Produit CORSU E RIBELLU

X

Communiqué du Réseau contre la répression et pour la solidarité (Chiapas) et du Groupe de Travail nous ne sommes pas toutes et tous là San Cristóbal de Las Casas,

le 29 septembre 2011

Aujourd’hui, nos compagnons et compagnes injustement prisonniers de « La Voix de l’Amate » ; les Solidaires de « la Voix de l’Amate » ainsi que les compagnons adhérents de l’Autre Campagne de Mitzitón et le compagnon des Voix Innocentes, incarcérés dans le Centre Étatique pour la Réinsertion Sociale des Condamnés(CERSS) No.5 de San Cristóbal de Las Casas, se sont déclarés en grève de la faim pour exiger ler libération immédiate.

Les compagnons Rosario Díaz Méndez, Pedro López Jiménez, José López Díaz, Alfredo López Jiménez, Alejandro Díaz Santiz, Manuel Heredia Jiménez et Juan Díaz López viennent de commencer leur grève de la faim ; et les compagnons Alberto Patishtán Gómez, Andrés Núñez Hernández, Rosa López Díaz et Juan Jiménez Pérez ont commencé un jeûne de 12 heures journalières. Nous nous solidarisons avec cette action et nous exigeons la liberté immédiate et inconditionnelle des compagnons et compagnes qui à plusieurs occasions ont dénoncé les violations de leurs droits fondamentaux, les conditions inhumaines dans lesquelles ils vivent à l’intérieur de la prison et de façon évidente, leur innocence et leurs droits à être libérés.

Lorsque l’on écoute l’histoire de chacun-e des prisonniers et prisonnières, les motifs ne manquent pas pour exiger leur liberté immédiate, puisque la majorité d’entre eux-elles ont été torturés physiquement et psychologiquement, selon le même mode de torture qui est pratiqué quotidiennement dans l’état de Chiapas, à aucun moment leur droit au procès a été respecté ; à l’intérieur de la prison ils subissent un régime autoritaire et arbitraire qui se charge quotidiennement de piétiner la dignité des compagnons et compagnes ainsi celle que de leurs familles. Face à l’emprisonnement injuste et au mépris des autorités du système capitaliste-colonial pour déstructurer socialement et politiquement les personnes, les compagnons de « la Voix de l’Amate » et les Solidaires de « la Voix de l’Amate », les compagnons prisonniers adhérents à l’Autre Campagne de Mitzitón et le compagnon des Voix Innocentes, se sont organisés pour lutter d’une façon infatigable et permanente contre les abus des institutions pénitentiaires et pour ne pas tomber dans l’oubli. Maintenant ils-elles initient une grève de la faim, l’une de seules armes qu’il leur reste pour exiger leur liberté, en mettant en danger leur propre vie.

Nous voulons souligner d’une façon particulière, notre exigence de libération pour le prisonnier politique Alberto Patishtán Gómez, privé de sa liberté depuis l’année 2000, accusé de délits qu’il n’a jamais commis et qui ont été préfabriqués par les instances gouvernementales. Pour tout cela, nous exigeons la libération immédiate de nos compagnons et compagnes de « la Voix de l’Amate » et des solidaires de « la Voix de l’Amate », tout comme la libération des prisonniers adhérents de l’Autre Campagne de Mitziton et du compagnon prisonnier de Voix innocentes, nous lançons un appel à tous les individus, collectifs et organisations à se joindre à cette exigence de libération des compagnons. S’ils nous touchent un, ils nous touchent tous ! Prisonniers en lutte, liberté! Groupe de Travail Nous Ne sommes pas Tous-toutes là Réseau contre la répression et pour la solidarité (Chiapas)

—————————————————————————-

DÉNONCIATION ET REVENDICATION DES COMPAGNONS DU CERSS Nº5

Pénal nº5 de San Cristóbal de las Casas Chiapas,

29 septembre 2011

À l’opinion publique Aux médias de communication de l’état, nationaux et internationaux Aux médias alternatifs À la Sexta Internacional Aux organisations indépendantes Aux défenseurs de droits de l’homme, ONGs Nous, les prisonniers politiques de la Voix de l’Amate, adhérents à l’Autre Campagne de l’EZLN ; les Solidaires avec la voix de l’Amate; les prisonniers de l’Autre Campagne de Mitzitón et le prisonnier politique de Voix Innocentes, incarcérés dans le pénal nº5 de San Cristóbal de las Casas, Chiapas. Après avoir supporté les injustices qui nous ont fait beaucoup de mal, à nous et à nos familles, à cause des emprisonnements injustes et des délits préfabriqués qui nous privent de notre liberté, pour le seul motif que certains d’entre nous veulent défendre leur droits, et pour d’autres du fait qu’ils sont pauvres et analphabètes, ils ont bafoué nos droits et continuent à le faire car à plusieurs reprises, les institutions incompétentes ont ignoré nos demandes de justice. C’est pour cela qu’aujourd’hui nous rendons publique notre décision commune d’entrer en grève de la faim, afin de manifester notre innocence par ce moyen, à 10h30 du matin, ce 29 septembre 2011.

Nous déclarons que les 7 personnes en grève de la faim sont :

1.- Rosario Diaz Méndez: Prisonnier politique de “La Voix de l’Amate”

2.- Pedro López Jiménez: Solidaire de “La Voix de l’Amate”

3.- José Diaz López: Solidaire de “La Voix de l’Amate”

4.- Alfredo López Jiménez: Solidaire de “La Voix de l’Amate”

5.- Alejandro Diaz Santis: Solidaire de “La Voix de l’Amate”

6.- Manuel Heredia Jiménez: Prisonnier adhérent à l’Autre Campagne de Mitzitón 7.- Juan Diaz López: Prisonnier politique de « voix Innocentes »

Et quatre personnes font un jeûne de 12 heures quotidiennes pour des motifs de maladies, ces personnes sont les suivantes :

1.- Alberto Patishtán Gómez: Prisonnier politique de “La Voix de l’Amate”

2.- Andrés Nuñez Hernández: Solidaire de “La Voix de l’Amate”

3.- Rosa López Diaz: Solidaire de “La Voix de l’Amate”

4.- Juan Jiménez Pérez: Prisonnier adhérent à l’Autre Campagne de Mitzitón Cette manifestation aura une durée indéfinie et comme but final l’obtention d’une vraie justice.

Par conséquent nous exigeons du Gouverneur de l’état du Chiapas, Juan Sabines Guerrero, qu’il intervienne immédiatement pour la liberté inconditionnelle qui nous revient. Nous invitons finalement les compagnons, les compagnes, les organisations indépendantes nationales et internationales et les centres de droits de l’homme, les ONGs à veiller sur nos causes et à exiger la justice pour notre liberté et celle de tous les prisonniers politiques du pays. Fraternellement Les prisonniers politiques de « la Voix de l’Amate” ; les prisonniers Solidaires de » la Voix de l’Amate » ; les prisonniers adhérents à l’Autre Campagne de Mitzitón et le Prisonnier politique des « Voix Innocentes ».

 

Faites passer l’information autours de vous en cliquant sur :