X

#LeFilRougedelaRédaction

Plus de 300 personnes ont d’or-et-déjà signée la pétition mise en ligne samedi dans la journée. Une pétition réalisée par la Ghjuventù Indipendentista avec la Coordination pour une voie politique.

Dans le même temps, à l’Assemblée de Corse, le sujet a été porté par Corsica Libera, tandis que l’Associu Sulidarità à elle de son cotés, solliciter les Mairies de Corse sur l’amnistie.

UneamnistiasulidaritaSvintula (5)

Des mesures nécessaires

La Corse a connu quatre décennies de conflit, lequel avait pour enjeu l’avenir politique de l’île.

Indépendamment de l’avis que l’on peut avoir sur les différentes positions exprimées durant cette période, un constat peut être fait aujourd’hui de façon commune : la Corse est désormais entrée dans une nouvelle phase.

PETITION AVRIL 2017

Durant cinq années à l’Assemblée de Corse, les points de vue se sont rapprochés et de nombreux votes sont intervenus – à de fortes majorités – sur les sujets les plus importants : langue, patrimoine foncier, développement, environnement, évolution institutionnelle… Prenant en compte cette démarche de dialogue et de cohésion des élus de la Corse, le FLNC a annoncé il y a bientôt un an sa décision de sortir de la clandestinité, et ce afin de faciliter cette démarche de construction commune.

uneTractageAmnistieSeb (1)

Depuis, aucun événement n’est venu contredire l’annonce de l’organisation clandestine. Par ailleurs, le gouvernement de la France a souhaité ouvrir des discussions avec les élus corses, particulièrement sur la question institutionnelle. Les élus insulaires favorables à la réforme ont déclaré attendre une ouverture de dialogue plus large et ambitieuse. Dans le même temps, des arrestations de militants politiques ont lieu régulièrement, arrestations en relation avec des faits antérieurs à la décision du FLNC de mettre un terme à ses opérations. Pour les Corses désireux de tourner la page du conflit, ces démarches constituent une entrave sur le chemin de la paix. Dans tous les pays ayant connu une histoire troublée comme la nôtre, la sortie de crise a nécessairement été accompagnée par une mesure d’amnistie.

La France elle-même y a eu recours à plusieurs reprises au XXe siècle. Ainsi, de nombreux élus corses ont formulé officiellement cette proposition, que la « Coordination pour une voie politique » a largement relayée. En apposant ma signature au bas de ce texte, je soutiens cette demande d’amnistie entraînant la libération des prisonniers et l’arrêt des poursuites envers les recherchés, dans les affaires judiciaires en lien avec la question politique corse

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)