Produit CORSU E RIBELLU

X

Il y a maintenant plusieurs semaines, et ce à de multiples reprises, les agriculteurs corses ont demandé à l’Etat Français l’interdiction totale d’entrée sur le territoire de tout végétal en provenance de l’étranger (France comprise), afin de maintenir nos plantations hors de tout danger potentiel.

Mais, malheureusement, il semblerait que les autorités insulaires se désintéressent du sujet qui est, semble-t-il, secondaire à leurs yeux.

Ainsi, Ghjuventù Paolina souhaite réagir et se positionner quant à ce problème majeur.

L’épidémie de Xylella Fastidiosa, qui est apparue en 2010 dans les Pouilles, au Sud de l’Italie, ne cesse de s’étendre à tout le pays, entrainant dans sa course la destruction de milliers d’hectares cultivés depuis des millénaires.

GhjuventuPaolinaUniversitaCorsicaCorse

Malheureusement, la Corse ne peut se permettre de développer une telle infection après les désastres qu’a occasionné le Cynips sur les châtaigniers au cours de ces dernières années.

En conséquence, la Corse veut et doit absolument se protéger de toute éventuelle pandémie qui pourrait alors lui être fatale car, cette fois-ci, la menace s’étend à toute la végétation insulaire. En effet, en dehors des oliviers et autres arbres fruitiers, ce ne sont pas moins de 200 autres espèces qui pourraient potentiellement être infectées par la bactérie. Ainsi, en cas de contamination, l’île se verrait assister à une agonie lente et douloureuse de tout ce qui fait sa richesse, mais également sa beauté.

En guise d’exemple, Ghjuventù Paolina tient à évoquer le comportement contradictoire qu’a eu l’Etat français qui, il n’y a pas si longtemps, a refusé la venue de nos cochons sur le territoire lors du salon de l’Agriculture qui se tenait à Paris, sous prétexte qu’ils étaient porteurs d’une maladie. Cette mesure préventive prise par l’Etat visait à éviter toute contamination du porc français, qui, au contact du porc corse, aurait pu tomber malade. En revanche, lorsqu’il est question de préserver la flore insulaire en évitant toute relation avec celle française, l’État fait la sourde oreille et il faut lutter pour tenter d’obtenir cette permission.

Visiblement, il semblerait que la préservation de notre île ait moins d’importance aux yeux de l’Etat que la mort de quelques porcs français.

Ghjuventù Paolina tient ainsi à faire savoir qu’elle apporte un soutien total au Culletivu Xylella Fastidiosa, ainsi qu’à toute autre organisation chargée de trouver une solution à ce problème qui pourrait avoir des conséquences catastrophiques, que ce soit au niveau économique, politique mais également au niveau culturel et social.

GHJUVENTÙ PAOLINA.
STRADA DIRITTA E CORE IN FRONTE …