X

Ce matin dans l’édition du Corse Matin, le Député Maire d’Ajaccio, Laurent Marcangeli, s’est donc positionné sur le sujet de l’amnistie des prisonniers politiques en ces termes :

« C’est un sujet extrêmement complexe. Nous ne sommes pas dans le même contexte politique des années 1980. Je pense que le gouvernement n’actionnera pas ce levier et qu’il n’est pas approprié d’entamer ce débat?

laurent marcangeli

En revanche, une loi a été votée sur le rapprochement des détenus mais elle n’a jamais été transmise au Sénat. Il s’agirai de mettre un terme à la situation cruelle des familles condamnée à la double peine.

Je n’ai pas le sentiment que l’ensemble de la population corse appelle à une amnistie. Je ne commente pas les actes qui ont été commis par les personnes incarcérées, je laisse cela à la justice.

Il s’agit de respecter l’état de droit et je pense que ce n’est pas aux politiques de juger de gracier.

Des décisions de justice ont été prononcées et je les respecte ; même si parfois elles ne me conviennent pas. »

Une fin de non recevoir ??

Alors que la Mairie d’Ajaccio tout comme les 359 autres ont été sollicité par l’Associu Sulidarità afin de prendre une délibération en faveur de « l’amnistie des prisonniers politiques, et l’arrêt des poursuites contre l’ensemble des militants poursuivis pour des actes politiques. »

I Scrianzati

à suivre sur  l'application android Unità Naziunale ou bien sur ce lien mobile (Apple, tablettes...)