Produit CORSU E RIBELLU

X

(Unità Naziunale publié le 9 juillet 2018 à 19h00) Le STC Mairie de Biguglia dénonce les problèmes récurrents liés au dialogue social. Il tenait une conférence de presse ce lundi soir à 19h, devant les locaux de la Mairie.

Depuis des mois, les agents communaux subissent une dégradation de leurs conditions de travail.

A travers une conférence de presse ils n’ont d’autre solution que d’en faire part à la population pour dénoncer ces faits.


En 2016 Une trentaine d’employés de la mairie de Biguglia s’étaient réunis symboliquement devant le bâtiment municipal. Soutenus par le STC (syndicat des travailleurs corses), ils dénonçaient « un harcèlement verbal, menaces et intimidations de la part de la direction générale des services. » Une semaine de conflit et de blocages avaient dénoués la situation. (les articles de la grève de 2016 sur ce lien)



(Unità Naziunale publié le 13 juillet 2018 à 18h00)

Suite à notre conférence de presse du lundi 9 juillet, comme prévu voici le courrier que nous avons fait parvenir à Monsieur le Maire de Biguglia.
Nous attendons à présent sa réponse…

STC



(Unità Naziunale publié le 20 juillet 2018 à 12h00) À Biguglia, le maire dénonce « les contre-vérités » du STC (sur corse matin)

Sur facebook, le maire publie son communiqué :

Bigugliaises, Bigugliais,

Je viens vers vous suite à la conférence de presse du lundi 9 juillet, tenue par certains membres du personnel de la commune et une grande majorité de participants extérieurs. Stupéfait par les propos tenus, je m’élève fermement, face aux nombreuses contre-vérités professées par le syndicat STC.

J’ai, comme à mon habitude, tenu tous les engagements pris lors de la dernière médiation.

Depuis toujours, les services fonctionnent normalement. L’organigramme est connu et affiché. Tous les avancements de carrière se sont faits dans la plus stricte légalité et en toute équité. Par ailleurs, il n’incombe pas au maire ou au DGS de gérer directement ces questions-là, mais aux instances paritaires du centre de gestion.

Les services de la mairie tiennent à la disposition de la Presse, de l’ensemble des élus du conseil municipal, des syndicats et de chaque salarié, la totalité des documents relatifs aux points abordés lors de ce triste affichage médiatique.

Toutefois, mon expérience me dit que derrière ces attaques incessantes, venant de divers opérateurs, se cache une ambition politique à peine voilée. Un pacte politicien. Une tentative de mise sous tutelle de notre cité.

Le seul objectif de ce tapage médiatique, est de salir l’honneur d’un homme, toujours élu démocratiquement, qui a donné 40 ans de sa vie à Biguglia et à la Corse, dans l’unique but de mettre en place un ‘’roitelet’’, aux ordres de la Ville de Bastia, sacrifiant la souveraineté de la commune à des ambitions personnelles.

Car en effet, que peut-on me reprocher ? Biguglia n’a jamais cessé de se développer de manière raisonnée. Un maire se juge à son Bilan. Ne pouvant l’attaquer, l’on vient sur des accusations infâmes et infondées.

Face à moi, je trouve une opposition polymorphe, hier socialiste, aujourd’hui ‘’nationalo-autonomiste’’ par opportunisme, pour ne pas dire ‘’de la 25ème heure’’. Peut-être demain ‘’macroniste’’ ? Qui sait.

Une opposition qui après un demi-siècle de défaites cuisantes lors des scrutins municipaux, a songé à un ‘’deal’’ avec la majorité bastiaise dont elle se revendique depuis quelques mois à peine.

Ce deal, le voici : « Venez à la rescousse ! Aidez-nous à nous emparer de la mairie. Nous rejoindrons la CAB pour vous y donner une majorité ».

Sacrifiant ainsi notre SIVOM, avec toutes les conséquences que cela pourrait impliquer…

Pour le Maire Bâtisseur que je suis, qui a consacré toute sa vie politique à Biguglia, il est inconcevable de déposer les clés de la ville dans les mains du Maire de Bastia.

Les problèmes entre François Tatti et ce dernier ne nous concernent pas ! Après tout, n’ont-ils pas été élus sur la même liste ?

Je dialoguerai toujours avec les employés municipaux et quiconque, à condition de respect mutuel, d’honnêteté intellectuelle et de bonne foi. Ma porte reste ouverte aux amis de Biguglia, quelque soit leur opinion politique.

Mais notre cité, vieille plus de 500 ans, ne se mettra jamais à genoux ni devant le Maire de Bastia, ni devant les amis du Président du Conseil Exécutif.

Je prends donc acte, de l’ouverture de la campagne des municipales.

Avec toute mon amitié pour chacun d’entre vous.

Votre maire dévoué.