Produit CORSU E RIBELLU

X

Dans une conférence de presse, le mouvement est clair. La mandature Giacobbi est une mandature pour rien. La nouvelle version du PADDUC n’est pas acceptable. Sur ces constats, tous les patriotes doivent se repositionner :

Rinnovu Naziunali souhaite faire connaître sa position alors que nous arrivons au terme d’une mandature et que la situation sociale et politique de la Corse est toujours aussi problématique.

>Le vote du PADDUC devait être un projet fort capable de fédérer et de rejeter définitivement un modèle résidentiel perméable aux logiques de type maffieux.

Malheureusement, nous considérons que la nouvelle mouture du PADDUC constitue une régression par rapport aux acquis de la version originale, arrachés par les nationalistes dans un vote suite à un accord qui avait une portée politique.

A quoi bon proclamer dans ce Padduc que l’on veut promouvoir l’économie productive si c’est pour revenir en arrière sur la protection et la mobilisation des terres agricoles ? Les espaces agricoles stratégiques sont à nouveau menacés. Notre amendement voté en novembre qui portait l’obligation dans le volet règlementaire d’élaborer des Documents d’objectifs agricoles et sylvicoles (Docobas) a été complètement rayé. Le lobby du béton est revenu en force. Les « secteurs d’enjeux régionaux » (nouvelle formulation des « Espaces Mutables » EMUE) laisserons les élus locaux démunis face aux pressions en tout genre.

Concernant la consommation des terres agricoles à l’intérieur de ces espaces un amendement voté dans la version de novembre sécurisait les choses sur 5 points :

>elle ne pourrait se faire que pour des projets publics,
> après avis conforme de l’Assemblée de Corse,
>après élaboration d’un DOCOBAS,
> après une Déclaration d’Utilité Publique,
>dans une limite de 10% du total de ces terres incluses dans les EMUE… .

Nous considérons que l’exécutif de Paul Giacobbi, en refusant de maintenir la version du PADDUC votée le 1 er novembre a trahi l’esprit de départ.

RinnovuNaziunaliCorsecorsica

Ce PADDUC a valeur de décret, l’Exécutif ne devait pas céder aux prétendus arguments de « sécurité juridique » de la Préfecture, comme cela a été fait aussi sur le point symbolique du « Peuple corse » à nouveau escamoté.

Par conséquent Paul Félix Benedetti n’a pas voté ce PADDUC dans une abstention de défiance et le Rinnovu Naziunali n’est entré dans aucune contorsion.

25Nous appelons tous les acteurs à se mobiliser lors de l’enquête publique pour contrer ce retour insidieux des tenants du résidentiel. Sur la base de cette analyse nous demandons que les citoyens réclament le respect des engagements précédents sur : la protection des espaces agricoles, la réintégration des ZNIEFF et des espaces classés dans les ERC (Espaces remarquables et caractéristiques) non constructibles., la volonté de faire un développement POUR le PEUPLE CORSE « .

Comme nous le disions dès juillet 2014, nous considérons que la méthode « GIACOBBI » est en échec, et cela se confirme aujourd’hui. :

>Le saucissonnage des points fondamentaux de réforme en lieu et place d’un projet global nous amène aujourd’hui à attendre comme une aumône une simple évolution vers la Collectivité unique octroyée.

>L’absence d’une majorité de programme ancrée sur un socle politique clairement établi a permis de réaliser des manœuvres politiciennes permanentes par la constitution d’un néo clan autour du système Giacobbi.

La négation et le mépris du pouvoir français pour toutes les revendications émanant de la CTC.

Cette analyse est de plus en plus validée par d’autres, nationalistes ou non, et nous nous en félicitons.

Le Président de l’Exécutif ne s’est pas affranchi des pratiques clientélistes et son bilan sur les dossiers de fond comme le logement, le développement et l’emploi, l’aménagement du territoire reste médiocre.

Sa gestion du dossier des transports maritimes et de l’ex SNCM est hasardeuse, pour ne pas dire plus…

On observe actuellement un certain chaos politique dans tous les grands courants politiques, et l’illustration en a été donnée lors des élections départementales (alliances tout azimut, ruptures, guerres fratricides, manœuvres, absence de ligne et de corpus idéologique, vision strictement gestionnaire,…)

Dans cette confusion générale notre devoir est d’appeler à la réflexion et au repositionnement toutes les consciences patriotiques, au-delà des appareils et des courants actuels, pour que le Mouvement National demeure l’incarnation de l’alternative de l’espoir pour l’avenir de la Corse.

Nous restons à la recherche d’une solution politique pour le Peuple Corse, ancrés dans les fondamentaux de la lutte émancipatrice, et nous veillerons à ce qu’ils ne soient pas bradés en étant présents au prochaines territoriales de décembre 2015 comme nous l’avons déjà annoncé.

Le camp patriotique a porté des revendications et suscite l’espoir, il a irrigué de ses idées la société et la vie politique depuis un quart de siècle, il doit avoir désormais l’ambition de gouverner la Corse pour la conduire sur le chemin du développement et de l’émancipation politique.

Nous renouvelons notre soutien à Félix Benedetti incarcéré depuis 2 ans qui au vu de dossier devrait bénéficier d’une fin de l’instruction et d’un procès rapide suivi d’une libération, et à Eric Marras détenu « hors normes » pendant plus de 4 ans, dont le procès doit se dérouler à partir du 21 mai à Paris. Leur appartenance à notre courant politique semble être pour eux synonyme d’acharnement judiciaire.

Concernant l’action des jeunes nationalistes, aujourd’hui en grève de la faim, nous leur témoignons notre solidarité patriotique. Nous demandons à tous les acteurs politiques qui ont voté et accepté les projets de réforme pour lesquels ils se mobilisent de prendre le relais de leur action de rupture et de proposer une sortie politique à la hauteur de l’enjeu. »

Rinnovu NAZIUNALI