X

465 actions clandestines en 1980. Une nouvelle décennie commence avec l’ère Mitterrand en 1981, les amnisties, les discussions, pas encore de coordinations, des avancées politiques ponctuent les dix années qui arrivent. Mais aussi une répression féroce, des actions barbouzardes visant à éliminer des militants autonomistes ou du FLNC, l’arrivée de Broussard, le début des années de plomb et des premières scission au sein de la clandestinité et donc du mouvement public.

AffaireBastelicaFESCH19801981 (3)

JANVIER 1980

Le 6 JANVIER 1980 : L’AFFAIRE BASTELICA-FESCH. Quatre barbouzes d’A FR.A.N.C.I.A : le Commandant des pompiers BERTOLINI PIERRE, OLLIEL ALAIN (membre du S.A.C), LEONELLI YANNICK, qui comptaient faire une action contre les nationalistes, sont arrêtés par ces mêmes nationalistes dans le village de BASTELICA. Il s’en suit une prise d’otage à AIACCIU dans l’hôtel FESCH. L’affrontement entre Corses ET C.R.S. fera 4 morts dont un pour les forces de répressions.

BastelicaFesch1980

Dans la nuit du 9 au 10 JANVIER 1980 : Après la série d’incidents qui a opposé les forces de répression aux manifestants, 1 C.R.S. est tués et deux personnes sont victimes d’une méprise de la part des C.R.S. et sont abattues. Hubert Massol, un CRS, est abattu à Ajaccio.

AffaireBastelicaFESCH19801981 (2) AffaireBastelicaFESCH19801981 (1)

en savoir plus : http://www.corsicainfurmazione.org/31631/  ou http://www.corsicainfurmazione.org/69193/


Historique de la LLN et du FLNC 04 par antofpcl

Le 25 JANVIER 1980 : Le F.L.N.C durcit le ton, après BASTELICA. Dans le même temps, 20 000 personnes manifestent à AIACCIU aux cris de F.L.N.

ManifSoutienBastelicaFesch1980corse

FÉVRIER 1980

1980fevriercorsegrevepatriottibastelica
Grève de solidarité en février 1980

MARS 1980

Mars 1980 : Création de la Consulte des Comités Nationalistes (C.C.N).

Mars 1980 : Parution du  » livre blanc  » du FLNC qui s’y affirme comme la direction politique de l’ensemble du mouvement national, mais admet la nécessité d’organiser le peuple, notamment par le biais de  » contre-pouvoirs « , prélude à un syndicalisme corse.

Copie de FLNCunesliderLe 10 MARS 1980 : Attentat contre la villa d’un promoteur immobilier.

MAI 1980

Le 14 mai 1980. Aux premières heures de la matinée, le gendarme Perrin est en faction devant l’ambassade d’Iran, avenue d’Iéna à Paris, avec trois autres collègues de l’escadron de Chambéry. Au passage d’une BMW, les militaires essuient des tirs d’armes automatiques. Les passagers du véhicule lancent également un engin explosif. Trois gendarmes sont blessés dont Pascal Perrin, atteint d’une balle de 9 m/m au visage. Il s’en sortira miraculeusement mais est contraint, pour le restant de sa carrière, à occuper une fonction sédentaire. Une demi-heure plus tard, un correspondant anonyme revendique, au nom du FLNC, le mitraillage des gendarmes ainsi qu’un attentat, commis la même nuit, contre le palais de justice de Paris. « L’attentat ne visait pas l’ambassade d’Iran elle-même mais les forces de l’ordre uniquement qui, pour nous, sont les forces de répression qui frappent quotidiennement le peuple corse dans notre pays ». La veille, la Cour de sûreté de l’Etat avait condamné des nationalistes corses dont Guy Orsoni, le frère d’Alain. Pour la première fois, le FLNC, qui se glorifiait jusqu’alors de n’avoir jamais fait de victimes, revendiquait une action ciblant des personnes.

AOUT 1980

En Aout 1980 : Au terme d’une enquête rapide, Jeannik Leonelli et Alain Orsoni sont incarcérés en août 1980. Suite au mitraillage de l’Ambassade d’Iran du 14 mai 1980.

OCTOBRE 1980

Le 16 Octobre 1980 : En Castagniccia, les crues (Fiumaltu, Alisgiani, Bravona) causent d’importants dégats

DANS LA NUIT DU 26 AU 27 OCTOBRE 1980 : Le F.L.N.C tient une conférence de presse clandestine

NOVEMBRE 1980

Le 12 Novembre 1980 : Les plateaux et hautes vallées de Bucugnà reçoivent plus de 2000 millimètres d’eau en 24 heures (200 litres au mètre cube).

une storiaCorsaUnitanaziunale

 

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)