X

Depuis bientôt 2 mois, j’ai initié une mobilisation en vue de contester les refus fermes et répétés du juge d’instruction Alain Gaudinot à mes demandes de transfert vers une autre maison d’arrêt pour améliorer mes conditions de travail et d’études et pour me permettre d’être regroupé avec d’autres prisonniers politiques corses.

J’ai écopé d’une peine de 40 jours au Quartier disciplinaire pour avoir refusé d’entrer en cellule et je suis maintenant en grève de la faim depuis 12 jours. Après ces 52 jours de mobilisation, j’ai perdu 13 kilos.

Le juge d’instruction ne veut pas changer sa position et m’a fait savoir que mes études n’étaient pas son problème, malgré le fait que les lois de son pays disent le contraire…

battinireunionbastia

Tout au long de cette mobilisation, j’ai reçu de nombreux soutiens d’une grande partie de la société civile, de l’Université de Corse et de son président Paul-Marie ROMANI, de la LDH, de l’associu Sulidarità ; de nombreux élus ont également pris leurs responsabilités comme par exemple ceux du Conseil général de Haute-Corse ou encore ceux de la communauté de communes des trè pieve. Je ne citerais pas les très nombreux messages d’amitié et de solidarité qui m’ont été envoyés par le biais des réseaux sociaux, mais je profite de cette occasion pour remercier tous ceux qui m’ont apporté cette aide. Je ne vous cache pas que ces marques d’affection et de soutien m’ont beaucoup touché.

Ceci étant dit, je ne souhaite pas que ma situation personnelle soit considérée comme une situation particulière. Ce que je connais moi, les 25 autres prisonniers politiques corses le connaissent aussi, de manière différente. 

La chaîne qui m’empêche de suivre mes études dans des conditions dignes est la même qui maintient les patriotes corses enfermés pendant des années avant leur jugement ou qui les tient éloignés de la Corse après leur condamnation. Ce sont ces lois spéciales, répressives et injustes, ainsi que les agents zélés qui les mettent en pratiques qui sont la cause de nos blessures. C’est pour cela que je veux exprimer ma solidarité aujourd’hui et plus que jamais, à tous mes frères de lutte incarcérés, de Paris jusqu’à borgu et c’est aussi pour cela que j’appelle l’opinion publique corse à comprendre, à travers ma situation personnelle, notre situation collective.

BattiniIUneNicolas

En ces temps de mobilisations en faveur de l’amnistie des prisonniers politiques corses, la Corse est une fois de plus prête à porter d’une seule et même voix cette revendication aux côtés de toutes celles qui font désormais partie du compromis historique de l’Assemblée de Corse. La Ghjuventù Indipendentista, par le courage et la sincérité de ses militants, nous a montré la semaine dernière que le pas vers la paix effectué l’an dernier par le FLNC a ouvert une nouvelle voie dans la lutte pour l’émancipation du peuple corse. Le soutien populaire en faveur des revendications historiques du nationalisme corse est aujourd’hui sans précédent. Pour ce qui est de l’amnistie, comme pour les autres revendications, l’Etat français doit désormais prendre ses responsabilités et participer au règlement du conflit, par des gestes forts, à la hauteur de l’histoire.

Dans l’attente de ces gestes forts, les prisonniers politiques corses ont le droit d’être traités avec dignité et humanité. Le rapprochement des condamnés et des détenus dont les dossiers sont clos doit être respecté. Les peines conditionnelles doivent être accordées dans les mêmes conditions que pour les autres détenus. Les étudiants incarcérés doivent avoir le droit de prétendre à un minimum de confort dans le cadre de leur projet de réinsertion. Voilà les premiers gestes que l’Etat doit donner et qui ne demandent que l’application et le respect des lois existantes et du droit qui est actuellement piétiné par les institutions françaises lorsqu’il s’agit des 26 prisonniers politiques corses. Plus ils nient le statut de « prisonnier politique », plus ils nous traitent de manière différente des autres détenus.

NICOLAS BATTINI

Dapoi quasgi 2 mesi, aghju principiatu una mubilisazione da cuntestà i ricusi fermi è ripetuti di u ghjudice di struzzione Alain Gaudinot, di trasferimmi ind’un’antra casa d’arrestu da migliurà e mio cundizione di travagliu è di studii è da permettemi d’esse rigruppatu cù d’antri prigiuneri pulitichi corsi.

Aghju passatu 40 ghjorni à u quartieru disciplinariu per avè ricusatu d’entre in cellula è sò oramai in greva di a fame dapoi 12 ghjorni. In 52 ghjorni di mossa aghju persu 13 chilò.

U ghjudice ùn vole cambià di pusizione è m’hà fattu sapè chì i mio studii ùn eranu u so prublema, ancu s’è e lege di u so propiu paese dicenu u cuntrariu.

Durante sta mossa, aghju ricevutu sustegnu è appoghju d’una grande partita di a sucetà civile, l’Universita di Corsica è u so presidente Paul-Marie ROMANI, a Lega di i Diritti di l’Omu, l’Associu Sulidarità ; eletti corsi dinù anu pigliatu e so rispunsabilità cum’è quelli di u Cunsigliu Generale di Corsica suprana è di a Cummunità di e cummune di e trè pieve. Ùn vogliu mette i missaghji assai numarosi d’amicizia è di sulidarità mandati per via di e rete suciale. Pruffittu di st’uccasione pè ringrazià tutti quelli chì m’anu purtatu st’aiutu è ùn piattu micca chì sò statu toccu è cummossu assai. Dettu ciò, ùn vuleria micca chì u mio casu persunale sia cunsideratu cum’è un casu particulare. Ciò ch’o cunnoscu eiu, a cunnoscenu dinù, di manere sfarente, vinti cinqu’antri prigiuneri pulitichi corsi. A funa chì m’impedisce di seguità i mio studii di manera degna hè a listessa chì mantene i patriotti corsi chjosi per anni è anni senza ghjudiziu o chì i tene alluntanati di a Corsica ancu puru cundannati. Sò ste lege spiciale, ripressive è inghjuste, è l’agenti affacindati à metteli in pratica chì sò a cagiò di e nostre sciagure. Hè perquessa ch’o vogliu sprime a mio sulidarità, oghje più ch’è mai, cù tutti i mio fratelli di lotta incarcerati, da Pariggi sin’à U Borgu, è ch’o chjamu l’upinione publica corsa à capisce, à traversu a mio situazione persunale, a nostra situazione cullettiva.

In stu periudu di mubilisazione à favore di l’annistia di i prigiuneri pulitichi corsi, a Corsica hè torna una volta pront’à adduniscesi è à purtà di una listessa voce sta rivendicazione accant’à tutte quelle chì cumponenu u cumprumessu storicu di l’Assemblea di Corsica. A Ghjuventù Indipendentista, da u curagiu è a sincerità di i so militanti, ci hà mustratu a simana passata chì l’appaciamentu iniziatu da u FLNC hà apertu un’antra tappa ind’a lotta per l’emancipazione di u populu corsu. U sustegnu pupulare à favore di e rivendicazione storiche di u naziunalisimu corsu hè oghje senza precedente. In ciò chì tocc’à i prigiuneri quant’è pè u restu u Statu francese deve piglià e so rispunsabilità è participà à stu cambiamentu prufondu di u cunflittu da ghjesti forti à l’altura di a storia.

Aspittendu, i prigiuneri pulitichi corsi anu u dirittu d’esse trattati cù dignità è umanità. L’avvicinamentu di i cundannati è di i cartulari chjosi deve esse rispettatu. E cundiziunale devenu esse accurdate ind’e listesse cundizione chì pè l’astri ditenuti. I studienti incarcerati devenu avè u dirittu di pratende à un minimu di cunfortu ind’u quadru di u so prugettu di riinserzione. Ecculi i primi ghjesti chì ùn dumandanu mancu lège nove, ma solu u rispettu di quelle ch’esistenu digià, solu u rispettu di u dirittu ch’hè sempre calcicatu da l’istituzione francese quand’ella s’agisce di 26 prigiuneri pulitichi corsi. Più ci necanu u nostru statutu di prigiuneri pulitichi, più ci trattanu di manera sfarente chì l’astri ditenuti.

Evviva a lotta! Libertà per a Patria è per i patriotti!

NICOLAS BATTINI

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)