Produit CORSU E RIBELLU

X
Les procédures disicplinaires se multiplient et des détenus dénoncent les conditions de détention. Plus de 200 personnes sont détenues à la maison d’arrêt de Borgo en Haute Corse prévue pour 148 places. La Ligue des droits de l’Homme demande que cesse le désordre carcéral. Au printemps dernier ses représentants avait alerté le Garde des Sceaux avant sa visite en Corse sur cette situation de grande tension. La Ligue  interpelle à présent les parlementaires et les élus territoriaux.

Des détenus qui refusent de réintégrer leur cellule, d’autres qui menacent de faire la grève de la faim:  les dénonciations de mauvaises conditions de détention circulent et les procédures  disciplinaires s’enchaînent à Borgo. Les avocats du barreau de Bastia s’inquiètent de la situation. Le 29 septembre, le député UMP de Haute Corse, Sauveur Gandolfi Scheit, s’est rendu  à la prison de Borgo avec le procureur Général de Bastia et le bâtonnier de l’ordre des avocats. A l’issue de cette visite leur sentiment sont contrastés.

.

This content is restricted to site members.

Contenu réservé aux membres

Produit CORSU E RIBELLU