Produit CORSU E RIBELLU

X

Voici ci-après un texte publié par «A Voce di a Cunsulta», journal édité par des militants à Paris en 1973. Ce document permet de constater que le cri d’alarme lancé par les militants Corses en 1973 est plus que jamais d’actualité. La dépossession de notre terre et la population de remplacement programmée (déjà importante) passant par la construction de « hameaux nouveaux » sont là pour nous le démontrer.

Cette réflexion est soumise à l’appréciation de tou(te)s les militant(e)s ainsi qu’aux exécutifs des différentes organisations de Lutte. D’ores et déjà, nous appelons les Corses qui se reconnaissent dans ces choix de lutte à rejoindre la Cunsulta Naziunale, qu’ils fassent partie d’une organisation existante ou qu’ils agissent à titre d’inorganisés.

une storiaCorsaUnitanaziunale

Editorial du numéro 32 de « A Voce di a Cunsulta », 3ème trimestre 1973

L’HEURE DU CHOIX…

Ceux de nos lecteurs qui, depuis déjà quelques années, suivent et analysent attentivement les colonnes de « A Voce di a Cunsulta » reconnaîtront volontiers que ce journal avait annoncé et démontré à plusieurs reprises qu’un choix s’imposerait fatalement un jour aux Corses.

D’autres voix que les nôtres, exprimant également la pensée des autres mouvements militants corses, d’une manière parfois identique ou parfois différente, mais toujours pour les mêmes raisons, avaient lancé elles aussi un avertissement semblable à nos compatriotes.

Et nous n’avions pas à jouer aux prophètes car, avant même l’aveu formel que constitue le Rapport de l’Hudson Institute quant aux solutions à apporter au problème Corse, il nous avait été facile tellement l’évidence se précisait, d’affirmer qu’un jour, irrémédiablement acculés dans une impasse tant morale que physique, les Corses auraient à prendre leurs responsabilités et à se prononcer pour un choix : Être ou ne plus être Corses !

Ils auront été amenés à cette extrémité parce que précisément de l’autre côté de la méditerranée – pour ne pas dire de la barricade – un choix sur leur avenir a été fixé depuis longtemps, en fait depuis plus de deux siècles.

Ce choix des autres, c’est-à-dire de l’Etat Centraliste, des spéculateurs colonialistes et des bradeurs de la Corse, parfois mis en sommeil pour les besoins de leur cause, ne fait en sorte que réapparaître et s’affirmer – il ne pouvait en être autrement – dans l’une des conclusions du Rapport de l’Hudson Institute, établi comme on le sait à la demande même du gouvernement français.

En effet, des deux solutions proposées par ce rapport – les seules réalisables d’ailleurs – c’est soit une Corse retrouvant sa personnalité par le fait corse reconnu et accepté, soit au contraire la mutation de la Corse en une île quelconque dans laquelle la notion de l’Être Corse aura disparu, absorbé ou remplacé par une immigration massive de non corses et c’est bien cette dernière solution, conforme aux vœux de ses lointains prédécesseurs que l’Etat centraliste français a choisi, lui !

En conséquence, il appartient au Peuple Corse de déterminer lui aussi son propre choix, maintenant et d’une façon irrévocable, en acceptant ou en refusant la disparition totale à laquelle certains l’ont voué et dont il faut être totalement inconscient pour ne point s’apercevoir qu’elle est déjà amorcée.

Monstrueux génocide des temps modernes, la disparition du Peuple Corse n’appellera cependant ni la révolte physique des sens ni le trouble des consciences car elle sera amenée par l’anéantissement de tout ce qui fait l’âme de ce Peuple.

Que les Corses le sachent bien, dans l’état actuel des choses ils ne peuvent compter que sur leurs propres vertus pour survivre en tant que tels comme ils ne peuvent entendre que leurs seules propres voix pour clamer leurs malheurs. Ces voix ils ne les entendront ni au Palais Bourbon, ni au Sénat, ni dans aucune réunion des partis politiques français, ni en Corse même chez les chefs de clans qui se disputent leurs suffrages.

En vérité, les voix qui jaillissent du Peuple Corse qui veut combattre pour survivre ce sont celles qui s’expriment à Castellare comme à Cateraghju, celles des militants de tous nos mouvements corses qui appellent nos compatriotes à vivre et à refuser l’enlisement, fut-il celui des honneurs et des richesses, fut-il celui de la facilité que leur offrait le centralisme colonialiste.

Ce sont celles des Patriotes Corses qui demandent aux hommes et aux femmes de leur Peuple de ne cesser d’affirmer qu’ils sont Corses jusqu’à la dernière fibre de leur être et qu’ils entendent le demeurer toujours.

En ce qui concerne le choix qui s’impose aux Corses, ils ne sauraient tolérer davantage que ce respect de la légalité devienne le refuge ou le prétexte aux lâchetés, aux abandons et aux renoncements, véritables motifs de l’attentisme qui est encore l’attitude de certains qui se prétendent Corses.

Corses, comment le seraient-ils ceux qui se rendent complices du colonialisme qui étouffe la Corse, ignorant d’ailleurs eux-mêmes qu’ils s’acheminent vers leur propre fin car il n’est pas d’exemple qu’un tel maître ait épargné de tels valets !

Dans les circonstances actuelles où se joue l’avenir de notre île, il n’y a plus de place au sein de la communauté Corse pour ceux qui attendent encore d’où va venir le vent, car la diversité des mouvements existants comme celle des voies qui s’ouvrent pour converger vers le même but, c’est-à-dire la survie du Peuple Corse, permettent l’engagement de tous et réfutent l’isolement volontaire.

Que ce soit au sein de ses formations politiques, que ce soit avec les différents mouvements Corses ou simplement dans ses amicales ou ses fédérations, chaque Corse, selon ses sympathies ou ses convictions personnelles, a réellement la possibilité de lutter pour la Corse ou tout au moins d’aider l’action de ses militants en leur apportant son soutien moral et matériel.

Dans ce combat le plus décisif qu’ait jamais connu le Peuple Corse au cours de son existence et parce qu’il s’agit précisément de cette existence, tous les Corses sont concernés et aucune neutralité ne peut plus être admise.

Pour chacun comme pour tous, l’heure du choix est arrivée !

Source : Cette page a été réalisé avec les informations du site Libertà mis en ligne en 1998 et du site Patriottu mis en ligne en 2001 avec les rajouts des sources suivantes : Quid, Unità Naziunale, France 3 Corse, FR3, Dvd Génération FLNC, K7 Le FLNC dans l’histoire, U Ribombu, Kyrn, Corsica Infurmazione, A Fiara, Paese, Arritti, Sources diverses internet, La provence Corse, Corse Matin, U Ribellu, Le mémorial des corses, Derrière les cagoules…

19571964 à 1972