Produit CORSU E RIBELLU

X

Nous voici donc, en pleine saison touristique, dans une situation proprement surréaliste dans le domaine du traitement des déchets, pourtant crucial pour notre économie touristique comme pour notre environnement.

De toute évidence les responsables concernés, élus communaux ou élus territoriaux , se sont montrés incapables de prendre, en temps utile les décisions indispensables : si gouverner c’est prévoir, il est clair que dans ce domaine au moins, en Corse, nous ne sommes pas gouvernés. De manière toute aussi évidente le SYVADEC ne s’est pas montré à la hauteur de la situation.

GaucheAutonomisteAprès avoir dû reculer devant l’opposition de la population à la solution de l’incinération dont il était partisan , il s’est révèlé incapable de mettre en oeuvre un « plan B » pour anticiper la situation calamiteuses que nous traversons aujourd’hui. Il est temps que l’assemblée de Corse prenne ses responsabilités et que l’Office de l’Environnement se substitue à une structure inter-communale dépassée.

La question du traitement des déchets doit être au coeur de la politique de protection de notre environnement qui est une compétence de la CTC. Il est plus que temps aussi que la Corse et ses élus se hissent à la hauteur des enjeux qui sont devant nous : le couple transport des déchets et enfouissement n’est pas une solution durable : il favorise la consolidation d’un bipole industriel dangereux compte tenu des enjeux financiers que représente ce secteur , et des appetits qu’il suscite.

La Corse doit afficher une autre ambition et viser le « zero dechets » c’est-à-dire préconiser et mettre en oeuvre l’ensemble des solutions disponibles aujourd’hui dans le monde en amont de la production des déchets, à commencer naturellement par le tri valorisation sous développé chez nous, qui n’en est que les prémices: ce doit être l’ambition de la prochaine mandature.

Le 26 juin 2015
Pour le club La Gauche Autonomiste
Vincent Carlotti