mort, le 17 avril 1981. Non élucidé.

LIRE LA SUITE SUR LE BLOG du DR EDMOND SIMEONI

Produit CORSU E RIBELLU

bandeauribelluteeshirt (1)

Produits à partir de 13e

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
error: